Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 00:09

3ED76_mondeuse.jpg

 

Le camarade Michel Grisard très attaché aux feuilles de vignes et aux cépages modestes s’inquiète du devenir de la collection de vignes au Domaine de Vassal car l'INRA a l'intention de déménager ce conservatoire au Domaine de Pech Rouge, près de Narbonne. Un courrier adressé aux Ministres de l'Agriculture et au ministre de la Recherche tuteurs de l'INRA voilà plus d'un mois n’a même pas reçu d’accusé de réception.


Alors prenant le taureau par les cornes une pétition a été mise en ligne avec des signataires prestigieux, pas moi je ne suis pas prestigieux et que je ne signe jamais de pétition car j’estime que c’est pisser dans un violon. La lire ci-dessous et Michel demande de la signer et de la faire signer par votre entourage et de la diffuser largement autour de vous.


Vous allez me dire que je ne manque pas d’air. La réponse est oui car si je ne signe jamais de pétition j’utilise d’autres moyens à ma disposition.


Pour enfoncer plus encore le clou le 29 novembre à Paris, Porte de Versailles, avec l'association des « vignerons indépendants », à l'occasion du leur salon une table ronde, point presse est organisée pour :


-relancer cette pétition (à cette date Michel espère plusieurs milliers de signatures)


-soutenir les salariés du Domaine de Vassal.


-mobiliser et impliquer, autour du sujet, les professionnels vivants et dépendants de la viticulture.


-créer une association - fondation d’intérêt général pour aider à la sauvegarde de cette fameuse collection de vigne.

 

Un conseil, afin de faire le buzz, attirer les réseaux sociaux je propose qu'une photo de famille des pétitionnaires prestigieux posant nus simplement protégés par une feuille de vigne soit réalisée par un grand photographe travaillant pour le magazine de Beigbeder LUI.


630400_0203134520089_web_tete.jpg

 

Et pendant ce temps-là dévoilée hier sur le compte Twitter @RayonBoissons, l'information est officielle depuis hier matin. « Pour accroître leur offre de vin rosé, Vranken et Castel ont décidé de créer une co-entreprise à 50/50 sous le nom de Listel SA.


Vranken apportera à la nouvelle entité son usine de Villeroy (Hérault) avec les deux marques Listel-Gris de Camargue et Billette-Rosé de Provence. Castel mettra quant à lui 42 millions d’euros dans l’affaire. « C’est le fonds de roulement nécessaire au développement de notre activité » a précisé Paul-François Vranken. »


L’objectif à moyen terme : produire 40 millions de bouteilles de vin rosé.


A ce jour, il sort 33 millions de bouteilles de rosé des lignes de fabrication de l’usine de Villeroy. Elles sont consommées à 85 % en France et pour les 15 % restants, exportées sur le continent européen, aux Etats-Unis et au Japon.


Rayon Boissons commente « Dans les faits, Vranken-Pommery Monopole reste propriétaire des domaines et châteaux et assurera à son nouveau partenaire les approvisionnements dont il a besoin. De son côté, Castel prendra en charge la commercialisation des produits. Et pas des moindres. Le groupe de Pierre Castel récupère le leader des côtes de Provence, à savoir Billette, ainsi que la marque emblématique Listel en IGP. Avec ces deux signatures, Castel détient tout simplement 13 références du Top 15 des marques de vins tranquilles vendues en GMS. Sans compter un poids très important sur des segments de marché comme le Bag-in-box® et les marques de distributeurs. Bref, qui dit rosé dit désormais Listel SA ! »link


Votre Taulier ne commente pas ce genre d’union, Vranken est un groupe coté, mais son petit doigt lui dit que le contrat de mariage d’apparence bien équilibré, pour le meilleur et pour le pire on s’embrasse sur la bouche, genre carnet rose avec dragées, sans être un mariage blanc lui semble n’être qu’un premier pas. L’avenir nous dira si la corbeille des mariés ne contenait pas d’autres perspectives que de fournir au groupe Castel l’approvisionnement qualitatif et quantitatif nécessaire à l’application de la stratégie de conquête des marchés internationaux et que ce bon Pierre Castel se contentera d’ouvrir à Vranken-Pommery l’accès à ses réseaux de distribution, plus particulièrement sur les marchés à très fort potentiel, la Chine, la Russie et l’Afrique.


Dans un pilotage à deux il y a un commandant de bord et un co-pilote. Suivez mon regard et à bientôt sur mes lignes.

 

La France possède le plus beau patrimoine viticole au Domaine de Vassal.


Préservons-le, il est en danger !


Lettre ouverte aux Ministres de l’Agriculture et de la Recherche pour la préservation de l’extraordinaire collection mondiale de variétés de vignes du Domaine de Vassal.


Crée en 1876 au sein l’école d’Agriculture de Montpellier, aujourd’hui Supagro, la collection viticole Française de référence a été implantée en 1949, dans l’Hérault, au domaine de Vassal, sur des terrains sablonneux propices à la préservation et à la sélection de vignes exemptes de maladies.


Ce sont aujourd’hui plus de 7500 vignes qui sont collectionnées, représentatives du patrimoine ampélographique de toutes les régions de France, mais également des variétés issues du monde entier.


Sur ce domaine, l’INRA réalise un travail fondamental au service de la profession viticole Française, mais aussi des générations futures. Pourtant cette collection vivante, utilisée au quotidien par les chercheurs, les pépiniéristes et les vignerons, risque de disparaître en l’état et, à tout le moins, de s’appauvrir.


En effet, en vertu d’un principe de précaution, l’INRA étudie depuis quelques années la faisabilité d’un déménagement de cette collection. Sa motivation est double : les vignes sont implantées sur des terrains privés, ce qui engendre des couts de gestion importants et, dans le même temps, avec les aléas du réchauffement climatique, les vignes situées à 1,50m au-dessus du niveau de la mer risquent, d’ici quelques décennies, d’être affectées par une éventuelle remontée des eaux salines du littoral méditerranéen.


Dans ce contexte, le monde viticole Français s’inquiète des décisions qui seront prises dans les prochaines semaines. Les professionnels de tous les pays viticoles et des métiers de la filière viticole Française –pépiniéristes, chambres d’agriculture, interprofessions, vignerons, distributeurs, cavistes, journalistes…- s’insurgent et en appellent aux Pouvoirs Publics quant à l’impérieuse nécessité de conserver l’ensemble de la collection constituée au fil du temps et aujourd’hui encore enrichie de vieux cépages orphelins retrouvés. Il n’est pas concevable que, dans un mouvement précipité et faute de temps et des moyens adéquats, un déménagement se traduise par une perte de la richesse végétale patiemment engrangée depuis 140 ans.


C’est pourquoi nous demandons des garanties et proposons trois actions concrètes :


1/ Nous proposons qu’une dernière médiation puisse être engagée entre l’Etat, la direction de l’INRA, les collectivités territoriales et le groupe Vranken, propriétaire du foncier du domaine de Vassal, pour pérenniser la collection sur le site et en améliorer le fonctionnement.


2/ Nous demandons que l’Etat s’engage sur une sauvegarde totale des collections implantées au Domaine de Vassal. Si le principe d’un déménagement devenait inéluctable, nous souhaitons que l’Etat donne en effet à l’INRA les moyens de pouvoir le réaliser dans les meilleures conditions, sur un site unique, approprié et exempt de phylloxera. Ce déménagement devrait être réalisé sur une durée longue permettant la replantation des vignes en toute sécurité, mais aussi en assurant la disponibilité des personnels mobilisés par cette démarche afin qu’ils poursuivent, dans le même temps, leurs activités de recherche, de conseil et de suivi technique, dont celui du vignoble.


3/ Nous suggérons enfin la création d’une Fondation pour la Sauvegarde du Patrimoine Ampélographique Français, qui aurait pour objet : de contribuer à la permanence, au rayonnement et à la valorisation nationale et internationale de la collection ampélographique française, y compris sur un plan économique, de regrouper et d’impliquer les vignerons Français, les structures professionnelles concernées, les collections ampélographiques régionales et les associations de préservation de la diversité viticole, d’accompagner durablement les démarches entreprises par l’INRA et par l’ensemble de la filière technique, de participer au financement conjoint de la collection.


Ces propositions permettraient de mieux répondre à la demande croissante des amateurs de vins, qui, lassés par une standardisation où 30 cépages représentent 70% de la production mondiale, souhaitent découvrir des vins issus de cépage locaux, originaux et historiques. Dans cette perspective, le rôle important de cette collection prend tout son sens.


Madame et Monsieur les Ministres, il s’agit là  de bâtir l’avenir d’un secteur économique national de référence, par la préservation d’un trésor de biodiversité unique au plan mondial qui, de fait, concerne l’Humanité toute entière.


Les signataires


Michel Grisard. Président du Centre d’Ampélographie Alpine Pierre Galet

Olivier Poussier. Meilleur Sommelier du monde 2000

Nicolas Joly. Président de l’association Renaissance des Appellations

Philippe Meyer. Président de la Rencontre des Cépages Modestes

Eric Rominger et Jean-Michel Deiss. Président et dirigeant de l’association Vigne Vivantes d’Alsace

Marc Parcé. Membre de l’association SEVE et du Comité National de l'INAO

André Mercier. Président des Vignerons Ardéchois

Jean-Luc Etievent. Président du Conservatoire International des Cuisines Méditerranéennes

Guy Kastler. Délégué général du Réseau des Semences Paysannes

Claire Julien. Coordinatrice de la Fédération Nature & Progrès

 

Correspondance à adresser au Centre d’Ampélographie Alpine Pierre Galet

Musée régional de la Vigne du Vin. 46, rue du docteur Veyrat. 73800 Montmélian

Michel Grisard. Président link

Michelgrisard@wanadoo.fr  Tel : 06 15 38 50 61 


 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 20/11/2013 19:22


Denis, prestigieux ou pas, la pétition « bon marché » (un clic et trois secondes au clavier) n’engage à rien, ne coûte rien et ... ne rapporte rien non plus. Bien sûr, me
rétorquera-t-on, cela ne mange pas de pain et si jamais on peut ainsi aider un peu .....


 


Moi je pense le contraire. Si une cause vaut la peine qu’on la défende, il faut la prendre à bras le corps et y engager du temps et de l’énergie. A l’aube de la soixantaine, j’éprouve de moins en
moins souvent cette exaltation. Sinon, il faut laisser pisser les chevaux et garer son char au bord du chemin. 

Denis Boireau 20/11/2013 09:32


Ah merde, fallait etre prestigieux pour signer? mais moi j'ai deja signe, et je ne suis pas prestigieux du tout :)

Luc Charlier 20/11/2013 08:07


Tout en souhaitant évidemment qu’un conservatoire ampélographique ne subisse aucun dommage, je partage entièrement l’avis du Taulier quant aux pétitions, surtout électroniques. Même s’il
s’agissait de libérer mon ami le plus cher d’une sinistre geôle – heureusement, il n’est pas emprisonné – je ne prendrais pas la peine de signer une pétition le concernant. C’est se donner bonne
conscience à peu de frais, y compris pour les initiateurs.


En outre, dans ce cas d’espèce, il y a des signatures que la mienne préfère ne pas côtoyer. Il ne s’agit pas d’éthique (Qui suis-je pour donner des leçons ?) mais bien d’esthétisme.


 


On me répondra : ne rien faire du tout est plus facile. C’est ce qu’on répond toujours. No comment.

... 20/11/2013 07:29


Je me permets de joindre le lien pour signer la pétition pour la préservation du domaine de Vassal


 


http://www.petitions24.net/defense_vassal

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents