Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 09:18

photo805.jpg

 

Rassurez-vous je n’ai ni fumé la moquette ni ne suis tombé la tête la première dans un bénitier.


J’ai bien, comme tous les ans à la même époque, jeûné toute la semaine pour mettre en application le vieil adage : « vivre d’amour et d’eau fraîche ». Plaisanterie mise à part (lire Vivre d’amour et d’eau fraîche ? Deux biologistes réfutent le fameux adage link). Nulle trace de pratique religieuse, d’ascèse, dans ma semaine à l’eau fraîche, mais seulement le besoin de retrouver le goût des choses en me contentant du minimum vital tout en continuant à vivre normalement.

 

J’ai bien salué un futur saint, en l’occurrence Jean Paul II lors de sa visite officielle en 1989 sur l’île de la Réunion. J’accompagnais le 1er Ministre de l’époque Michel Rocard qui l’accueillait au nom de la République (le Pape est aussi un chef d’État). Voir absolument la vidéo pour voir Joxe et Rocard en chapeau à la messe. J’y étais aussi ce qui me permis de dire à ma sainte mère que j’avais peut-être gagné mon paradis.


photo806.jpg

 

Rapprochement étrange j’ai vu aussi un autre futur saint, le futur Jean XXIII (1958-1963), alors simple cardinal, l’affable et bonhomme, Angelo Giuseppe Roncalli, lors de sa visite au séminaire des vocations tardives à la Flocellière en Vendée. Encore enfant de chœur j’accompagnais ma tante Valentine à cette cérémonie. Pour la petite histoire, lors du Conclave qui vit son élection je stupéfiais mon entourage en déclarant avec aplomb que ce serait lui le nouveau Pape.


Comme ma mère me donnait en ce temps-là « le bon Dieu sans confession » sans doute crut-elle que j’avais eu une vision.


Je porte donc chance aux futurs saints.


Blasphème bien anodin.


Il n’empêche que j’ai bien eu hier une vision, un songe étrange qui lui a peu de chance de se traduire dans la réalité.


En effet, alors que je chroniquais sur les marronniers cher à Michel Smith, un éclair foudroyant a soudain illuminé mes pauvres neurones déclinants. Et si, au lieu de nous bassiner avec leurs notes, leurs commentaires abscons, ceux qui se disent journalistes à la RVF s’attelaient au journalisme d’investigation pour éclairer les lecteurs de l’antique revue sur les mœurs du marigot vineux.


En effet, il est trop facile, trop commode de reprocher à l’Isabelle Saporta de s’être mêlée de ce qui ne la regardait pas, d’insinuer sournoisement qu’elle n’y comprenait goutte, de lui faire un procès en sorcellerie, de la couvrir d’opprobre, de la salir comme le fit l’odieux 2 Ruines, alors que les grands spécialistes de la chose du vin se contentent de jouer les Salomon d’opérette.


Imaginez une petite seconde la RVF publiant un reportage très critique sur le Grand Tasting  de B&D, levant ainsi le voile sur une mécanique bien huilée mais sur laquelle nul n’est en capacité de dire, et surtout pas les exposants présents, quel son impact réel sur les ventes, le développement du marché.


La crédibilité bien écornée de la presse du vin y gagnerait.


Je sais, vous allez m’objecter que la RVF, elle aussi, tient salon pour ramasser des picaillons.


C’est là où les athéniens s’atteignirent, où le chat se mordit la queue et que les annonceurs revinrent en force en me priant de prendre la porte du Temple du vin...


Vendre du vin, faire salon, aller au-devant des clients est indispensable mais, comme on le reproche à juste raison aux politiques et à leur petites mains qui se font cirer leurs pompes, attention aux conflits d’intérêt.


L’omerta est la règle.


Ça ne dérange personne. Le grand public s’en bat les couilles.  Nulle morale à ce songe mais comme une envie de dire « évitez de me la faire, la morale… »


C’est fait


Et pendant ce temps là « Bon Courtisan » en est réduit à se licher du  spritz link. Grandeur et décadence d’un pédant, cruel destin des cireurs de pompes, celui de l'Elysée s'est vu lui donner congé.


Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 25/04/2014 12:18


A chacun son Spritz. En famille nous avons des souvenirs émus du Half en Half création de Francisco CIRIO et fait , dans une flute remplie à ras bord, par moitié de mousseux et de vin blanc.Cela
vaut ce que ca vaut mais c'est trés festif.Buvez cela "Au Cirio" Brasserie ou il fut créé, à Bruxelles.Le plus réjouissant et d'observer le serveur préposé à l'élaboration de ce breuvage et qui
se ballade, une bouteille dans chaque main, remplissant chaque flute, à la place, sans déborder, bien sur.Si vous voulez savoir à quoi cela peut ressembler, rappeler vous le majordome du cour
métrage " Dinner for One " ( wikipédia ou Dayli motion )

Roger Feuilly 25/04/2014 10:41


Jacques, je l'ai cité, mais je pensais qu'à l'époque il était Garde des Sceaux...

JACQUES BERTHOMEAU 25/04/2014 10:44



OK Roger mais tu as oublié Louis Le Pensec Ministre des DOM-TOM et c'est Pierre Joxe et non Alain 



Hervé Lalau 25/04/2014 10:08


Avec tout ce qu'elles prennent dans la tronche, ici où ailleurs, les grenouilles de bénitier, pas étonnant qu'on importe des cuisses d'Asie.

Roger Feuilly 25/04/2014 09:50


Et dire qu'aujourd'hui certains reprochent à Manuel Valls d'être présent à Rome pour les cérémonies de sanctification de Jean XXIII et de Jean-Paul II, alors qu'il y avait pas moins de trois
ministres de la République avec le Premier Ministre Michel Rocard, Alain Joxe, ministres de l'intérieur, Henri Nallet, Garde des Sceaux et Le Pensec, ministre de la mer !

JACQUES BERTHOMEAU 25/04/2014 10:11



Roger 4 Ministres tu oublies Henri Nallet Ministre de l'Agriculture et en plus Jean-Paul II avait été convoyé en Concorde comme on le voit sur la photo



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents