Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 00:09

Vous auriez tort de ne pas ouvrir ce message du samedi sous prétexte que le samedi je ne cause pas du vin et de ne pas le parcourir jusqu'à son terme car je révèle une très belle adresse où l'on déguste chez le pêcheur de la langouste tout juste sortie de la mer... En bonus je vous offre de la lire en musique en écoutant le titre culte d'I Muvrini : a voce rivolta.
 J’adore Pétillon dans l’Enquête continue... suite du best-seller l’Enquête Corse... quelques instantanés savoureux.

 

À Sagone, en allant acheter du poisson, je découvre une pizzeria enkystée sous un immeuble lépreux face à un parking poussiéreux. Dans la rue, aucun panneau n’indique son existence. De retour j’interroge mon propriétaire sur les raisons de cette discrétion. Réponse « ils ne veulent pas être embêtés mais ils font les meilleures pizzas du coin. Les gens ici le savent... » Le soir illico cap sur la discrète pizzéria. C’est de la vrai pizza croute fine à l’italienne. Le serveur est sympa... Vivons heureux vivons cachés...

 

Lu dans un supplément de Corse-Matin, une déclaration de Toni Casalonga, l’un des piliers du riaquistu du Pays de Balagne, à propos des conseils à donner à ceux qui font des paris fous :

 

« - Premier conseil : on ne peut gagner que les paris que l’on fait, et il faut en les faisant accepter de pouvoir perdre.

-         Deuxième conseil : se faire du temps un allié, ne jamais abandonner un projet, profiter du temps qui passe pour l’améliorer. Et saisir les occasions de réaliser au vol

-         Troisième conseil : agir avec, agir pour, et non pas contre, utiliser l’accélérateur plutôt que le frein, les outils plutôt que les armes. »

 

Merci, à utiliser y compris sur le continent.

 

Déjeuner à l’auberge du pêcheur sur la route du golfe de Lava, des langoustes toutes fraîches pêchées, un délice dans une ambiance familiale sous la tonnelle, entre gens du cru – il faut savoir et trouver – le fils et la mère sans chichi, ça bourdonne sous la charmille, le soleil tape dur, on est au bout de nulle part et la myrte, fabriquée par le fiston féru d’herbes sauvages, douce, aux senteurs fortes du maquis ajoute en fin de repas à la douce béatitude...

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

J. HELVEY 24/10/2009 12:25


Merci pour le carnet d'adresse.
Mais surtout bravo pour les 3 conseils, il y a de la sagesse en Corse, finalement. Une piqure de rappel, en semaine, quand tu parles de la réforme de la filière vin ne me paraitrait pas
anachronique.



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents