Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 11:00

 

guffens-presentation.jpg

Cher Jean-Marie,

 

Je viens de visionner le documentaire «  C'est arrivé dans une cave près de chez vous » link réalisé par Jean-Yves Cauchard, je suis stupéfait, atterré et ébranlé par ce que toi, ta famille et tes collaborateurs venez de subir et d’endurer pendant des mois et des années de la part de fonctionnaires d’État, assermentés, dans l’exercice de leur fonctions de police judiciaire.


Jean-Marie, mon ami, le serviteur de l’État que je suis est partagé entre colère froide et grande honte. Oui vraiment j’ai honte, une honte qui en appelle, sans faire de phrases, à réparation. J’admire ta force d’âme et ta dignité, ce bel orgueil à la Guffens face à une adversité si méprisable. Il n’empêche que cette affaire est indigne d’un véritable État de Droit, vous avez souffert dans vos corps, vos cœurs et vos âmes, dans votre dignité, d’un acharnement, d’une volonté de vous nuire et de vous briser. C’est intolérable et ça ne doit pas être toléré.


Bien évidemment, Jean-Marie, a aucun moment, tu n’as fait état auprès de moi de ces horreurs, de tes tourments, alors maintenant tu m’es redevable que d’une seule chose : accepter que je m’enrôle à tes côtés. Mon espace de liberté est ouvert à ta juste cause.


Dans cette attente reçois, cher Jean-Marie, mes excuses de citoyen, mon regret de ne pas avoir su et pu t’accompagner dans la tourmente et l’assurance de cette franche amitié que nous avons nouée un soir, tout au bout de la nuit, à Apt avec ce cher Jean-Louis.


Embrasse ceux qui te sont chers de ma part et à bientôt autour d’une bouteille de Guffens seule appellation qui sait dire merde à ceux que Fernand Raynaud a si bien campés.

 

Jacques Berthomeau

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 22/11/2011 10:35


Allez, Léon rentre d’un périple éreintant au pays de Guffens – qui est aussi le sien- et il ne connaît pas très bien ce dossier-là.
« Ta gueule alors, le Belge ! » direz-vous donc !


Que nenni : Guffens est un étranger, Guffens fait envie par la qualité de ses produits et par sa réussite, Guffens n’essaie pas
de se rendre sympathique (manière modérée de dire qu’il a un caractère de chien, sauf avec ceux qu’il doit bien admettre dans son entourage) .... bref, Guffens a tout ce qu’il faut pour qu’on (on
= son entourage socio-économique) lui cherche des poux. On ne l’appelle pas mon chou, on ne le prend pas sur les genoux, on lance des cailloux sur son plumage de vieux hibou.


Il a subi une injustice de la part des fonctionnaires, une de plus et cela nous arrive à tous, presque au quotidien.


Heureusement, vous êtes des milliers à monter au créneau pour le défendre (peut-être a posteriori d’ailleurs, je n’en sais
rien). Et les autres, les sans-grade, quid ?


Enfin, car le bonhomme est intelligent : il réagit en grand seigneur.


Résumé : 1. l’administration française (plus que dans tout autre pays de l’UE) méprise ses administrés


2. elle se montre encore plus implacable envers les « non-nationaux »


3. il faut être costaud pour s’en sortir


Au bout du compte, « tel est pris qui croyait pendre » car il finit en grand vainqueur et ceci devient un magnifique coup de
pub, willy-nilly. Goe gedoooon, Jean-Marie !

Jean-Marie Guffens 21/11/2011 10:06


A TOUS ET A TOUTES


 


 D’abord je remercie tous ceux qui nous ont envoyé des
messages de soutien. Ils sont déjà très nombreux et tous touchants. Nous répondrons plus tard à chacun de vous.


Courant avril de cette année, FR3 a décidé de faire un film sur moi. Au cours du tournage je me suis rendu compte que  notre équipe était très enchantée. C’était la première fois depuis que nos ennuis avaient commencés, qu’il y avait tant de bonne humeur chez nous. Ainsi les
rapports avec Jean-Yves Cauchard, le réalisateur, étaient très bons et sont même devenus amicaux. C’est là que m’est venu l’idée de faire un reportage sur nos ennuis, pas uniquement pour les
dénoncer mais aussi pour nous reconstituer. Ainsi près de six heures de film ont été réalisées ce qui a permis à tous ceux qui avaient subi ces attaques outrageuses de les raconter en d’en avoir
trace.


Aujourd’hui, ce film accompagne notre envie de dénoncer ces pratiques et de les attaquer. Et si je suis plus que jamais convaincu
qu’il faudra aller jusqu’au bout, je tiens à dire les choses suivantes : Je serai du côté des « indignés » mais je ne serai pas le bourreau des fonctionnaires, ni de la justice ni
même des services des douanes ou de la répression des fraudes, car la pire des attaques serait l’amalgame et le « tous pourris ». Mon indignation ne va pas à l’encontre du pouvoir mais de
ses abus, elle ne concerne pas la législation mais l’absurdité de l’application de tous ses textes, pas à l’encontre des instances de santé mais à l’encontre de ceux, politiques ou législateurs
qui ne se soucient plus du tout de la survie d’un patrimoine et d’une culture inestimables qu’est le vin français. Elle n’ira pas à l’encontre des instances judiciaires qui font leur boulot mais
à ceux qui ne le font pas.


Beaucoup de vignerons, de négociants,  de cavistes et de restaurateurs ont subi des
contrôles, et je suis sûr que d’autres que nous ont été objets d’excès de zèle, d’exagération, d’acharnement et même de haine ; j’aimerais que cet épisode de notre vie puisse servir à la
création d’un forum, d’une réflexion sur le pourquoi de tant d’attentions de la part des contrôleurs et pourquoi  pas une association pour recueillir
les témoignages des abus et comment  les combattre ou les éviter.


 


Le pavé est donc lancé dans «  le marc » du vin.


 


                             
Jean-Marie Guffens et toute son équipe.


 

jacques 20/11/2011 08:45


j'ai vecu a peu pres la meme histoire,...mais personne ds notre entourage c'est soucié de nous...alors bravo pour cette intervention...mais malheureusement la con...."ça" ne disparait pas

Jean-Marie Guffens 19/11/2011 18:18


Cher Jacques,


Ton commentaire et ton amitié me touchent beaucoup. D'ici lundi je ferai un petit commentaire bien réfléchi (à la guffens quand-même, rassures-toi!) sur les motivations de notre démarche et les
réactions recueuillies jusqu'à maintenant.


Bon week-end à tous  JMG

Irène Tolleret 19/11/2011 10:43


Vu de l'intérieur du lobby viticole ;o), cette histoire montre l'aboutissement horrible de ce que nous vivons tous, dans la viticulture, dans l'agriculture et dans les PME et artisans plus
largement. Nous sommes écrasés par des papiers dont je met au défit un quelconque ministre de l'agriculture ou du travail de les remplir correctement, et si on les rempli mal il y a présomption
immédiate de culpabilité et de volonté de triche.  La déclaration de récolte est un très bon exemple : il est absolument impossible tant qu'on a pas décuvé la totalité des cuves de donner un
volume juste. Donc on donne un volume théorique, qui devient le volume légal sur lequel on va être contrôlés, et sur lequel on va devoir justifier des écarts, sachant que ces écarts ne doivent
pas dépasser 3ou5%. On demande aux fonctionnaires des douanes d'appliquer cette loi, sans les former sur l'absurdité des calculs concrets, donc cela peut donner lieu à tous les abus de pouvoirs
comme dans cet exemple. De façon plus large, la présomption d'innocence ne s'applique pas dans notre pays aux agriculteurs.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents