Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 00:09

Nous voguons vers la Saint Sylvestre et dans ma ville capitale pour cette dernière soirée de l’année les restaurants se divisent en deux catégories : les fermés majoritaires et ceux qui sacrifient à la tradition du Réveillon avec addition en relation (l’exception ce sont quelques brasseries connues qui sont prises d’assaut). Je ne vais pas vous faire le coup très en vogue d’affirmer que je hais les fêtes obligatoires, non tout bêtement je n’ai nulle envie d’aller m’empiffrer, m’emmerder au prix fort… Alors adieu foie gras, caviar, bûches et cotillons, j’irai me taper une enfilée de toiles dans des cinés vides. Ainsi je rattraperai mon retard de films car ces derniers temps mes vaches m’ont énormément pris du temps.

 

Cependant, afin de célébrer dignement la nouvelle année qui est bissextile je propose à ceux qui réveillonneront, en guise d’hépatoum, et pour les autres, ceux qui bossent ce soir-là et les gars comme moi, en guise d’exercice des zygomatiques et décalaminage des neurones, une perle de Desproges.

 

À la soupe

 

« Pot au fou dans la bouillon

Grosses cargos de Bourgogne

Tournedos de la chef végétarienne

Camembert dans son boîte en bois

Pinard de Bordeaux et Cie. »

 

C’est le menu d’une auberge « française » à la sortie de Dallas, qui s’appelle : « Ah ! Le grand vin blanc ».

 

Publié dans le journal l’Aurore « gardien des rudes valeurs de la France profonde » sous la rubrique « Bref »

photoBref.jpg 

Celle-ci valut au journal un flot de courrier exigeant la démission de Desproges. En conférence de rédaction un des directeurs s’était déjà inquiété de l’identité de l’hurluberlu chargé de cette rubrique. En effet, Desproges venait de signaler qu’ « un groupe de 19 Écossais ivres morts circulant dans un taxi a été intercepté par la police d’Aberdeen au motif que le chauffeur était noir. »

 

Desproges fut sauvé par une lettre adressée à la direction « Je ne lis pas l’Aurore mais je l’achète chaque matin pour Desproges. » Et c’était signé Françoise Sagan.

 

Desproges noua avec Sagan des liens d’amitié encore renforcés par la non-interview d’anthologie qu’il lui fit subir à la télé quelques années plus tard en posant des questions loufoques et hors sujet… Énorme !

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

tiuscha 31/12/2011 09:05


une perle en effet, merci. Et un hommage à celui que j'adore pour son humour noir et sa plume; ce soir sera assez sûrement riz blanc,par solidarité avec mes filles qui ont une
gastro.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents