Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 13:00
indexClapton.jpgHervé Bizeul se fait plus rare sur la Toile depuis quelque temps mais comme chacun sait ce qui est rare est cher, ici au sens le plus noble du terme. Alors, lorsque ce dimanche de mars grisaillou, en début d’après-midi sa chronique En Arles, le Clos des Fées « unplugged »link a envahi mon écran je me suis dit Taulier tu vas en extraire une citation et te taire.


Pourquoi ce genre de faire ?

 

Deux raisons :


-        Je partage à 100% les remarques d’Hervé Bizeul,


-        Je suis un fondu d’Éric Clapton et j’offre « unplugged » en cadeau Bonux pour Hervé et vous tous.

HB

« Je pense que ce genre de salon ferait du bien à certains vignerons, les vignerons « d'en haut » ai-je envie de dire... Non pas que je me considère comme faisant partie de ce genre-là, bien sûr [...]


Cependant, je suis juste assez « connu » pour ressentir quelques évidences qui tiennent en fait en trois remarques, plus ou moins profondes :


- les « grands » vignerons ont littéralement abandonné leur pays d'origine et sa population... Ils ne sont plus en contact avec leur culture et vivent dans une bulle « d’en haut », bien loin des amateurs de vins « d'en bas », réservant leurs sorties à l'export et/ou à des manifestations triées sur le volet où des réceptions au château où, il faut bien le dire, le niveau d'imposition sur la fortune sert de sésame.


- ils sont alors totalement déconnectés autant de la réalité du goût que de la concurrence du prix. Ne se goutant qu'entres eux, ne se confrontant qu'entres eux, ils ne sont plus à l'écoute des désirs et des goûts des vrais gens. A l'extrême, ce qu'ils considèrent comme « bon » ou « grand » peut en fait provoquer le rejet, voire le dégout chez un français moyen...


- ils se croient souvent « intouchables », jouissant du prestige d'une AOC historique et/ou de celui d'une marque forte et réputée. Mais voilà, il ne « rendent » pas ce qu'on leur a donné, ne « redistribuent » rien de ce même prestige et/ou de cette « qualité » et n'alimentent pas, sauf dans un cercle très réduit, la passion du vin en général ni sa pédagogie. En vérité, la plupart d'entre eux jouent un jeu égoïste, leur nom ou celui de leur château étant désormais en première place, leur AOC étant parfois rejetée sur la contre étiquette (je le sais, c'est le cas du Clos des Fées/Clos des Fées, pour une autre raison). »

 

68487322.jpg

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...
  • Des chocolats pour le directeur, et un ascenseur pour... Par Slawomir Mrozek
    Une couverture illustrée par un dessin de CHAVAL. « Des chocolats pour le directeur, comme son titre l'indique, est un petit cadeau à déguster : cet ensemble de courtes nouvelles, composées pour la plupart dans les années 1960, paraît à l'occasion des...