Jeudi 30 août 2012 4 30 /08 /Août /2012 00:09

Je n’ai pas pu résister : voilà le travail d’un Taulier en congepés d’été, dans l'île de Beauté normalement ses derniers.

 photoCorse1.JPG

 

« Concentration aromatique, belle acidité... les premières vendanges sur les cépages blancs laissent augurer de beaux vins de garde. Dans le sud, le sciacarellu souffre tout de même de la chaleur... » À Patrimonio Antoine Arena a dégainé le premier en commençant ses vendanges le 18 août devancé de 48 heurs dans l’extrême sud par un autre pape de la viticulture insulaire Yves Canarelli qui a rentré tout son biancu gentile, le sciacarellu et vermentino. Les caprices du climat devenus des dérèglements de celui-ci affolent le calendrier des vendanges dans notre vignoble le plus méridional : Yves Canarelli le dit « Nous avons vendangé le 16 août. On aurait pu le faire le 15 août mais c’était la Sainte Marie... Il y a 20 ans, lorsque j’ai commencé ce métier on vendangeait autour du 10 septembre. Depuis 2000, nous n’avons plus vendangé en septembre. Auparavant, le plus tôt dans l’année, c’était le 17 août en 2003. »


photoCorse2.JPG

 

Tout ça c’est dans Corse-matin : les vendanges sont un merveilleux marronnier qui permet de meubler une pleine page avec grande photo en Une (toujours ça de pris, la PQR n’aime pas beaucoup l’écrit). Le journaliste Christophe Laurent au patronyme affreusement continental pond une copie qui suit le même scénario que celui de l’année passée. Bien sûr, le couplet sur le millésime est de mise et pour le décrire quoi de plus chic et tendance qu’un « maître sommelier de France » : Patrick Fioramonti du Grand Hôtel de Cala Rossa à Porto-Vecchio (peut-être qu'Emmanuel Delmas, le Du Bellay de la blogosphère , aurait fait mieux? Qu’en penses-tu chère Eva ?) Que nous dit-il cet homme qui ne sert que des bronzés plein de thune ? « Les vignerons que j’ai eus au téléphone me disent que le raisin est magnifique. En quantité ce sera moindre mais en qualité par contre... On aura sans doute de très beaux vins de garde. Il ne faut pas croire que l’épisode climatique va donner un millésime solaire comme 2003 ! Il ne faut pas oublier la pluie, le froid et la chaleur correcte que l’on a eue auparavant. Là, les raisins vont avoir une richesse aromatique, une belle concentration, une superbe acidité. Attention à ne pas vendanger trop tard parce que le degré d’alcool monte en ce moment comme un TGV ! Il faut garder de la fraîcheur à nos vins ! »


photo-Corse3.JPG

 

Je n’ironiserai pas sur le fait que notre gars il ne se donne  même pas la peine d’aller mettre son tarin dans le vignoble pour constater lui-même l’état de santé du raisin mais je note la forte utilisation du verbe falloir. En Corse y’a déjà 4 techniciens par agriculteur maintenant si les sommeliers s’y mettent y sont pas sortis de l’auberge nos amis vignerons insulaires. Pour le reste les ingrédients de la sauce sont toujours les mêmes donc reste le saucier qui se fait mousser. Grand bien lui fasse mais il existe tellement de produits de substitution qu’on en vient à se demander qu’avec tous ces conseilleurs, ces guides, a-t-on vraiment besoin lorsqu’on pose ses fesses sur les chaises de luxe d’un resto qui pète aussi haut que son cul d’un sommelier pour te conseiller puisqu’on sait tout ?

 

Sans transition ni commentaire j’en reviens au titre de cette chronique « Il n’y a qu’un guide vraiment valable sur le marché français : celui de Bettane et Desseauve » qui est une pure citation d’un bel encadré de Corse-matin (voir ci-dessous) Pas sûr que leurs petits camarades de la RVF soient être très contents, je vois bien Denis Saverot provoquer en duel Thierry Desseauve, à vélo bien sûr : le Ventoux par exemple ou s’ils poussent jusqu’en Corse la montée vers le Clos d’Alzeto. Du côté de Pierre Guigui je lui conseille un duel à la belote avec Michel Bettane. Pour les autres, le guide Hachette qui n’a pas de visage et au couple Gilbert&Gaillard dont je ne sais qui est le bon G... pour ne pas faire de jaloux je vous donne les références de tous ou presque :


photo-Corse4

 

Le Grand Guide des Vins de France - Bettane & Desseauve

Le Classement des Meilleurs Vins de France - La Revue du Vin de France

Guide Hachette

Guide Gault Millau : Les meilleurs vins de France

Guide des vins en biodynamie - Evelyne Malnic

Bonnes adresses du Vin Bio - Jean-Marc Carité

Guide des Vins Bio - Evelyne Malnic, Georges Lepré, Antoine Pétrus

Guide des vins de Bourgogne

Le guide des vins de Bordeaux - Jacques Dupont

Guide Quarin des vins de Bordeaux - Jean-Marc Quarin

Guide Parker Bordeaux

Les notes Parker des vins de Bordeaux

Guide Parker France

Meilleurs vins à petits prix - Antoine Gerbelle & Ph. Maurange (RVF)

Guide des vins Gilbert et Gaillard

Guide Fleurus des Sommeliers

Les 1001 meilleurs vins à moins de 10 € - Ed. Petit Futé

Vinalies Internationales : 1000 vins du monde

Vins, Vignobles et Vignerons - Guide Ellébore

Guide Solar des Vins Bio

Le petit Lapaque des vins de copains

Le Guide des grands amateurs de vin - Alain Marty

Guide Paumard des grands vins du monde

Les Grands Bordeaux de 1899 à nos jours - Franck Dubourdieu

Les Bons Bordeaux - Franck Dubourdieu

Guide Dussert-Gerber

Guide des Vins Bio

Mes vins préférés à moins de 10 € - Jean-Pierre Coffe

Guide Malesan

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : berthomeau
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Et le guide du "bouche à oreille" ?

De loin le meilleur !

Bonne journée.

Commentaire n°1 posté par gus le 30/08/2012 à 08h12

@Gus

Va plus loin, Gus. Vas-y coco : le guide du bouche à bouche !

Commentaire n°2 posté par Luc Charlier le 30/08/2012 à 08h42

Ne pas oublier CARNET DE VIGNE de SYLVIE AUGEREAU, celle qui tente de donner un peu de sensibiliter bio/nature a la RVF!

Commentaire n°3 posté par Denis Boireau le 30/08/2012 à 09h19

Bettane ? Desseauve ? C'est qui ces deux-là ? Ah oui, deux anciens journalistes recouvertis dans le business et le marketing ...

Commentaire n°4 posté par Alain Leygnier le 30/08/2012 à 09h42

@ Alain: le business de Bett' et Dess' etant la critique du vin, l'organisation de degustations, un salon des vins (non Luc, pas un vallon des seins!) des selections de vins, et un guide, on peut penser qu'il est heureux qu'ils aient abandonne le journalisme pour se consacrer avec autant de succes a ces activites si bonnes pour l'extension du domaine du vin.

Commentaire n°5 posté par Denis Boireau le 30/08/2012 à 09h53

Je n'ai aucune affinité particulière avec Gus, mais il se trouve que je le rejoins, pour une fois, à propos du "bouche à oreille". Il ne me viendrait pas à l'idée d'ouvrir un guide pour choisir un vin, que ce soit à titre privé ou encore moins à titre professionnel. Même pas pas pour y chercher l'adresse d'un vigneron : pour cela les pages jaunes.fr et autres annuaires en ligne remplissent très bien leur fonction. Je crois, comme le suggère Gus, que les vins viennent à nous au gré des rencontres, qu'elles soient virtuelles ou apportées par le souffle chaud de l'amitié partagée devant une assiette, amitié qui déroule au gré de quelque repas les noms de vignerons. Les français sont me semble-t-il l'un des rares peuples à parler de "bouffe" autre que celle qu'il ont dans l'assiette lorsqu'ils sont à table. Parce que ce qui est dans leur assiette les renvoie à d'autres tables auxquelles ils ont goûté les mêmes produits travaillés autrement. C'est un peu comme un dictionnaire qui nous renvoie d'un mot à l'autre, d'un voyage imaginaire à l'autre. Il en va de même pour le vin. Servez à vos amis le vin que vous pensez être le plus en accord avec le plat que vous leur servez, ils vous diront (à condition qu'ils soient francs du collier) qu'ils auraient préféré tel autre vin de tel vigneron que vous ne connaissez pas (pas encore) ce n'est pas pour vous faire chier, encore moins pour vous ridiculiser, non, vos amis veulent que vous découvriez ce qui pour eux s'apparente au meilleur de leur idéal. Et ils ont raison de le faire. Et vous aurez raison, souvent , de les écouter.
Alors Gus, on n'est pas copain pour deux roubles mais je suis tout à fait d'accord avec vous: le bouche à oreille, c'est bien plus sympathique qu'un guide, signé généralement par un ou deux mecs mais construit par d'autres payés même pas au tarif syndical et dont les avis sont peut-être discutables. Car là aussi les amitiés franchissent souvent le pas mais ce n'est pas toujours pour la bonne cause

Commentaire n°6 posté par s.cadio le 30/08/2012 à 17h05

D'accord à 95 % avec toi, Ma Cad. Pour le reste (infos pratiques, tarifs, disponibilité des vins), la plupart des domaines ont leur site internet et tous ont le téléphone. Le bouche à oreille, c'est aussi le droit de pouvoir exercer son sens de la curiosité, le meilleur moyen pour moi de fréquenter le monde du vin.

Commentaire n°7 posté par Michel Smith le 31/08/2012 à 07h22

les guides sont au moins aussi pertinents que nos appellations:

Soit:

un Observatoire n. Endroit où les astronomes refont des conjectures sur les affirmations de leurs prédécesseurs.

ou bien:

un Rite n. Cérémonie religieuse ou semi-religieuse fixée par des lois, des préceptes ou des habitudes, et dont on a soigneusement extrait l'huile essentielle de la sincérité.

Extrait du dictionnaire du Diable de Ambrose Bierce

Commentaire n°8 posté par william Munny le 31/08/2012 à 08h16

Quels sont les 5% sur lesquels tu n'es pas d'accord mon Smith?

Commentaire n°9 posté par s.cadio le 31/08/2012 à 09h21

Articles récents

Liste complète

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés