Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 10:30

dupontune-1890214-jpg_1699108.JPG

 

Ce matin, Jacques, encore un, mais lui est doté d’un nez de terroir, en remet une petite couche sur ceux qui « se parent de titres ronflants d'experts quand le plus souvent ce sont des autoproclamés. Ils pensent étroit et, comme tous les dogmatiques, imaginent penser pour l'universel. Ils veulent notre bonheur envers et contre nous. »link

 

J’aime car Jacques se paye la fiole de Philippe Batel, l'alcoologue des plateaux télé ou de Catherine Hill la bricoleuse de statistiques. Il pose sa plume là où il faut la poser sur les hygiénistes pour qui ce qui compte, c'est de faire triompher leur idée. « Le fanatisme hygiéniste peut se révéler aussi impitoyable que le fanatisme religieux, raciste, écologique ou idéologique : la fin en vient toujours à justifier les moyens. Érigé en dogme, l'hygiénisme lui aussi engendre ses ayatollahs !" écrivait en 2010 Dominique Wolton, directeur de recherche au CNRS et président du Conseil de l'éthique publicitaire. Il ajoutait : « Plus généralement, on sait qu'en démocratie la liberté est fondée sur le principe absolu que la vie privée doit, normalement (sauf circonstances exceptionnelles), être soustraite au contrôle de la société ou de la puissance publique (Big Brother) ; or l'hygiénisme tend invinciblement à placer les comportements individuels sous l'emprise du corps social, avec d'autant moins de scrupules » que c'est pour la bonne cause ».


Nous ne vivons pas dans un monde de bisounours et nos concitoyens devraient prendre conscience, comme les dernières affaires de conflits d’intérêts entre les labos pharmaceutiques et les instances publiques d’évaluation l’ont largement démontrées, qu’« Autour du pouvoir, les mêmes lobbys agissent pour imposer des législations qui justifient les subventions et les distinctions. Ils cultivent invariablement une vision médicalisée du monde où le scientisme s'allie aux prétentions sociales d'experts. Et les gouvernants qui les subventionnent ont de bonnes raisons de les entendre, car ils partagent leur condition d'entrepreneurs de morale. Avec une vision du bien commun alimentée par un sentiment de supériorité sur le commun des mortels incapable de comprendre », s'indignaient dans Libération Alain Garrigou, professeur de sciences politiques à Paris-X, et cinq autres signataires (Loi Évin, la santé ou la morale ?, de Howard S. Becker, Patrick Champagne, sociologues, François-Xavier Dudouet, Alain Garrigou, Daniel Gaxie, politistes, et Jean-Paul Guichard, économiste (Libération du 30 juillet 2013).


La vraie bataille ne se livre pas sur le petit tonneau des internautes du vin tout content de faire un peu de buzz mais sur ce terrain-là. Se contenter de faire un peu de bruit entre-soi satisfait sans doute la base qui peut se donner l’illusion d’une forme d’unanimité sur un sujet mais le soufflé risque fort de vite s’effondrer. Réclamer une instance Interministérielle c’est se leurrer, ça changera quoi ? Qu’on me le dise ? Le Conseil de la modération et de la prévention l’a largement démontré. Les gens d’en face jouent sur la peur du bon peuple, cette fameuse santé qu’il faut protéger link


Bref, comme le conclue notre Jacques « La cause prohibitionniste a donc trouvé son principal allié dans l'impuissance politique », dit encore Alain Garrigou. Quand on ne peut rien contre le chômage des jeunes, on se préoccupe de leur santé comme les hygiénistes du XIXe siècle se préoccupaient de la santé des ouvriers sans évoquer leur misère. »


Prouvez-nous le contraire, madame la ministre de la Santé, qui, vous l'assurez dans une interview accordée au magazine Grand Seigneur, adorez le chinon ! link 

 

Vive Château-Chinon !

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

Denis Boireau 07/10/2013 10:19


Elle semble avoir une belle paire de chinon, cette Fiona.

Feuilly Roger 05/10/2013 12:36


Bah non, mais on boira tous un bon chinon de Fiona Beeston (c'est ma copine !) du Clos des Capucins ou son autre cuvée "Perfectly Drinkable"...

Luc Charlier 05/10/2013 11:31


Impuissance, voilà le maître-mot. Bientôt on nous dira que l'alcoolisme peut l'engendrer. Il faudra sans doute en arriver à ... "se crêper le Chinon" ! 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents