Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 07:00

Comme tous les jours depuis que nous nous sommes réfugiés à Sainte Anne je me suis levé de bonne heure, Adeline aussi, un peu avant moi pour préparer le jus d’orange et le café. Emmitouflés dans nos gros pulls, silencieux, nous aimons cet instant où, assis sous la loupiotte jaunasse de la cuisine, pelotonnés l’un contre l’autre, le  nez au-dessus de nos bols fumants, nous sortons de la ouate du sommeil. Ça peut paraître idiot mais c’est un moment de pur bonheur que ce sentiment de renaître chaque jour à la vie. J’aime dormir. Je dors comme un bébé. L’insomnie connaît pas ! Je rêve comme tout le monde sans doute mais je n’ai aucun souvenir de mes rêves sauf d’un qui m’assaille dans les moments de forte tension. À mon âge, et même si Adeline déteste que je fasse référence à mon âge, mon sentiment de finitude me rend serein. Chaque jour qui naît est un beau jour. J’adore le café brûlant. C’est mon premier choc du jour alors que le jus d’orange se contente d’ouvrir la voie. Nous faisons rarement l’amour le matin, sauf si nous nous offrons une grasse matinée, mais très souvent au cœur de la nuit et c’est toujours Adeline qui en prend l’initiative. S’épandre en elle dans le cocon de la nuit ajoute à ma plénitude. Je suis bien. Le matin mon estomac refuse toute nourriture solide alors je m’installe à ma table de travail pour écrire. Lorsque mon estomac crie famine, avec une régularité de métronome, je le calme avec un vrai déjeuner. Adeline me sert. J’adore me faire servir c’est reposant. Pourtant je fais souvent la cuisine, ça me détends. Nous papotons.


-         Dis-donc mon grand tu as l’art et la manière de fourrer ton nez là où c’est chaud…

-         Oui je suis un vrai truffier…

-         Ça, je sais, tu es un gros cochon…

-         Qui s’accouple avec…

-         Une grosse cochonne…

-         Non une belle…

-         Flatteur !

-         Je le pense…

-         Vil séducteur, je vais te faire passer sous tous mes désirs…

-         Revenons à mon nez beauté !

-         T’as vu Copé le petit roquet, il les collectionne les casseroles…

-         Un as, avec ses potes dont Grégoire Chertok, le meilleur banquier de Paris, qui n'a aucun sens politique. « La preuve, il prend Copé pour un homme d'Etat », plaisante le gnome sarkozyste Alain Minc.

-         T’aurais dû rester à l’UMP !

-         Pour quoi faire mon amour ?

-         Ce que tu sais si bien faire, foutre encore plus la merde !

-         Non, ce n’est plus de mon âge…

-         La prochaine fois que tu parles de ton âge, je te flanque un gage !

-         Quel type de gages ?

-         Les plus raffinés…

-         Mais encore…

-         Tu verras…

-         Tu me lècheras le dos !

-         Non, tu adores ça…

-         C’est toi qui devrait prendre ta carte à l’UMP tu ferais une concurrence sauvage à « Longueurs et Pointes »…

-         Salaud !

-         Tu n’aimes pas NKM mon cœur !

-         Bof, ce n’est qu’une poseuse et puis que veux-tu une nana qui épouse un gros connard comme son JPP ne saurait éveiller mon intérêt.

-         Tu n’as pas tort…

-         J’ai raison c’est une maniérée qui se la pète !

-         Je la trouve un peu maigre…

-         Tu phantasmes sur les grandes tiges maigres mais méfie-toi ce temps-là est fini…

-         Normal j’suis vieux…

-         Au piquet !

-         J’veux mon gage !

-         Tu vas l’avoir. Debout !

 

Elle m’a mis son casque sur mes oreilles puis a enclenché un podcast d’une interview de Jean-Michel Apathie et s’est étendue sur la table. L’horreur absolue :


-         C'est donc un prolongement de votre chronique de mercredi sur RTL ?

 

-         Oui. En fait j'ai publié ce tweet hier soir en voyant la Une de Paris Match sur Laurent Delahousse et Alice Taglioni. Des photos qui, j'imagine, sont volées. Si les personnes photographiées portent plainte, Paris Match sera sans doute condamné pour atteinte à la vie privée. Mais qu'est ce qu'on s'en fout dans le journalisme de ne pas respecter la loi ? On s'en fout totalement ! Il y a des lois qui existent et on ne les respecte pas sciemment. Personne dans la société ne fait ça et aucun journaliste ne réfléchit à ces questions. C'est incroyable !

 

-        Est-ce que les journalistes ont tous les droits ? Cette critique prolonge-t-elle celles formulées au moment de l'affaire Cahuzac, à l'encontre de "Médiapart" notamment ?

 

-         Oui, mais pas seulement. Dans l'émission de Benoît Duquesne, Complément d'Enquête par exemple, des journalistes ont infiltré des réunions du Front national et de l'UMP. Vous imaginez un peu la forme de scandale que ça représente ? On infiltre des partis politiques, on les espionnes, voilà. Est-ce que les journalistes ont tous les droits ? Apparemment oui. Est-ce que c'est étonnant ? Apparemment non. C'est un constat qui me stupéfie totalement. J'ai l'impression qu'il n'y a personne à part quelques hurluberlus qui se disent : « C'est incroyable cette profession. Quelle arrogance ! ». Au-dessus de toutes les lois, de toutes les règles morales, en permanence, parce que nous avons une mission supérieure, celle d'informer. Les bouchers, ils ont aussi une mission supérieure, celle de nourrir. Pourtant, ils respectent les lois… »


 

Ce fut au-dessus de mes forces je n’ai pas pu. 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents