Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 00:09

B7-EnB0IcAA_VBz.jpg

 

Émilie a attrapé la crève lors de notre marche dominicale aux étangs de Commelles. Elle se soigne toute seule, remèdes de grand-mère, avec une efficacité relative. J’en profite pour m’astreindre à une ascèse alimentaire radicale, comme un besoin de mieux maîtriser mes envies. Le feu intérieur, loin de s’apaiser, s’amplifie, me consume sans laisser de cendres. Apaisé et heureux mon goût immodéré des sensations fortes laisse la place à une patience sans limite. Ce doit être sans doute cela l’amour, celui dont on dit qu’il dure toujours. Il était temps !


Devant mes troupes assemblées je fais le point de la situation :  


L’onde de choc passée, le paysage politique chamboulé, les cartes maîtresses redistribuées c’est une nouvelle donne qui va se jouer et le petit Nicolas, condamné à se pousser du col et à jouer des coudes pour être au premier rang d'une photo historique de la marche des Grands, a bien du mal à exister. Lui, l’ex, le voilà ravalé au rang de petit patron d’un parti mal en point, coincé entre un PS qui retrouve quelques couleurs et unité, et une Marine Le Pen qui attend son heure en dépit des errements du père, de ses ultras et de la petite blondasse la Marion Maréchal nous voilà. Son passage, au 20 heures de la 2, face à un Pujadas au-dessous du niveau de l’à-plat-ventrisme, fut un fiasco lamentable, sanctionné par une audience inférieure au feuilleton « Plus belle la vie », sur France 3. Comme le note méchamment une chroniqueuse « Nicolas Sarkozy n'en finit pas de ne pas parvenir à revenir […] On est loin du pont d'Arcole et des rêves de gloire qui l'anime. Pour le moment, le chemin ressemble à une impasse dans laquelle, par impatience et précipitation, il s'est lui-même conduit. » Le voilà réduit à se retrouver « chef de guerre » des futures cantonales, dur à avaler pour notre arrogant. Pas sûr que la grande sauterelle de Carla ait beaucoup appréciée d’être trimballée, comme une vulgaire moitié, par son impérieux époux ; si en plus le pauvre doit affronter l’ironie de madame il va nous faire une jaunisse.


Comme un malheur n’arrive jamais seul, les sondeurs, qui n’aiment rien tant que d’enfoncer des clous dans les plaies d’amour-propre béantes, on refait le match, comme dirait Eugène Saccomano, entre les deux anciens ministres de l’Intérieur, sur les questions de sécurité. Nicolas et Manuel, sur ce terrain, ont tous les deux une bonne image.


1ière question d’Odoxa le sondeur pour le compte de CQFD, Le Parisien et Itélé : auquel des deux les Français font-ils le plus confiance «pour proposer des mesures efficaces pour assurer la sécurité des Français ?


Valls l’emporte d’une courte tête à 52% contre 47% pour Sarkozy, 1% des personnes interrogées ne se prononçant pas. Valls «doit sa victoire symbolique à sa meilleure performance relative auprès des supporters de son adversaire. Dans ce domaine sécuritaire, 16% des sympathisants de droite font davantage confiance à Valls qu’à Sarkozy alors que les sympathisants de gauche faisant davantage confiance à Sarkozy qu’à Valls sont moitié moins nombreux, à 8%. » note le président d’Odoxa Gaël Sliman.


Pire encore pour l'homme qui devait nettoyer « la racaille au Karcher » et qui dénonçait le glissement sémantique de Manuel Valls sur l'apartheid, se voit là aussi désapprouvé par une majorité de Français. Pour 54% des personnes interrogées, Valls a eu raison d’utiliser cette formule d’« apartheid territorial, social et ethnique ». Un chiffre qui monte à 73% chez les sympathisants de gauche, contre 40% chez ceux de droite. Le coup de grâce, qui met à mal sa stratégie fébrile et creuse, une majorité de Français jugent que Nicolas Sarkozy a eu tort de critiquer le gouvernement, selon un sondage publié vendredi soir. 73% des sympathisants de gauche donnent raison à Manuel Valls ainsi que 40% des sympathisants de droite.


Cette nouvelle donne à droite rétrécit-elle le champ de Juppé ou au contraire lui offre-t-elle un boulevard ? Difficile de répondre à chaud à cette question car deux facteurs se neutralisent : à droite la cote de Juppé reste bonne mais à gauche le regain de popularité du couple exécutif, peut-être passager, risque de freiner l’enthousiasme des sympathisants de gauche pour aller voter Juppé aux primaires de l’UMP. Nous allons faire pédale douce, rester en-dedans tout en maintenant notre travail de déstabilisation. Pour meubler, j’aborde le cas d’école d’Hervé Gaymard que j’ai bien connu au 78 rue de Varenne en 2002 « la famille avait pris ses aises dans l'hôtel particulier du ministère de l'agriculture. En condamnant quelques bureaux de fonctionnaires afin d'aménager, selon le bon goût d'un décorateur d'intérieur, des chambres pour les enfants « neuf chérubins scintillants : Thaïs... Etait-ce la cadette de Faustine ? Celle née entre Philothée et Jérôme-Aristide ? L'aînée d'Amédée, d'Eulalie, d'Angelico, de Marie-Lou et de Bérénice ? »


« Le 2 octobre, à l'émission de David Pujadas « Des paroles et des actes », il y eut la figure épanouie, oui, c'est tout à fait possible, d'Hervé Gaymard, 54 ans, dans l'axe de la caméra, derrière Alain Juppé, l'invité vedette qui a fait sensation, dans l'optique de la présidentielle de 2017. C'est une tradition française, un revenant politique devient la coqueluche des âmes tendres. Alors, pensez... Ce n'est pas le bac à sable qu'Hervé Gaymard a traversé mais le Sahara, le Kalahari et l'Arizona, d'une seule traite et sans anesthésie.


« En 2004, Chirac n'a plus qu'une idée en tête, endiguer la déferlante Sarkozy. Sauf qu'il est bien démuni depuis qu'Alain Juppé a été condamné dans l'affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris. Depuis 2002, Gaymard a impressionné à l'agriculture, alors Chirac lui colle un réacteur à propulsion nucléaire sous les fesses et le bombarde à Bercy. Maintenant, Matignon se profile. Gaymard, 44 ans, c'est encore Bambi dans l'arène du cirque politique mais le couple a de l'ambition pour douze, alors il se laisse glisser dans les desseins de son mentor. Sarkozy flaire la manoeuvre à cent kilomètres. « Hervé pouvait devenir ministre de l'économie mais pas le challenger de Sarkozy. Il lui manquait le logiciel de combat », analyse Jean-François Tricaud, son ancien chef de cabinet.


A l'époque, Sarkozy est très jaloux. On lit des indiscrétions dans la presse. «Gaymard, c'est une fausse valeur », ou encore : « Des deux, Clara est la plus douée. » Gaymard a sa petite réplique : « La politique, c'est pas du cinoche. » Il faut en finir, les Sarkoboys se répandent dans les dîners en ville. On entend : vous savez quoi ? Les Gaymard louent aux frais de la princesse un appart' grand comme un terrain de foot. Oui, parfaitement. Ils sont onze. Gaymard ? Trop facile à ratatiner. »


Les Gaymard ressortent du placard par Laurent Telo du Monde link

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Aredius 25/01/2015 12:00


Rubrique toujours captivante avant le départ pour la boulangerie.


Quant à l'école, ... 


http://lefenetrou.blogspot.fr/2015/01/est-ce-que-lecole-laique-est-aujourdhui.html


 

patrick axelroud 25/01/2015 07:29


Quel régal que cette chronique historique, cher Taulier et qui rappel les petits cailloux noirs que le nain de la politique a semé tout au long de sa trajectoire tel un vilain Petit Pousset ;
autant de cailloux dans sa chaussure à présent,qui vont géner sa marche de reconquête. Quand à l'apartheid, le mot n'est pas trop fort et n'a de quoi effrayer que ceux qui se sentent visés qui
ont quelque chose à se reprocher ( si l'examen de conscience fait partie de leurs exercices spirituels ) Apartheid oui, sinon comment expliquer les tentatives de beaucoup pour échapper à la carte
scolaire ou l'inefficace CV anonyme . Apartheid certes pas radical et instauré comme modèle d'organisation social mais, au minimum aurait on pu préciser " crypto apartheid "

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents