Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 00:09

Le sieur G.N.B dont le patronyme assemble avec un trait d’union le nom d’un vieux distributeur de vins Nicolas et un bout de celui d’un GCC prestigieux Brion est le taulier du blog « Du Morgon dans les veines » référence transparente au « père spirituel » des vins dits naturels l’ami et regretté Marcel Lapierre. Guillaume, donc, est pour moi la référence, le mètre-étalon du versant des buveurs de vin nu (dixit la Woody Allen du vin Alice Feiring).


Morgon-dans-les-veines.JPG           Très beau cliché de GNB emprunté pour la bonne cause au blog : www.fou-rgeot-de-vin.com merci !

 

Le 07 janvier 2013, il a commis une chronique « Cheval-Blanc et Yquem, deux mythes à mourir d'ennui » link qui, loin d’être une simple charge ou un pur pamphlet raillant deux icones, met bien en lumière, même si ça dérange les tenants de l’orthodoxie, deux approches du vin. Vous le savez elles ne sont pas pour moi antinomiques, bien au contraire, elles se frictionnent, elles se fractionnent, et surtout de l’arborescence parfois confuse des nouvelles ramures nait une nouvelle canopée et les dominants actuels, les branches maîtresses, auraient torts de traiter par le mépris ce petit monde de jeunes pousses. Tout change pour que rien ne change, en 10 ans le paysage du vin sous l’apparence d’un lourd conservatisme s’est bouleversé et c’est heureux.


C’est heureux car eux ce sont des consommateurs, des vrais, des tous neufs. Pas des vieux bonzes vitrifiés dans leurs certitudes, brassant les mêmes idées reçues, les mêmes phantasmes, grande armée de geignards non-voyants, sourds mais malheureusement pas muet. Libre à eux de railler les GNB et la cohorte de ses frères et sœurs, quitte à pédaler derrière eux via des blogs, Face de Bouc et maintenant Tweeter, mais de grâce qu’ils se souviennent du temps où ils ont laissé passer les bons trains perchés qu’ils étaient sur leurs certitudes. Pour autant, je ne brosse pas Guillaume, les vignerons qu’il vénère dans le sens du poil, tout n’est pas comestible, tout n’est pas à la hauteur, parfois ça pue des pieds et ça flirte avec le jus de chausse. Cependant j’adhère à ce qu’écrit le zébulon des quilles qui font rire les filles :


« Le vin est une boisson, et par cette nature, il est fait pour être bu, avalé et donner les idées heureuses. Ici, je me sens loin de tout ça. Une armée des ombres faite de buveurs, de néophytes, d'amateurs, de connaisseurs, de professionnels en a conscience, elle est justement en train de sortir de l'ombre. En tant qu'amateurs-blogueurs, nous avons aussi une responsabilité. J'irais même jusqu'à paraphraser un vieux barbu : les blogueurs n'ont fait qu'interpréter diversement le monde du vin, il s'agit maintenant de le transformer. Quitte à être les idiots utiles du système qui en accouchera. »


Je ne sais à quel vieux barbu ce jeune pourfendeur de GCC fait allusion, peu me chaut, mais  ce dont je suis convaincu c’est que le vin installé dans un unique statut « d’onction extrême » c’est-à-dire comme un marqueur social, un moyen d’affirmation statutaire, n’est pas le seul avenir du vin. Je déguste donc je suis, c’est goûter de l’art officiel et l’art officiel c’est parfois chiant, très chiant. Pour autant, je n’adhère pas aux idées fumeuses de l’alter-vin qui n’est qu’une captation d’un concept fort lointain de la réalité des vins dit naturels. Que ceux qui les produisent se réfèrent à des valeurs, à une éthique, à une conception du monde, j’en conviens, mais à l’autre bout de la chaîne ce ne sont pas les masses laborieuses qui sont au rendez-vous de l’acte d’achat. Nous sommes bien loin du commerce équitable. Souligner les contradictions des autres c’est aussi assumer les miennes et je ne jette la première pierre à qui que ce soit. Ceci écrit il vaut mieux éviter, du côté consommateur, de se la jouer rebelle par procuration. Chacun vit sa vie là où il la vit.


Dans le papier de G.N.B comme dans une pièce de Feydeau, il scande ses propos sur ces « fameux vins que plus personne ne peut boire » par des piques et des rires qui virent au jaune (sans allusion aucune à la robe d’Yquem)


« Enfin, l'exceptionnel, c'est surtout leur prix : tout cela nécessite un coup de fil à Cetelem avant le passage en caisse. Parait qu'un mythe n'a pas de prix... Ben si, en fait. »


 « On commence avec Y de Yquem 2006 (…) autour de 120 euros. Je me marre. Il s'agit bien d'une bouteille de 75 centilitres, pas d'un magnum ni d'un jéroboam… »


« Le Petit Cheval en 2006… Chez le caviste, on débourse un peu plus de 150 euros pour une simple bouteille. Je me marre (bis). »


« Le 2001 est certes plus léger (heureusement, d'ailleurs) mais ennuyeux à mourir. Plus de 200 euros la quille. Je me marre (ter). »


« Le Cheval-Blanc 2006 à l'amertume exécrable (et Dieu sait que j'aime l'amertume) qui monte à 620 euros les 75 centilitres (là aussi, on parle toujours du prix d'une bouteille normale). Je me marre, mais là ça tire sur le rire jaune. »


« Puis, tel un destroyer qui vient tout sauver, voici Cheval-Blanc 2000… « Tu dois avoir le palais sacrément déviant pour ne pas apprécier un vin à 1200 euros ». Il n'y a pas de faute de frappe, il faut bien lire 1200 euros. 1, 2, 0, 0. Quatre chiffres. Soit un vin qui coûte plus d'un smic net, un vin dont le centilitre coûte plus de 15 euros... En le buvant, je m'ennuie et vu le prix du vin, je ne me marre plus du tout.


« Le grrrrrand Yquem… La version 2007 est plutôt jolie… Parker lui met 98/100 avec ce mot "magique". A 550 euros la bouteille, c'est une aberration. »


« Yquem 2005 s'avère crémeux avec pas mal de sucre : bref, tout ce que je déteste… L'accord avec le pata negra pourrait me faire exploser de rire. Entre 600 et 700 euros la quille, je ne rigole plus, mais alors plus du tout. »


Enfin un Yquem un peu plus vieux, le 1996 qui se montre champignonné, donc je dirais joli mais là encore assez ennuyeux. A 300 euros, on casse les prix, c'est presque abordable... Non évidemment, je déconne. »


Fermez le ban, je sens que l’autre Nicolas trépigne depuis longtemps dans ses Richelieu bien lustrées, crie au crime de lèse-majesté, clame son mépris à l’endroit de ce maraud incapable d’apprécier à sa juste valeur ces nectars divins. Que ne fut-il venu avec nous déguster pour relever le gant ? Reste que ces prix pharaoniques frisent l’indécence et, comme le fait très justement remarquer GNB, sauf à vouloir nous épater, on se demande bien pourquoi les communicants du BM nous ont embarqué, nous des petits blogueurs, sur cette galère ? Erreur manifeste de cible, manque de discernement, qui marque pour moi leur incapacité à assumer ce qui avait fait leur réputation : l’art de dénicher des belles quilles vendues à des prix abordables. Tout ce décorum glaciaire, ce côté galerie marchande pour gros comptes que l’on peut retrouver partout ailleurs dans le monde mondialisé, y compris sur les nouveaux paquebots de croisière, est à 100 lieues de l’esprit caviste qui restait encore présent auparavant.


Sur ces fortes paroles, qui ne plairont à personne, je forme le vœu que les vieux ou presque, dont je suis, assez confis dans leurs certitudes, leurs habitudes, leur confort intellectuel, les nouveaux entrants modèle GNB et ses frères-sœurs de lichette souvent radicaux, parfois folâtres, quelquefois de passage, et les entre-deux qui ne savent pas toujours où ils habitent, contribuent à l’extension du domaine du vin de convivialité. Trop de sérieux nuit à la crédibilité : comme l’écrivait Jean-Louis Buer, alors directeur de l’INAO, dans sa réponse à mon interpellation « bonnes fêtes et large soif » Avec le vin la fête c’est tous les jours… alors buvons à notre guise ce qui nous fait plaisir chers amis… tout le reste n’est que littérature… et l’on ne fait pas du vin avec des mots.


Vous pouvez tirer à vue sur la pianiste il est à l’épreuve des balles virtuelles…

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

tom dooley 09/01/2013 22:51


Il faut bien comptabiliser ce que l'on offre; les valeurs se perdent

herve bizeul 09/01/2013 21:37


Cher Hervé, je consacre 15 % de la production à faire gouter ce vin, dont chacun est libre, ensuite, de choisir d'acheter ça ou autre chose. Le mieux est de passer la gouter et de discuter après
du prix et de la valeur des choses ;-)


Lu aujourd'hui, sous la plume de Maurange le panégérique de Carruades de Lafitte 2010, 17,50/20, 180 000 bouteilles, une affaire à 230 euros...


Permet moi de penser que mes 1 800 à 2 000 petite Sibérie à 160 euros en primeur, prix inchangé depuis 10 ans, ne sont vraiment pas dans la même cour... (ou les mêmes cours ?). Le Roussillon est
décidément un drôle d'endroit ou il y aurait une fatalité à crever sur ses vignes, certains pensant les vignerons destinés a la médiocrité, au sous dévelloppement, au non investissement. Je vais
essayer d'éviter, si tu veux bien, d'éviter cette voie et,si j'y arrive, je le devrais beaucoup à la petite Sibérie et à ses amateurs...

Lalau 09/01/2013 12:04


Un billet comme je les aime. Provocant. Berthomeau n'est jamais là où on l'attend exactement. Il sait apprécier pas mal de points de vue, mieux, s'en délecter avec gourmandise, ou en faire du
hachis-menu.


Ce que dit 'l"'autre Hervé" n'est pas faux. Maintenant, en ce qui concerne l'encre d'imprimante,  dont le prix est effectivement scandaleux, mais nous sommes des clients captifs en fonction
de la marque de l'imprimante. Pour Yquem, on peut choisir de ne pas en boire.


Et puis, avec tout le respect que je dois aux les vignerons qui trient et retrient, ce qui fait le vrai prix d'Yquem, ce n'est pas seulement son contenu, mais sa (relative) rareté et son statut.
Nous (et je ne me compte pas parmi les amoureux exclusifs du nature) avons le droit de trouver ce genre de GCC non seulement trop chers, mais impayables, de ne pas vouloir les recommander à nos
lecteurs, notamment parce que nous ne les buvons que très rarement nous mêmes. Dire que ces grands vins nous ennuient, comme Nicolas-Brion - je ne sais pas, je n'en n'ai pas assez goûté; c'est
son droit le plus strict de le dire, mais ce n'est que son avis.


Je n'ai jamais goûté non plus de Petite Sibérie, pour les mêmes raisons - mais je trouve le principe d'une cuvée impayable très utile, pour le coup, parce qu'elle donne à penser que le Roussillon
est capable de rivaliser avec les meilleurs vins de la planète.


C'est un peu pathétique (parce que je ne suis pas sûr que M. Bizeul trouve le principe moralement défendable, lui qui connaît le prix de revient de son vin), mais c'est bien vu. Et si j'en juge
par ses autres vins, je suis même près à croire que sa petite Sibérie est plus vivante, moins ennuyeuse que pas mal de GCC...

patrice trempil 09/01/2013 10:48


Je profite de ce message pour souhaiter une bonne année au Président de l'ABV et à ses lecteurs


Si la question sur le grand barbu est sérieuse, voici la réponse : Marx


Peut-être d'avoir trop fréquenté les cercles rocardiens fait oublier quelques fondamentaux


cordialement,
Patrice

JACQUES BERTHOMEAU 09/01/2013 10:53



GNB ayant un goût proncé pour Mélanchon j'aurais aimé qu'il citât MARX avec son prénom, Karl, sinon les petits louves et les petits loups auraient confondu avec le chef médiatique et déplumé.
Rocard malheureusement avait lu Marx


L'ABV n'a pas de Président mais un Secrétaire-Perpétuel autoproclamé



herve bizeul 09/01/2013 09:44


Une histoire qui se fond dans celle de la civilisation occidentale...


Un domaine unique où il se passe indéniablement quelque chose de mystérieux à faire se dresser les poils sur les bras de quiconque est un peu mystique...


Une technique de production ancestrale, admirablement conservée...


Des millésimes régullèrement à jeter à la poubelle car à la merci d'un climat...


La main de l'homme, nombreuse, respectée, talentueuse, partout et irremplacable...


Le tout pour un des seuls vin, qui résiste souvent plus d'un siècle aux ravages du temps, transgérationne au  niveau des souvenirs (quel bouteille de vin nature ce militant va t'il acheter à
ses enfants à part un vin jaune déjà bien oxydé...?).


Ah, ce 59 bu sur une pastilla de pigeon pour mes trente ans...


S'il y a bien un vin dont le prix est corrélé à la "valeur", c'est Yquem... Une bouteille de 96 à trente fois le menu best off de mac do ou à dix fois un repas sans vin chez Hippo, tu trouves ça
honteux, toi ? Moi, non.


Ce mépris des talibans du vin nature pour les grands vins français est je crois ce qui me les rend le plus antipathique. En quoi cela le gène t'il ? "Si tu n'aimes pas ça, n'essai pas d'en
dégouter les autres", disait ma grand mère... 

JACQUES BERTHOMEAU 09/01/2013 09:49



Oui mais moi j'aimais bien Alexandre de Lurs Saluces et sa pétillante épouse... l'autre il boit du lait et c'est un austère pour le reste adresse-toi à GNB



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents