Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 07:00

Ça faisait un bail que ce bout de ma vie n’était pas remonté à la surface : la vague rose de 1981, la fête à la Bastille, Mitterrand rose à la main se perdant dans le ventre du Panthéon, la vieille garde de la Convention des Institutions Républicaines, une forme d’ivresse face à une droite KO debout, le procès de la compétence, quatre communistes, les plus présentables, au gouvernement de Pierre Mauroy : Charles Fiterman Ministre d’Etat, Anicet Le Pors, Jack Ralite et Marcel Rigoud, les nationalisations :cinq groupes industriels la Compagnie Générale d’Électricité, Péchiney-Ugine Kuhlmann, Rhône-Poulenc, Saint-Gobain et Thomson-Brandt, deux compagnies financières (Suez et Paribas) et 36 banques, l’abolition de la peine de mort… Dans ce maelström désordonné la garde rapprochée d’un Rocard confiné dans un Ministère du Plan sans grands pouvoirs battait le rappel et, par une succession de rencontres amicales je m’étais retrouvé propulsé dans le marigot politique. Rien que des bons souvenirs et un carnet d’adresses dodu. Se préparer aux échéances futures, la machine huilait ses rouages dans l’attente du grand combat présidentiel. Bien évidemment, eu égard à mon expérience, j’œuvrais dans le cambouis.

 

Stef en était lui aussi. Lorsque « Rocard d’Estaing », dixit cette vieille roulure cryptocommuniste de Chevènement, se scratchera aux européennes par les bons soins de Bernard Tapie manipulé par Mitterrand, la machine volera en éclat, chacun reprendra le fil de sa vie professionnelle et seuls les d’amitiés perdureront. J’aimais bien Stef, un vrai démerdard, fidèle, traçant sa route avec le génie de miser toujours sur les bons chevaux. Lorsque son nom s’afficha sur l’écran de mon téléphone je savais par avance que j’allais de nouveau plonger dans la merde. Notre échange fut concis. « Je lui dois bien ça, tu comprends… » me disait-il. Oui je le comprenais et, en creux, je savais que j’allais exercer le même devoir en réciproque. Par amitié pour Stef et non pour l’autre dont l’incommensurable légèreté arrogante m’avait toujours déplu. Aimer le cul est une chose fort compréhensible mais se vautrer dans le n’importe quoi lorsqu’on ambitionne de se présenter à un tel poste m’apparaissait comme de la pure inconscience. Mais tout cela je le gardais pour moi, le devoir d’amitié passait largement au-dessus de mes analyses personnelles.

 

Restait Jasmine ! En raccrochant je prenais conscience que j’avais charge d’âmes et que, pour une fois, je devais m’expliquer. Ça peut paraître simple, sauf que jusqu’ici je n’avais jamais pratiqué. Mes décisions je les avais toujours pris seul. Je n’engageais que moi. D’un seul coup je me sentais démuni et un peu honteux d’avoir donné ma parole sans réfléchir. Une fois rentré, au lieu de me mettre devant mon écran pour écrire je m’installai dans la cuisine pour me préparer un plat de pâtes. J’avais besoin d’énergie lente pour avoir le courage de dire à Jasmine que j’allais au casse-pipe pour un type qui en valait tout juste la peine.

-         Je prends l’avion ce soir pour New-York…

-         Tu as bien réfléchi mon amour ?

-         Non…

-         Alors puisque ta décision est prise je ne te demande qu’une seule chose : fais-le cracher un max…

-         Tu n’y penses pas !

-         Ce n’est pas une hypothèse mon grand c’est une exigence…

-         Mais…

-         Il n’y a pas de mais… tout travail mérite salaire… de toute façon c’est moi qui vais régler tout ça…

-         Avec qui ?

-         Donne-moi ton téléphone !

Je m’exécutai. Elle appuya sur le numéro du dernier appel et je poussai un lâche soupir de soulagement.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Alain Leygnier 20/11/2011 08:30


Je rectifie ma rectification : l'auteur de cette saillie est Jean Poperen, et non son frère Claude, membre, lui, du PCF.

Alain Leygnier 20/11/2011 07:54


Erreur, c'est Claude Poperen, membre éminent de la direction du PS, qui employait l'expression "Rocard d'Estaing".

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents