Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 07:00

Qu’est-ce qu’un vin buvable ? Question qui ne peut recevoir de réponse simple et incontestée car tout dépend du buveur. En effet, au Bourg-Pailler mon pépé Louis estimait sa piquette buvable puisqu’il l’a buvait. En revanche si vous vous adressez à la corporation des dégustateurs patentés le niveau de l’acceptation peut atteindre des sommets bien plus élevés. Pour ne pas raviver les plaies non cicatrisées par la saillie de Bettane sur les vins bio ou la récurrente contestation, parfois justifiée, de la buvabilité des vins dit nature, je m’en tiendrai à ces généralités. Cependant, voilà un beau sujet pour les dégustateurs professionnels (j’entends par là les négociants qui achètent du vin en vrac pour le vendre sous leurs marques).

Alexia-Michel-www_wine-in-china_com-2.png                            la photo est de Alexia-Michel-www_wine-in-china_com-2

 

Revenons à la Chine qui fait fantasmé tout le monde et permet aux attrapeurs de gogos de les balader à grands frais. Toujours dans le Courrier International j’ai lu aussi sous la plume de Stan Sesser du Wall Street Journal le texte et les notes suivantes :

 

« Il y a 10 ans, la plupart des vins chinois étaient imbuvables. »

 

Le journaliste à Shangai a acheté 10 bouteilles ( 3 de Grace Wineyard et 7 des 3 plus grands producteurs chinois : Changyu, Dinasty et Great Wall) et conviés : Andy Lau Dr des ventes d’une grosse société US d’import, et 2 sommeliers chinois Yang Lu et Diego Zhang à les déguster.

 

Verdict : « tous les vins, sauf un étaient buvables, et deux ou trois étaient même agréables. »

 

Les dégueulasses :

- Cabernet sans millésime Changyu (3,80€) il rappelle la mauvaise époque. Un arôme de chaussette sale et de détergent et un épouvantable goût chimique.

- Cabernet 2008 Grace Vineyard (7€) sans corps, aucun caractère du cépage.

- Merlot 2001 Grace Vineyard (19,50€) nez attirant mais fugace ; passé, tourne au vinaigre au contact de l’air.

 

N’en déplaise à notre cher collègue Stan Sesser pour moi ça fait 3 imbuvables.

 

La bonne surprise :

- Rouge sec Great Wall (2€)  net et plaisant, bien que léger et simple.

 

A ce prix là même chez le génie de Landerneau ou chez les X de Carrefour on ne fait pas mieux !

 

Le top chinois :

- Cabernet 1998 Great Wall (50€) un vrai vin – robe sombre, du corps, tannique mais très fruité – qui pourrait faire jeu égal avec des cabernets d’autres pays. Vainqueur surprise à l’unanimité.

 

A vos godets les dégustateurs patentés : faites-nous un petit coup de buvabilité dans les foires aux vins !

 

Voir des articles sur le marché du vin chinois zhongguo wines 

 

Mon compère et fidèle lecteur Michel-Laurent m'a transmis aussi ce lien sur le site Asian Palate de Jannie Cho Lee

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Michel Smith 09/09/2011 11:21



Ah la buvabilité ! Le mot est enfin lâché. Et si un "vin buvable" devenait un "vin honnête" ?



Arnaud 09/09/2011 10:07



C'est d'actualité : article de Decanter au sujet de la place des vins chinois au dernier " Decanter World Wine Awards (super pince-fesse de dégustateur
patentés) :


http://www.decanter.com/news/wine-news/529090/chinese-wine-wins-top-honour-at-decanter-world-wine-awards



serge 09/09/2011 09:14



le problème avec le Taulier, n'est pas qu'il écrit trop, mais qu'on lit trop!



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents