Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 11:00

Magalie mon amie qui vit à Bruxelles, et qui vend des beaux fromages fermiers aux alentours link, m’a dit avec sa perspicacité habituelle c’est une véritable épidémie : le Pape, la reine des Pays-Bas puis le roi des belges… très tendance en effet, mais à Rome on vote alors que, même dans les royautés constitutionnelles, comme le note Dimitri Verhulst, citoyen du royaume de Belgique, le sceptre revient à quelqu’un qui l’a bêtement hérité. Notre ami Hervé Lalau, citoyen français expatrié au royaume d’Albert II, qui ne niaise jamais en route et qui ne perd jamais une occasion de mettre en avant la cause du vin, sur les 5 du Vin en « profite pour saluer chaleureusement ses amis Belges, sujets d’un roi débonnaire et même jovial, qui, à ce qu’on dit, ne dédaigne pas les bons vins. » Bravo Hervé, tu me donnes l’occasion de démontrer que t’as tapé juste et bien sûr d’étaler ma science comme d’habitude ce qui ne va pas arranger mes affaires de blogueur en chaise longue.


Lorsque j’ai lu « l’Entrée du Christ à Bruxelles » de Dimitri Verhulst, auteur belge de langue néerlandaise, dont le livre « La merditude des choses » m’avait ravi (le film aussi), j’avais beaucoup aimé la station 8 (le livre suit le déroulé d’un chemin de croix) qui abordait les timbres belges qui excellent en deux thèmes : le portrait du roi et les petits oiseaux. » car ce il dressait un portrait éminemment sympathique, d’Albert II, bien sûr dans un style que n’aurait pas désapprouvé l’internationaliste Luc Charlier.


2754.JPG

 

Pour saluer l’abdication d’Albert II je vous livre donc un bref extrait de la prose du sieur Dimitri Verhulst :


« Si je peux parler pour moi-même : moi, je n’aurais pas la moindre objection à aller casser la croûte avec notre roi. Il est au fond, si je peux juger de son caractère, un bon type tout à fait ordinaire, un type comme vous ou moi qui, chez lui, trempe en cachette ses doigts sales dans la lèchefrite. Un joyeux tartufe, habile à chiper des bonbons (pas vu pas pris), à créer des occasions pour boire un verre de vin de plus. Un homme affecté d’une telle constipation que souvent, lorsqu’il quitte la toilette, l’encre du journal a imprégné ses genoux. Bah, au contraire des bardes, nos poètes auront à immortaliser notre roi sous les traits d’un petit monsieur doté de défauts sympathiques, d’une et provision de blagues quelque peu osées pour le moment du pousse-café, d’un appareil auditif et d’un taux trop élevé de cholestérol. Un type qui avait fait quelques accrocs au contrat de mariage et ressentait des remords pour le chagrin causé à sa femme, la reine, qui fut  jadis mannequin mais s’était depuis considérablement craquelée… »


art_70300.jpg

 

Même si le roi des Belges n’a pas grand-chose à faire dans la vie politique fort agitée de nos voisins c’est tout de même le chef de l’Etat. Imaginez une seule seconde, en notre vieux pays où l’on parle encore de prérogatives régaliennes, une telle description du nôtre, quel qu’il fut, d’hier comme d’aujourd’hui, ce serait de suite la Bastille pour l’auteur pour crime de lèse-majesté. Bonne retraite « Albert Félix Humbert Théodore Christian Eugène Marie de Belgique (né le 6 juin 1934 au château du Stuyvenberg), 6e roi des Belges depuis la mort de son frère Baudouin. Titré à sa naissance prince de Liége, il est le second fils du roi Léopold III et de la reine Astrid, née princesse de Suède »


« Partisan d'une société multiculturelle, il dénonce régulièrement dans ses discours le racisme et la xénophobie et soutient activement le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme. Depuis son accession au trône, il n'a reçu en audience aucun représentant de l'extrême-droite et ne les convie pas aux réceptions du Palais royal […] Le roi Albert II garde ses convictions religieuses sur le plan privé et respecte les choix démocratiques du Parlement : il a ainsi apposé sa signature sur la loi dépénalisant l'euthanasie et sur la loi autorisant les mariages homosexuels, malgré l'opposition de l'Église catholique. Les baptêmes de tous ses petits-enfants sont célébrés en privé et ne donnent lieu à aucune cérémonie officielle. Cette attitude est conforme aux vues des défenseurs de la laïcité de l'État. »


Hier donc Albert II a déclaré « Je constate que mon âge et ma santé ne me permettent plus d'exercer ma fonction comme je le voudrais. Ce serait manquer à mes devoirs et à ma conception de la fonction royale que de vouloir me maintenir en exercice à tout prix. Sans être en mesure d'assumer pleinement mon rôle, c'est une question élémentaire de respect envers les institutions et envers vous, chers concitoyens. Après vingt ans de règne, j'estime donc que le moment est venu de passer le flambeau à la génération suivante. Je constate que le prince Philippe est bien préparé pour me succéder... C'est donc avec sérénité et confiance, que je vous fais part de mon intention d'abdiquer ce 21 juillet 2013, jour de notre fête nationale, en faveur du Prince héritier, mon fils Philippe. »

 

Et pour finir une toute nouvelle chanson Bruxelles -  de Sophie-Tith link

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

luc charlier 04/07/2013 17:58


Je ne suis évidemment pas royaliste, on s’en serait douté. Mais je ne suis pas un anti-royaliste non plus. S’il faut un garant de la
constitution, je préfèrerais qu’il soit élu plutôt que « de naissance ».


Ce qui me « gêne » dans la monarchie constitutionnelle est lié à deux aspects : c’est nous – enfin, moi je ne paie plus
d’impôts en Belgique mais j’ai beaucoup donné jadis – qui entretenons le train de vie de toute une famille, à ne rien faire. Je sais que le quai Branly, à Paris, c’est un peu comme le château de
Laeken, mais là aussi, il y a problème.


Et surtout, la personnalité du roi est déterminante dans son action, ses prérogatives et son pouvoir.


Si on fait un survol rapide de la dynastie – je ne suis pas un historien patenté mais un observateur curieux – on découvre un Léopold
premier très hésitant (Metternich l’appelait le « Prince Petits Pas »), beau gosse et baiseur impénitent, grand copain avec sa nièce la Reine Victoria sur qui il eut beaucoup d’emprise,
amoureux fou de sa première femme (héritière du trône britannique) qui mourut en couche ou peu après et totalement désemparé ensuite, épousant alors, faute de mieux, une fille de Roi de France,
pays contre la puissance duquel la Belgique avait été inventée puis érigée.


On a ensuite un despote esclavagiste digne des pires envahisseurs, sauf pour l’ampleur de son action, qui finit par
« vendre » une moitié de l’Afrique noire à l’Union Minière et la Société Générale de Belgique (je simplifie, mais dans l’esprit c’est cela) : Léopold deux.


Albert premier, le « Roi Soldat » jouit d’une réputation enviable et je ne connais pas trop son règne. Disons qu’il existe
des zones d’ombre et que sa mort n’est certainement pas accidentelle, même si les manuels scolaires, aussi objectifs qu’un missel ou le petit livre rouge – je ratisse large – disent le
contraire.


Léopold III eut à gérer, mal apparemment, la deuxième guerre mondiale. Pétain n’a pas fait beaucoup mieux pourtant il avait une vraie
armée et votre géniale ligne Maginot.


Et alors, badaboum, le « gentil » Baudouin. Ce n’est pas vrai. Cet homme affable, apparemment réservé, a eu une influence
importante – et néfaste à mes yeux – sur la vie politique de la Belgique et de l’Afrique. C’est à son instigation que Davignon a autorisé l’assassinat de Lumumba (le dirigeant officel d’un pays
indépendant et souverain) par les hommes de Tshombé mais en présence (ou en tout cas à proximité) d’officiers et de dignitaires belges qui auraient pu l’empêcher. C’est lui qui a laissé
l’entourage de Fabiola décupler le pouvoir de l’Opus Dei dans le pays. C’est lui qui a contrevenu à la constitution en ralentissant de toutes ses forces l’adoption de la loi sur l’avortement ...
et j’en passe.


Pour Albert II, je n’étais plus trop dans le pays et puis, nous manquons de recul. Je rappelle qu’il m’est plutôt sympathique, comme
individu, avec tant de travers humains et plus de faiblesses que de grandeur. Il est toutefois bizarre que c’est le président d’un parti dit socialiste, et représentant d’une toute petite
minorité des électeurs de ce pays, appartenant de facto à une minorité ethnique à organisation clanique en plus, qui se pose comme le meilleur soutien de la royauté. Notez que ce dernier
lui-même me séduit par son intelligence et sa diplomatie, sinon par son attitude politique. J’aime aussi ses noeuds-papillon. Il faut dire que nous avons pris des saunas ensemble (sans
noeud-paps), vers 1986-7, alors que nous faisions de la muscu (parfois aux mêmes heures) dans une salle de gym située près de la place Simonis (détails pour vous permettre de vérifier
l’authenticité de cette anecdote). Le sport et la douche créent des liens.

Domaine Chanzy 04/07/2013 17:51


Albert II est conscient de son Etat, je ne suis pas belge et ne m'y connais pas du tout sur la gestion de la Belgique, mais les propos que je lis et qui viennent de ce roi me font penser qu'il
s'agissait d'un bon roi.
Merci pour cette information! 

Hervé LALAU 04/07/2013 11:36


Merci pour lui.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents