Vendredi 14 septembre 2012 5 14 /09 /Sep /2012 00:09

Chaque année lorsque les feuilles de marronniers roussissent avant de choir tristement sur le macadam de nos villes et que leurs bogues, aux piques pointues comme celles des hérissons – vous tombent sur la tronche, les FAV, les foires aux vins déboulent avec leur lot de chroniqueurs appointés friands de conseils avisés – j’adore la notion de pièges à éviter car je ne savais pas, qu’en plus, le père Leclerc et ses potes de la GD posaient aussi des tapettes dans leurs allées. Ici en Corse le FLNC pose plutôt des trucs qui pètent la nuit à leurs portes –  ou de ceux qui disent qu’il ne faut pas aller dans la GD acheter son picolo. Bref, moi j’ai un poteau qui se nomme Pierre Chanau. C’est un gars du cru, dont je tairai le nom car je n’ai pas envie que des gars d’en haut viennent lui chercher des poux sur la tête, qui me l’a présenté.

 

Comme je suis un stipendié de la GD – ouais, ouais, ouais, j’ai même travaillé avec un certain Jean-Louis Vallet grand mamamouchi des vins de Carrefour pour écrire un truc qui s’est appelé Cap 2010. Le gars qu’était un peu basque sur les bords aimait le vin ça doit-être pour ça que les têtes d’œufs de Carrefour lui ont dit d’aller planter ses choux ailleurs – bien évidemment j’ai alors commis une chronique derechef« Mais qui c’est ce Pierre Chanau ? Pour sûr un gros vigneron qui inonde les foires aux vins ! » link . Bienheureux que je fus car à l’image de son collègue moins connu : Augustin Florent de chez Carrefour, le mammouth qui change de chef et d’enseignes tous les ans, à chaque foire aux vins, tels des morts de faim, des pousseurs de caddies se jettent sur leur souris pour prendre des renseignements sur ce Pierre Chanau.


photo-2BA.JPG 

Mais comme l’actualité est implacable c’est un petit proprio de Bordeaux qui fait la Une des journaux : un certain Bernard Arnault. Le gars, nous dit-on, veut émigrer comme un vulgaire Roms en Belgique. Drôle d’idée, une fois ! Bernard avance qu’il veut rejoindre son demi-Frère qu’est Baron et copropriétaire avec lui d’un Cheval. L’Albert, pas le Roi mais le Frère dément catégoriquement dans le l’ex JO le Figaro du 11 septembre « Nous n’avons aujourd’hui aucun projet concret... » Un peu faux-frère l’Albert. Bref, tout un pataquès qui permet à Libé de se faire mousser à bon compte pour la plus grande joie d’un autre petit proprio de Bordeaux, un certain François Pinault. Les mauvaises langues disent que celui-ci a sitôt arrosé de publicité pour le nouveau parfum de YSL : « Manifesto » le quotidien du jeune Rothschild. C’est beau l’amour qu’ils se portent Pinault et Arnault mais bon entre un ancien marchand de bois et un ancien petit assureur le baston fait parti de la bibliothèque de gènes. En fait tout ça c’est la faute aux socialos qui ne font rien pour soutenir les petits proprios de picolo car ils préfèrent les Airbus. Franchement le père Le Foll devrait convoquer une Grande Conférence Vin&Propriété pour faire plaisir à Vitisphère qui se plaint du désamour du vin en haut lieu. Pourrait même inviter Claude Evin.

 

Plus sérieusement, dans cette affaire y manquait plus que Nanard le sérieusement burné qui, depuis son yacht le « Reborn » battant pavillon de l’île de Man déclare effaré « Il ne devrait pas faire ça ! »  Ouais, ouais, ouais, notre Tapie en père la morale ça ne manque pas de sel une fois ! Cependant, le Nanard, en matière de Meccano de pognon on ne la lui fait pas, c’est un grand expert, rappelez-vous les Piles Wonder. Que dit le fort en burnes « Je n’arrive pas à le croire, je suis extrêmement surpris. La France lui doit beaucoup, mais il doit également à la France. L’Etat l’a notamment aidé financièrement dans le rachat de l’entreprise Boussac, en 1984. » Et il a raison le Nanard. Qui se souvient des frères Willot ? Moi et dès mon retour sur le continent je vous ferai une petite chronique sur la reprise de cet empire du textile en faillite. Pour la petite histoire en 1984 qui était le premier Ministre du père François de Jarnac ? Tout de même m’sieur Arnault quand on vit du Cognac : Hennessy et qu’un ch’ti t’a mis le pied à l’étrier faudrait pas l’oublier. Avoir la reconnaissance du portefeuille ça devrait être dans les gènes d’un ancien assureur-promoteur (Férinel).

 

Reste, pour en revenir à Pierre Chanau, pourquoi diable ce gros proprio est-il copain du futur expatrié Bernard Arnault qui lui n’a que deux petits châteaux à Bordeaux ? Voilà une super belle question qui va vous émoustiller et vous faire précipiter sur vos souris pour éclairer les foules avides qui fréquentent cet espace de liberté. C’est simple comme une grande fortune donc accessible à un honnête bon vivant. Celle ou celui qui trouvera la bonne réponse pourrait gagner un magnum de la Cuvée Impériale de Moët-Chandon (je suis encore tout à côté d’Ajaccio) don de Bernard Arnault.

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés