Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 00:09

La maison tenant toujours ses promesses, il sera très fortement question de vin dans cette chronique pour vous permettre de faire une belle soupe de fraises au vin lorsque viendra la saison des fraises.

 

Qui sait encore quand commence chez nous la saison des fraises ? (Réponse ici via le site du sieur Hulot link) À Paris, comme partout d’ailleurs, elles déboulent sur les étals dès avril, grosses, moches, grenues, rouge brique, empilées, entassées, venues par camions entiers de la province de Huelva en Espagne. « L’Espagne exporte chaque année vers l’Hexagone, selon les douanes, 68000 tonnes de fraises (60% des importations françaises), soit un ballet de quelque 22000 camions par an, sur 2500 km. Un bilan carbone désastreux, selon le site Effets de terre www.effetsdeterre.frdu journaliste Denis Delbecq : l’émission d’une barquette de 500g vendue en Allemagne correspondrait à 442 grammes-équivalent-CO2, soit autant qu’une petite voiture roulant 3,5 km. Un goût amer ? » (Les Inrocks, oui Egmont je le lis !) 

 

 photofrez.jpg

                   Marcelo dl Pozo/Reuters

Si un jour vous vous aventurez, comme moi, en Andalousie dans la province de Huelva vous découvrirez l’horreur de 6000 ha de films plastiques jetés sur des terres arrachées à la forêt du parc naturel de la Doňana sous lesquels pousse « l’or rouge » à 2,45€ la barquette de 500g chez les bienfaiteurs du pouvoir d’achat. Ponction d’eau monstrueuse, rejet de pesticides dans la nappe phréatique, main-d’œuvre de précaires, sans papiers Roms ou Marocains payée 5à6€ la journée. Tout ça pour des fraises sans goût qui vont se taper des milliers de kilomètres pour satisfaire quel besoin au juste ? Je n’ai pas de réponse à cette question mais je crois que le problème c’est que ceux qui les achètent ne se posent pas de question. Quand à ceux qui les proposent ils vous répondront qu’ils ne font que suivre la demande.

 

  saveol_gariguette_plougastel_freizh_070409-291x225.jpg

 

Attention, ici, je ne mets en avant que l’aspect empreinte carbone, la culture hors-sol existe aussi dans notre beau pays et la gariguette de Plougastel pourrait voir le jour partout ailleurs car elle pousse, elle aussi, sous tunnel plastique avec les mêmes perfusions. Le savoir-faire technique et commercial de Saveol fait que cette fraise a au moins du goût et qu’elle est cultivée dans des conditions sociales normales. Libre à chacun ensuite de faire le choix de consommer ou non. Pour la transparence commerciale, hormis le label AB, il serait bon que soit systématiquement porté à la connaissance des consommateurs la mention de plein champ pour les fraises qui poussent à l’air libre. Tout le monde ne peut pas fréquenter le marché paysan de Velleron près de l’Isle sur Sorgue. Voilà pour ma contribution au sauvetage de la planète et il ne me reste plus qu’à vous livrer ma recette de fraises au vin. Je l’ai commise il y a quelques années et je l’avais baptisée : Soupe de fraises des Bois. Je vous la livre en vous demandant de vous livrer aussi au jeu de remplacer les points de suspension par le nom du flacon. Merci par avance. 

 

 Ste-Anne-011.jpg

 

« Avec le plus beau de ses sourires il demandait à son ex-dulcinée un grand saladier et un tablier. Ce qui fut fait d’un petit air pincé. La nuée des nanas faisait cercle. L’avantage des fraises des bois c’est qu’elles sont équeutées alors il n’eut qu’à les déverser au fond du saladier.


Ensuite en un geste ample, au pif, il les saupoudrait de sucre de canne roux non raffiné. Pour les novices, notez : 150 grammes de sucre pour 750 grammes de fraises. Puis, avec des mines de chanoine il pressait un citron vert, râpait un bâton de cannelle et parsemait le tout de clous de girofle.


Enfin, instant suprême, après avoir débouché un flacon de ..., il le versait avec doigté sur les fraises des bois émerveillées.


Avec une grande cuillère en bois d’olivier il touillait.


Les filles s’extasiaient.


Mais, il y avait un mais. Il réclamait à la chouette Ginette une passoire pour réserver les fruits puis il versait le vin aromatisé dans une belle casserole de cuivre. Portait le liquide à ébullition puis, à feu doux, pendant 10 mn, le laissait chanter. Toujours avec des gestes de maestro il plongeait le cul de la casserole dans un bac de glace pilée. Attendait.


Décidait qu’il fallait maintenant passer aux choses sérieuses : goûter le flacon de... »

 

Pour terminer sur une note so british, puisée dans le panier de JP Géné Mes chemins de table chez hoëbeke voici la Strawberry and cream une tradition qui a court à Wimbledon, pas sur les cours bien sûr, mais là où les élégantes donnent du plaisir aux yeux.

 

« Il* connaît moins une autre tradition étroitement associée à cet évènement sportif : strawberry and cream, la consommation de fraises à la crème dans les gradins et alentour. Selon la légende, ce serait le roi George V(1865-1936) qui aurait introduit cette pratique pour distraire les spectateurs, mais Audrey Sell, bibliothécaire au Wimbledon Lawn Tennis Museum, assure que les fraises sont apparues dès le premier tournoi (1877) qui correspondait à leur pleine saison, fin juin. Cultivées principalement dans le Kent, elles sont cueillies la veille et réceptionnées à Wimbledon dès 5h30 pour être inspectées et réparties en barquettes de 10 unités vendues la saison 2008, 2,25 livres (2,60€). L’elsanta est la fraise officielle de Wimbledon, une variété abondante en Europe, à chair ferme, au goût sucré légèrement acide et d’un rouge brique à maturité. Elle doit être accompagnée de crème double d’un minimum de 48% de matière grasse selon le règlement. En 2008, il s’en est consommé 7000 litres pour 28 tonnes de fraises avalées en quinze jours. Les fermiers du Kent sont ravis. » (13 Juin 2009)

 

* Il = le télespectateur.  

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Michel SMITH 23/04/2011 17:56



Retour de Gigondas où Stéphanie nous a préparé des fraises de Carpentas baignées "un certain temps" dans le rosé du pays avec un peu de sucre en poudre. Délicieux !



Luc Charlier 23/04/2011 10:48



@ Sylvie


1) « Viens, à la maison, il y a des Cadio’s qui chantent .... »


Dans les semaines qui suivent, ma compagne Christine se mettra à prospecter la Lozère, le Cantal et l’Aveyron, au départ d’une chambre
d’hôtes aveyronnaise où nous avons nos habitudes. Je lui tiendrai sans doute compagnie pour un temps et, promis, nous passerons à AA (anonymat maintenu, j’ai été tenu au secret médical pendant 35
ans de ma vie et ai gardé l’habitude). D’ailleurs, j’aimerais bien qu’on y redéguste mes vins : si l’équipe de M. Goujon, celle des Frères Pourcel et Marie-Aude Vieira les ont aimés et mis à
la carte, peut-être que ...


Et cela me redonnera une opportunité de revoir le foie gras en papillote !


2) Et merci pour les directives : je vais essayer de tenter cette recette, l’appareil m’en paraît bon. Il faudra attendre jusqu’à
après le 1er mai : la 69ème internationale m’attend pour porter le drapeau rouge et noir à l’emblème du sexe tendu et des roubignolles au vent, sur le Boulevard Anspach
de BXL.



mémé cad 22/04/2011 16:51



Luc : le "pif" non je ne parlais pas de nez, mais de vin... je parlais du Chinon Rosé qui va bien pour la petite soupe sympathique de fraises des bois



mémé cad 22/04/2011 16:47



@Luc : pour poster un photo directement, tu as des icones sur la boite dans laquelle tu écris ton message  (smiley, puis une autre icone qui te permet d'insérer un lien, puis une autre icone
qui te permet d'Ajouter une image, etc). Alors il te faut simplement rentrer l'adresse de l'image que tu veux incorporer à ton message. Mais le plus simple reste encore de coller un lien qui
renvoie à l'image. Bon je ne suis pas sûre que ce soit bien clair : viens faire un stage à la maison



Luc Charlier 22/04/2011 16:01



@Sylvie : Très belle photo hivernale, Sylvie.


Comment fait-on pour poster un cliché sur le blog ? (Je refuse d’entrer dans un « réseau social » genre Facebook etc.)
Si qqun peut m’expliquer « SIMPLEMENT », je suis preneur.


Quant au pif (= nez ?) je n’ai pas compris l’allusion.


 


Incidente : mon père a cessé de souffrir ce
matin. En prenant un bol de yaourt, son coeur n’a pas pris gare à une bulle ! Le grand athée qu’il était – 1 m 80 tout de même et plein de breloques à son petit tablier – était né un Lundi
de Pentecôte et il nous a laissés un Vendredi Saint ! Il n’a même pas pu faire maigre.


Il adorait le Calva, Jacques : on en boira un verre à sa santé.


 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents