Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 00:09

Longtemps je me suis demandé en arpentant les allées des salons divers et variés ce que j’y faisais. Derrière leurs saintes tables emplies de beaux flacons alignés tels les biffins du 152e régiment d'infanterie de ligne (152e RI) – créé sous la Révolution française et surnommé régiment des Diables Rouges – Vigneronnes&Vignerons, hormis ceux qui me connaissaient, dès que je pointais ma tronche de cake, se demandaient avec un soupçon d’angoisse « avons-nous ferré un gros poisson ? »  Normal car, en dépit des étiquettes que l’on me colle « haut-fonctionnaire parisien », « petit rapporteur », « dragueur de câlines », j’ai la tête et la mise d’un acheteur doté d’un beau portefeuille. Espoir cruellement déçu lorsque je déclinais mon absence totale de profession, le vide sidéral de mes occupations. Comme je les comprenais, les salons ne sont pas faits pour drainer des « parasites » de mon espèce plus portés sur le bavardage que sur le colportage de flacons en direction de la consommation. Voilà donc une bonne raison de mon abstention.

 

Pour autant je ne suis pas en train d’écrire que les journalistes de profession n’ont rien à faire dans les salons. Bien au contraire, le rassemblement en un seul lieu des flacons et des vignerons leur permet d’exercer leur profession dans d’excellentes conditions. D’ailleurs, l’an passé j’ai eu le plaisir de croiser une petite poignée d’entre eux avec qui j’ai fait ensuite cause commune pour une aventure électronique dès plus sympathique dites les 5 du Vin. Eux iront sans nul doute et mon abstention aux salons de début de saison : Millésime Bio à Montpellier et le Salon des Vins de Loire à Angers ne troublera guère le petit monde du vin. Bref, ne croyez surtout pas que je joue le cabot qui veut se faire désirer et qui attend que le public vienne le supplier de remonter sur scène. Chez moi le mal est plus profond : comme une envie d’un temps sabbatique, hors le cercle, loin des petits clapots du marigot et de certains agités du clavier qui me gonflent passablement. Mon seul regret sera de ne pouvoir saluer mes amis vendéens et autres, mais je saurais trouver le temps d’aller leur dire un petit bonjour chez eux dès que l’occasion m’en sera donnée.

 

Ce souhait est une bonne transition vers mon incapacité notoire à faire de la dégustation de type « abattage ». Je fatigue, ça m’ennuie, et plus encore si de surcroît le vigneron m’assène un cours de géologie, d’ampélographie et de plein de science en i je coule car je ne sais pas tenir mon verre, prendre des notes, humer, déguster, gazouiller et donner le change. Moi j’aime le silence des bibliothèques et des librairies ou le bruit des cafés mais pas ce chemin de croix, à station multiples, où je souffre en silence sans qu’aucune Marie-Madeleine ne vienne à mon secours en me proposant les délices d’un ciboire annonciateur de plaisir. Vignerons&vigneronnes, vendeurs de vin de toute obédience, ne prenez pas à mal ce que j’écris car je suis un inadapté inguérissable qui ne sait que baguenauder, flirter avec les lignes, bavasser, chroniquer à tort et à travers. N’essayez pas de me convertir, de me tirer les vers du nez pour en savoir plus sur mon moi profond, faites tranquillement votre boulot sans vous soucier de moi. Que voulez-vous, contrairement à certains, je ne suis pas 100% vin, j’ai une autre vie, même une double vie, ce qui ne m’empêche pas pour autant d’en consacrer une belle part à l’extension du domaine du vin en ferraillant contre tous ceux qui veulent l’enfermer dans leur pré-carré ou carrément le transformer en friches pour nous défendre contre nous-mêmes.  

Bons salons à tous et à toutes, à bientôt... je pars de ce pas courir la peurtantaine http://gasdutsarollais.free.fr/textes/la_peurtentaine.htm  

 

Pouffe 4088

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

BACCHUS 11/01/2011 22:28



Oh ça sent le coup de blues ?



JACQUES BERTHOMEAU 12/01/2011 06:31



Erreur d'interprétation : quand je pars courir la peurtantaine c'est que le moral est au zénith car c'est tout de même plus excitant que d'arpenter les allées d'un salon  et ça ne m'empêche pas pour autant d'écrire...



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents