Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 09:00

 

Sans vouloir être bégueule, le courrier que je viens de recevoir (voir ci-dessous) me laisse de glace. Faut me comprendre, mon lourd passé de grouillot de Ministre m'a permis de me faire trimballer dans toutes sortes d'aéronefs pilotées par de beaux militaires de l'armée de l'air, alors m'envoyer en l'air pour aller à l'abbaye d'Hautvillers, très peu pour moi.
Donc voici la bafouille en question :
Chers tous, 

Dom Pérignon propose, à quelques heureux élus, de vivre son acte de création majeure: les vendanges à l'abbaye d'Hautvillers. 

Cette journée inclut une dégustation privée avec Richard Geoffroy, notre chef de caves de beaux millésimes récents et anciens.  
 
Vous trouverez le programme et les modalités de participation sur le lien et dans la brochure jointes : link
  
Les places sont rares; nous avons déjà 20 personnes inscrites qui se rendront en Champagne en hélicoptère privé, en jet privé et en train, pour ceux qui n'utiliserons pas les transports proposés. 

Nous vous invitons à communiquer cette offre à votre réseau relationnel car vous connaissez certainement des "adoreurs" de Dom Pérignon qui souhaiteront saisir les dernières places.
 
Restant à votre disposition pour toute question sur ce programme. 

Bien cordialement

Comme je suis un peu fouineur je suis allé en cliquant sur le lien pour voir ce dont il s'agissait. Bien m'en a pris, la petite balade a un prix : 349 euros x 3 soit 3 bouteilles de Dom Pérignon vintage 1998.

DP_P2Verdanges_Magento_rightPanel--1-.jpg
Pour ne rien vous cacher je trouve ça un peu mesquin ce machin pour parvenus friqués et, sans en rajouter, je trouve aussi qu'il y a dans ce pack vendanges un part d'indécence vis-à-vis des vrais vendangeurs, ceux qui, toute la sainte journée, coupent le raisin.

Elle doit être belle l'abbaye d'Hautvillers, JP Kauffmann, si je me souviens bien, en parle dans son livre : Voyage en Champagne, et déguster avec le chef de caves Richard Geoffroy doit être bien agréable, mais y aller en troupeau sélectionné n'est pas ma tasse de thé.

Si Christophe Navarre, le boss de MH, en souvenir de nos exploits passés dans la région délimitée de Cognac, souhaite m'inviter à l'abbaye d'Hautvillers, je lui signale que les sapeurs-pompiers de Tiuccia, mes voisins, sont dotés d'une plate-forme pour hélico.

Je plaisante bien sûr...« Mes amis, la Corse est une île, et je devrais m’arrêter là… »

 


Francis cabrel - tourner les helicos par bisonravi1987

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 01/09/2014 11:09


La très respectueuse RDF dans une livraison de début d'année indique une estimation par les champenois du nombre de col de Dom Pérignon soit entre 4 et 5million . Les garnements nous font croire
qu'il s'agit la d'une information quasi secrête qu'il nous font partager, en prenant des risques ( hihihi ) très confidentiellement : le risque en effet de s'attirer les foudres de LVMH et de son
très chatouileux PDG Bernard ARNAULT ( OK Taulier ?) Mais c'est aussitôt pour vanter le produit et la
performance qui consiste à élaborer un produit         ( sisisi, un produit) dune telle régularité pour une telle quantité ! Ce qui est le critère d'une
production industrielle qui ne laisse plus aucune place à la nature. ( Sans compter les achats de raisins ou de vins du coté de Bar sur Aube.) Pour LVMH dont les journanux financiers ne cessent
de nous rapporter les performances cela pose à terme un problème d'approvisionnement tant il est évident que la surface de production en propre ou en location, tout comme l'aire de production AOC
n'est pas extansible. Par ailleurs la notion de luxe à cette échelle reste plus que subjective et sujette à caution. Nous n' en voulons pour preuve que la baisse des CA, en valeur et en quantité
de LVMH et KERING alors que HERMES s'en sort plus qu'honorablement. Ce que c'est que produire "du luxe" et non poursuivre des traditions ancestrales. Parvenus va !

Luc Charlier 01/09/2014 09:35


Partout, les vignerons paient les vendangeurs pour le travail qu'ils fournissent. Le salaire n'est pas élevé en soi, mais les frais annexes sont devenus exorbitants, au point même que des
domaines de renom ont ... renoncé à leur troupe et se servent de l'infâme machine à vendanger. Je connais au moins une propriété qui ne récolte pas ses Echezeaux à la main (le décret ne l'exige
d'ailleurs pas), pour ne prendre qu'un exemple. En Champagne, il faut payer pour aller couper le raisin! 


J'ai vu les guillemets à "adoreur", mais on pourrait signaler au petit génie de l'agence de com que le mot adorateur, sans guillements, existe en français. C'est le substantif dérivé du verbe
adorer. Est-ce que ce n'est pas cela qu'il voulait dire? En plus, la connotation mystique, excessive, renforcerait son message. Et si cela ne lui plaît pas, je lui suggère "aimeur". Ah bon, on
dit amateur ? 

Michel Smith 01/09/2014 09:15


Je ne suis pas "adoreur" de DP, mais si on pouvait rajouter une louche pleine de caviar, une chaîne souvenir en or, un jolie pépée genre Zaia, un Cohiba de taille raisonnable et une virée en
Bugati dans les vignes, je pourrais peut-être me prononcer...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents