Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 00:06

Je supplie mes amis Bernard et Jean-Marie de ne pas jeter d’un geste rageur cette chronique à la poubelle. Vraiment vous le regretteriez. En effet, alors que le monde basculait dans la modernité, l’expansion démographique s’est concentrée dans les grandes agglomérations : Londres, Paris, New-York ou Chicago. Aux USA les villes ont gagné 30 millions d’habitants au cours du 19ième siècle, dont la moitié dans les vingt dernières années.

Que ce passa-t-il alors ?

« À mesure que les hommes et les marchandises migraient vers les villes, un problème est apparu. Le moyen de locomotion le plus couramment utilisé a entraîné tout ce que les économistes appellent externalités négatives, c’est-à-dire des conséquences fâcheuses : embouteillages, accidents de la circulation, hausse des tarifs d’assurances. Certains produits agricoles autrefois voués à terminer leur course dans les estomacs humains alimentaient désormais les véhicules, provoquant des pénuries et faisant grimper les prix des denrées alimentaires. Sans oublier la pollution de l’air et les émissions de gaz toxiques, qui menaçaient l’environnement aussi bien que la santé des individus.»

Vous pensez que nous voulons parler de l’automobile, n’est-ce pas ? 

Pas du tout. Nous parlons du cheval. »

Les auteurs de ces lignes Steven D. Levitt et Stephen J.Dubner les auteurs du best-seller « Freakonomics » et qui récidivent avec »Super Freakonomics » détaillent leur tableau quasi-apocalyptique des 200 000 chevaux (1 pour 17 habitants) qui assuraient au début du XXe siècle à New-York de multiples fonctions de transport comme de production.

« Les rues étaient engorgées de carrioles, et lorsqu’un cheval tombait d’épuisement, il était souvent achevé sur place, ce qui provoquait des encombrements et des retards supplémentaires. Nombre de propriétaires d’écuries avaient en effet souscrit des polices d’assurances qui stipulaient en effet, afin de prévenir les fraudes, que l’animal devait être euthanasié par un tiers. Cela voulait dire qu’il fallait attendre l’arrivée de la police, d’un vétérinaire ou d’un représentant de l’American Society for the Prevention of Cruelty to Animals. Le blocage de la rue n’en était pas terminé pour autant. »Un cheval mort est extrêmement encombrant, et les services d’entretien devaient souvent attendre que les cadavres tombent en putréfaction pour les découper en morceaux et les évacuer », écrit Eric Morris, chercheur en économie et spécialisé dans l’histoire des transports. »

Le bruit métallique des roues et des sabots étaient infernaux.

Les risques d’être renversé par un cheval ou une carriole « En 1900, à New-York, les accidents impliquant des chevaux ont coûté la vie à 200 personnes, soit un habitant sur 17000. En 2007, 274 New-Yorkais sont morts dans des accidents de voiture, soit un sur 30 000 ; » Le risque était donc 2 fois plus élevé en 1900 qu’aujourd’hui.

La pire calamité : le crottin.

11kg en moyenne/cheval soit 2200 tonnes/jour. Qu’en faire ?

Avant le rush il existait un marché du crottin qui fonctionnait bien entre les cultivateurs avoisinants et les utilisateurs de chevaux mais la surabondance a impliqué que le crottin  « s’amoncelait le long des rues comme des congères, quand il n’était pas stocké sur des terrains vagues jusqu’à 20 mètres de hauteur. En été, la puanteur envahissait l’atmosphère et lorsqu’il avait plu, une épaisse soupe marronnasse coulait du trottoir jusqu’au sous-sol des immeubles »

Détail : « Les vieilles maisons new-yorkaises en grès rouge, avec leurs élégants perrons surélevés donnant directement accès au 1ier étage » c’était une nécessité pour ne pas avoir sous les yeux et sous le nez ces tas de crottin.

 

Risque sanitaire permanent : « un bouillon de culture où des milliards de mouches répandaient une foule de maladies potentiellement mortelles. Des rats et d’autres vermines sillonnaient les montagnes de crottin.

 

Bref, comme le font ironiquement remarquer les auteurs si le réchauffement climatique avait été à l’ordre du jour « le cheval aurait été désigné ennemi public numéro 1, car le méthane émis par ses excréments est un puissant gaz à effet de serre »

Les experts, lors de la première conférence sur l’urbanisme se tenant à New-York, se déclarèrent impuissant face au problème du crottin de cheval. Et puis, « le problème disparut. Il fut résolu ni par une intervention divine, ni par celle de l’Etat, ni par quelque mouvement d’altruisme ou de frugalité des citoyens [...] Il le fut par une innovation technologique [...] : le tramway et l’automobile [...] cette dernière fut proclamée sauveur de l’environnement. »

 

Bien sûr, comme le souligne les auteurs « L’histoire, malheureusement pas là. Les mêmes solutions qui nous ont sauvés au XXe siècle semblent nous perdre au XXIe, car l’automobile et le tramway ont aussi leurs externalités négatives. » Mais c’est une autre histoire, et ce qui m’intéresse dans la précédente c’est la morale qu’en tire les auteurs « Tout cela n’a, somme toute, rien de surprenant. Lorsqu’un la solution d’un problème donné ne se trouve pas juste sous nos yeux, nous avons tendance à supposer qu’elle n’existe pas. Mais l’histoire nous a démontré à de nombreuses reprises que nous avions tort.

 

Pour le cheval des vignes je m’en tiens à des photos.

 

Tom 7338

Tom-7342.JPG

Tom-7343.JPG

Tom-7344.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

aec 12/05/2010 22:48



LUTTE CONTRE L'HIPPOPHAGIE


 


NON ! UN CHEVAL CA NE SE MANGE PAS !


 


Obtenez un autocollant gratuit en écrivant à :


AEC


Résidence La Pléiade


98, rue de Canteleu


59000 LILLE


 


Joindre une enveloppe timbrée pour le retour du courrier.


 


Merci aussi de visiter les sites :


 


http://aec89.site.voila.fr


 


http://www.dailymotion.com/apocalipsflo/video/xan6v_hippophagie


 


http://www.reseaulibre.net/rage/video3.html


 


REJOIGNEZ LE GROUPE SUR :


http://www.facebook.com:80/group.php?gid=63542203218


 


Faites passer le message à vos amis.


 


Amitiés.


 


AEC.



Reggio 12/05/2010 12:00



Jacques,


La conduite des ânesses est un art subtil et délicat ne pouvant être confiée qu'à des cadors bien encuirés ! Adiù...



JACQUES BERTHOMEAU 12/05/2010 17:23



Adieu Modestine


http://www.berthomeau.com/article-3598608.html



Michel Smith 12/05/2010 10:54



Reggio, je cherche un bon duo homme-cheval pour mes vignes, aurais-tu un nom et un téléphone à me recommander ?



JACQUES BERTHOMEAU 12/05/2010 10:58



Moi pour l'homme  je suis un bon laboureur vu mes antécédents il ne manque plus qu'à trouver le cheval, à noter
que je préfère la conduite des femmes (la dernière en date étant Sariette une belle ânesse sur le sentier Stevenson



Reggio 12/05/2010 09:44



Entre 30 et 35 000 morts chaque année sur les routes françaises au début du XXeme et d'innombrables estropiés...!


A Gus, le décavaillonage est plus rapide avec du matériel hyppo au point qu'avec tracteur et deca hydro. Je peux te le montrer.


Adiù Reggio



gus 12/05/2010 08:34



Ca donne envie de revenir travailler au rythme des pas d'un nerveux petit Breton ou d'un lourd Percheron comme a l'époque où le temps n'était pas de l'argent. Mais il y a des réalités économiques
qui font que....


Vous n'êtes pas sans savoir que pour l'entretien d'un inter-rang de vigne il faut compter 6 passages de charrues plus 2 pour la décavaillonneuse.Et au train de sénateur de cet attelage,je vous
laisse imaginer le cout !Alors OK pour les grands crus ou certains vins de niche,mais pour les autres,faudra continuer avec nos bons vieux tracteurs pétaradants.Et moi qui suis un grand
sentimental,ça m'arrange bien:gamin,J'ai  le souvenir d'avoir pleuré à chaudes larmes le jour de la mort de Champy,le dernier cheval de la maison.Même s'il ne nous l'a pas montrée, j'ose à
peine imaginer combien sans doute  fût grande la peine de celui qui pendant des années forma avec Champy cet attelage à six sabots.


Bonne journée.


 



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents