Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 00:09

que_la_bete_meure01.jpg

 

Je vous l’assure, si ça peut vous rassurer, ce n’est pas une détestation de circonstance mais une allergie originelle et profonde, la quenelle représente pour moi, sur l’échelle de Richter des gastronomes, le sommet du mauvais mou. Ce n’est pas une question de goût mais de texture sous la dent : j’ai le sentiment – les lyonnais vont m’insulter, je sais – d’absorber du Sheba au saumon.

 

Après une telle affirmation je vais me faire reprocher, à juste titre, de ne jamais avoir dégusté à la petite cuillère, de la pâté, même de luxe, pour chat. J’en conviens mais, si votre compagnon ou votre compagne, vous donne du mon Minou ou de ma minette vous pouvez toujours tenter l’expérience lors du prochain réveillon.

 

Je suis sérieux comme un Pape car, sur le plan de la dégustation, l’Homo sapiens fonctionne peu ou prou comme Felis catus,  et vous pouvez  devenir goûteur pour chats grâce à Gary Pickering, biologiste spécialisé dans la science du goût et du vin, le bien-boire et le bien-manger, s'est intéressé à la nourriture pour chats. 

 

« En effet, les nombreux tests effectués par l'industrie du « ragoumatou » – dont le chiffre d'affaires annuel s'évalue en milliards de dollars – pour améliorer l'attractivité de ses produits auprès des consommateurs à quatre pattes, tests coûteux en temps et en argent, ne sont souvent pas concluants. Les chats s'avèrent capricieux côté repas et, surtout, relève Gary Pickering, si l'on excepte le chat du Cheshire et Sylvestre, l'ennemi de Titi le canari, ils présentent le défaut majeur de ne verbaliser ni désirs ni raisons de leurs répugnances »

 

Mais ne devient pas goûteur de pâté pour chats qui veut !

 

Gary Pickering a élaboré un protocole de dégustation très rigoureux et fiable et a soumis ses candidats à une impitoyable sélection, « en éliminant ceux qui avaient les sinus encombrés (car apprécier la nourriture implique des fosses nasales bien dégagées), des problèmes de vision des couleurs ou des allergies alimentaires, ceux qui n'étaient pas assez sensibles aux saveurs primaires et à la dureté des aliments, et ceux, enfin, qui, trop dégoûtés, ne voulaient pas donner leur langue aux chats. »

 

11 candidats retenus.


Formation en 6 sessions d'une heure et demie où ils se sont entraînés à décrire et à classer les aliments :


- selon 18 critères d'arôme - sucré, salé, épicé, aux herbes, caramel, brûlé, rance, amer, crevettes, abats, etc.

 

 - et 4 de texture - dureté, facilité à mâcher, viscosité (pour les sauces et gelées) et caractère graveleux, au sens premier du terme.

 

Protocole de Dégustation de 13 aliments du commerce :


1-       rinçage de bouche à l'eau ;


2-       0,5 à 1 cuillerée à café d'échantillon placée dans la bouche ;


3-       l'échantillon déplacé dans la bouche et mâché pendant dix à quinze secondes ;


4-      une portion de l'échantillon avalée et le reste expectoré dans un crachoir ;


5-       notation de l'intensité pour chaque critère sur une échelle de 15 cm ;


6-      rinçage de bouche à l'eau.


7-      Une pause d'une à deux minutes était obligatoire entre les échantillons. » Histoire de vomir un peu diront... les mauvaises langues. »

 


Chaque dégustateur en référence à une échelle de 1 à 9 (1 j'adore, 9 je déteste) devait donc noter la pâté et donner leur appréciation personnelle.


La note moyenne fut 4,97 entre le « je n'aime pas spécialement mais je ne suis pas dégoûté non plus » et le « j'aime légèrement »


La meilleure note 6,59 fut attribuée à une pâté au poisson.


Tout ça est paru dans un article publié en 2008 dans le Journal of Animal Physiology and Animal Nutrition link et dans une chronique de Pierre Barthélémy dans M planète (journaliste et blogueur) « Qui veut goûter la pâtée pour chats ? » link


J’en reviens au poisson pour signaler aux amis des chats que l’alerte rouge est mise sur le saumon link et qu’il va falloir trouver un produit de substitution. C’est là que je suggère l’introduction de la quenelle dans l’alimentation des chatons.


Quand j’étais en culotte courte nos chats bouffaient du mou que nous donnait le boucher et ils adoraient ça, alors…


Je disais à ma mémé Marie que le mou ça m’asirait.


Dans notre patois bas-poitevin (oui Pousson je sais) le verbe ASIRER signifiait DÉGOÛTER.


Vous l’aurez compris et ce sera la morale de cette chronique « La quenelle ça me dégoûte »

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 30/12/2013 10:30


Le cher Taulier n'a besoin de personne pour prendre sa défense et je partage les avis contraires développés dans les commentaires. Mais que chacun regarde dans son assiette et considère les plats
et mets qu'il ne saurait ingurgiter ( si, si, si il doit bien y en avoir - moi c'est les tripes et la tête de veau et pour des motifs équivalents de texture, à ceux avancés par le Taulier )


Anecdote : J'adore les agrumes. Jeune, mon ainé, ne pouvait pas en avaler et de déployais des trésors de persuasion pour lui en faire manger jusqu'au jour ou je me suis rappeler mes propres
dégouts alimentaires d'enfant.Depuis je respecte ceux de tous aussi curieux ou étonnant puissent ils paraître ( mais tente quand même, un peu, de les convaincre, les goûts évoluant avec le
temps.)


Bonne année à tous.

Aredius 30/12/2013 10:03


Oui, quelle déception la quenelle ! c'est encore plus mou que le macDo


Quelle merveille que Google, qui a propulsé la quenelle molle loin derrière la gestuelle d'un qui remplace Léonarda dans "les fondamentaux" de notre actualité !

Vincent Pousson 30/12/2013 09:40


Moi, en fait, je ne vois pas comment (avec la bénédiction des médias bêlant) on peut continuer à faire la promotion de la sordide, glauque contrefaçon par un mythomane pas drôle d'un plat qui
peut être délicieux, quanf justement le fondant aérien de sa texture est là. Pour te réconcilier avec la quenelle, file rue de Malte, Jacques, Chez Cartet.



Michel Smith 30/12/2013 09:11


Oui, elle est parfois dégueulasse cette quenelle...

pascal 30/12/2013 07:21


Pour les quenelles allez faire un tour en Bresse, chez Georges Blanc. Vous devriez changer d'avis, mais j'imagine que vu vos anciennes fonctions, vous connaissez déjà...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents