Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 13:00

Tout ce que je sais faire c’est vaguement cadrer, m’assurer de la netteté du sujet puis appuyer sur le petit bouton situé sur le haut de mon boitier LEICA V-LUX 20. Aucune prétention artistique, simplement la recherche du rendu de l’ambiance, de l’atmosphère, de l’esprit du lieu, pour moi la photo n’est là que pour illustrer pas pour faire du chichi ou mettre en avant une signature.


À deux reprises, alors que je ne faisais que publier pour illustrer une chronique, dont je n’étais pas l’auteur, un cliché que m’avait transmis le signataire de la chronique, je me suis fait avoiné. Sur le dit cliché s’étalait la tronche du signataire de la chronique, rien de plus rien de moins. Sans être une photo anthropométrique la reproduction du faciès ne présentait aucun caractère d’originalité patte d’un photographe pro. De plus, en l’absence de mention de celui-ci par l’envoyeur, bien sûr je publie car je suppose que la photo a été faite par la dulcinée, la belle-mère ou père, un passant ou je ne sais qui.


C’était sans compter avec l’ego de certaines ou de certains qui se vivent comme des artistes méconnus et qui rêvent sans doute de vivre de leurs droits d’auteur. Intervention publique, outrée, vindicative, quasi-menaçante et, en dépit de la protestation  de ma bonne foi, grande scène de l’acte 3 de la part d’une cireuse de pompes, bien connue des services du sieur Pousson qui a fait les frais de ses attaques sur un autre sujet, et d’un vague pékin se disant alter-vins, ne riez pas. Face à ce type de tempête dans un verre d’eau : exit la photo et de l’auteur  soi-disant ami sur Face de Bouc. Avant de se poser en victime, on s’informe, on se parle.


Reste que les vrais photographes, ceux qui vivent de leur travail de photographe, ont du souci à se faire car, dans la jungle du NET on ne sait plus qui est qui, quel cliché est protégé par un copyright.  Alors, en vertu du principe de précaution, pour ne pas me retrouver accusé d’avoir piraté un cliché dorénavant je m’abstiendrai de toute publication d’une photo qui ne sera pas de moi.


Mon blog est gratuit. Je ne tire donc aucun revenu de mes chroniques alors je ne vais pas m’exposer à des demandes de droits d’auteur, dont certaines pourraient être justifiées, mais dont la plupart relèvent du n’importe quoi. Simplement, je dis attention l’abus de l’utilisation des droits d’auteur sur le Net risque d’avoir un effet de tarissement des dits droits d’auteur. En dehors des publications people, des magazines de mode ou très spécialisées, la presse papier va mal et c’est elle qui donnait tout son lustre aux vrais et grands photographes. Jamais le Net ne permettra de générer une telle manne car la profusion produit de la banalisation.


Bref, ce ne sont pas des lignes Maginot illusoires qui permettront de faire émerger de nouveaux modèles économiques mais la capacité des acteurs à trouver des terrains d’entente pour que le travail des auteurs soit rétribué à sa juste valeur. Nous n’en prenons pas le chemin, loin s’en faut. La gratuité n’existe pas, il y a toujours quelqu’un qui raque à un moment ou à un autre. Les grands propriétaires des tuyaux du Net savent bien que sans contenu pertinent l’appétence baisse. Alors c’est la fuite en avant, le petit prédateur émergeant qui bouffe le vieux gavé et essoufflé est la règle. Monde d’images, déluge d’images captées par n’importe qui, n’importe où avec des outils à deux balles. Que sont devenus les grands reporters, les grandes baroudeurs, les correspondants de guerre… ? Ne reste plus que des « artistes » qui shootent des mannequins anorexiques, des paparazzis traquant les peoples, et quelques grognards qui vont se faire tuer en Syrie ou ailleurs, on se demande vraiment pourquoi.


Alors vous comprendrez pourquoi je ne vais pas me cailler le lait, je ne suis pas une vache à lait, à illustrer mes chroniques avec des clichés moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes. Dorénavant vous devrez vous contenter de mes piètres œuvres imagières. Bien sûr, tout principe subit des exceptions : il m’arrivera de mettre en lignes des photos de mes copines… ou de mes copains…

photopinocchio.JPG

à bientôt donc sur mes lignes et mes pauvres photos…

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

Denis 26/03/2013 19:52


Merci de l'avoir dit. En effet ils sont très nombreux à confondre les droits d'auteur et le droit du public à accéder à une meilleure information.

agence de voyage maroc 20/03/2013 13:30


OUi vous avez raison

agence de voyage marrakech 20/03/2013 13:29


et la ONCF aussi

Michel Smith 19/03/2013 13:49


Oh, le Jacques, tu as ben raison ! D'ailleurs tes clichés - enfin, certains d'entre eux - sont pas mal du tout  !

Marie-Lys Damas 19/03/2013 13:17


Damened cela devait arriver dans ce monde mercantile. J'espère que les photos des bonnes boutanches ne seront pas non plus censurées et qu'en est-il des vidéos ? Plus de musique ni de témoignages
non plus ? C'est la fin des haricots ! Au fait  quelle est la manip pour joindre des photos avec le commentaire ? Bien à vous. Marie-Lys

JACQUES BERTHOMEAU 19/03/2013 15:44



Rassurez-vous mon hébergeur m'offre musique et vidéo en toute légalité. Pour les photos je publierai celles de mes
amis bien sûr. Donc peu de changement sauf la mise à l'index des mauvais coucheurs qui se prennent pour des artistes...



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents