Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 07:00

Envie de ne rien faire, dans un état de quasi-attrition, même ma plume me semble du même plomb que ce putain de soleil, je ne veux plus mettre le nez dehors. Ma chérie me nourrit de melon et de fruits. J’erre sur la Toile. Les nouvelles du monde ne charrient que des victimes innocentes. Même Mélanchon a le bourdon, c’est dire. «J’aspire à ce que le niveau de pression sur moi baisse. Ça fait cinq ans que ça dure et ce n’est pas bon. On finit par ne plus raisonner aussi tranquillement qu’on le devrait (…) « il faut aussi que le grand arbre n’empêche pas le reste de la forêt de pousser (...) Maintenant, il y a plusieurs visages qui ont émergé à l’intérieur du Parti de gauche. Il faut qu’ils aient leur espace politique(…) Je ne vais pas jouer tous les rôles, explique encore le responsable du Parti de gauche. Je veux m’utiliser dans ce que je crois être capable de faire: la transmission idéologique, le travail intellectuel et culturel. Et j’ai besoin de reconstituer la couche du terreau (…) Ce qu’il faut c’est donner des raisons qui donnent envie de se battre (...) C’est ça qui va être le moteur. Pour moi, ce n’est pas de me mettre en retrait, c’est m’utiliser autrement (…) On est dans une période où l’on a besoin de se reposer. Parce qu’on vient de passer cinq ans terribles. Nous sommes en échec (…) À un moment, il faut s’arrêter de courir. Parce que si on court tout le temps, on va finir par se mettre dans le vide. Et là, j’ai besoin de dormir, de ne rien faire, de bayer aux corneilles (…) J’ai fait mon temps à organiser la vie d’un parti. J’essaie de cristalliser quelque chose qui existe en dehors de moi. J’ai besoin de temps, je ne peux plus continuer comme cela».


10478082_10202732642052471_7706388524420648332_n.jpg

 

Avoir fait son temps, bayer aux corneilles, en voilà un programme intelligent pour un responsable politique, acceptons-en l’augure. Et pendant ce temps-là au royaume des fées de l’UMP, « Longueurs et Pointes », dites l’ « emmerdeuse » par le grand Jacques de Corrèze, tire à l’arme lourde dans le Point sur le roquet de Meaux. Elle raconte comment l'ancien président de l'UMP a tenté de la remplacer comme candidate pour la mairie de la capitale lorsque le père de cette dernière a subit un AVC. « Il m'est arrivé de l'appeler et de lui témoigner mon mépris », explique-t-elle avant d'ajouter qu'elle lui avait lancé : « t'es une merde! ». Pour adoucir les mœurs du parti qu’il veut prendre par derrière le p’tit Nicolas fait du scooter sans casque avec sa Carlita sur le biplace. Faut dire que le « conducator » de l’UMP est à l’arrêt, sur béquilles, normal c’est un « grand » martyrisé par les hordes de juges gauchistes. Par bonheur, il avait rangé son smartphone. Le communicant Philippe Moreau-Chevrolet qui doit carburer au TGV (téquila-gin-vodka), confie ses hautes analyses sur cette belle photo au Figaro « C'est une couverture brillante en termes de communication politique. Tout d'abord parce que nous sommes en période de vacances et que Paris Match est le magazine le plus lu l'été. Le support est donc le bon. Mais elle est surtout très habile car elle fait référence à François Hollande, pris en photo cet hiver par la presse people, casque sur la tête, alors qu'il rejoignait l'actrice Julie Gayet. En s'affichant ainsi avec sa femme, Nicolas Sarkozy montre la stabilité de sa vie conjugale et souligne, en creux, l'instabilité de celle de son successeur à l'Élysée. La symbolique du scooter est aussi forte, car, contrairement à ce que pense François Hollande, l'officialisation ou non de sa relation avec la comédienne est une vraie question pour les Français. Etre président aujourd'hui comporte des obligations, notamment de transparence et de responsabilités. Avec cette image, Nicolas Sarkozy se met donc au même niveau que le chef de l'État, tout en montrant que lui n'a pas besoin de se cacher. »


Le 12 août, « ce sera mon anniversaire, et rien d'autre. Vous pouvez emmener un cadeau ! Pas besoin d'emporter quelques présents supplémentaires et dragées », a lancé avec malice François Hollande, notre Président brocardé, qui n'a jamais épousé, contrairement au Nico qui fait du cumul, ses précédentes compagnes, Ségolène Royal et Valérie Trierweiler. Il fêtera ce jour-là ses soixante ans. Ma compagne à moi, elle aussi non épousée, à la fraîche réussit à me sortir de ma tanière. Je découvre sur les abris bus Decaux la nouvelle mouture de la campagne de pub des poulets de Loué   une récidive flagrante. Équipé de jumelles, un gendarme rétro prend la pose souriant, mains sur le radar. A ses côtés, un poulet « contrôlé ». J’adore cette campagne de publicité qui, bien sûr, ne plaît pas aux « poulets ». Ça me requinque un chouïa pour le plus grand plaisir de ma fiancée qui n’hésite pas à m’entraîner dans ses boutiques préférées. Juge aux élégances c’est mon truc. Chargés de paquets nous rentrons en taxi. Ma belle se pare de ses nouveaux atours « tu m’emmènes dîner mon beau légionnaire ?


10403297_629208737178235_5982360265887041779_n--1-.jpeg

 

-         Oui, à Coq Rico !

-         C‘est où ?

-         Rue Lepic… link

-         J’ai compris… t’es adorable…

-         Je te ferai une toute petite lecture

 

« Le détail qui tue ! L'œil de Léon, aussi acéré que celui de Christine Clerc, la reine du potin vachard sur le microcosme politique parisien, l'avait repéré dès l'entrée du plus jeune des longs qui, en dépit d'un costar correct, se payait des écrase-merdes plus André que chez André, bien plates, bien avachies, avec chaussettes négligées incorporées. Sans contestation, les pieds trahissent les poulets. Donc, l'ignorer ! Tout en repliant ses jambes pour reprendre une position plus conforme aux conventions en usage dans le monde, Léon, d'un geste ne souffrant pas la contestation, intimait à Carlotta de bouger ses sublimes fesses afin de porter à ces messieurs de quoi déposer leur postérieur. Elle s'exécutait avec grâce et suggestivité, le drapé, outre ses épaules dénudées, laissait voir sur le flanc gauche son compas immense jusqu'à l'attache de la cuisse. Du haut et du beau, un développé enchanteur, Bourdalou flirtait avec l'implosion, entre pivoine et incarnat, en état d'apnée il ruisselait. Le petit Pochon embrayait.


« Messieurs, comme vous le constatez, je fais retraite, dans toutes les acceptions du terme. En effet, face à l'évolution d'une situation trop rapide à mon goût, j'ai décidé de me replier sur des positions préparées à l'avance. L'effet de surprise a joué plein pot. En ce lieu, même s'il n'a rien de monacal, je vis en reclus, de peu ; je suis un Charles de Foucauld contemporain en quelque sorte, l'amour en plus. Carlotta me ressource. C'est ma muse et mon mécène, l'alliance du corps et de l'esprit, la soie et l'éthéré, mon chemin de Damas semé de roses. Bref, puisque vous fîtes irruption - ne protestez pas - dans mon ermitage sous la conduite de mon lamentable géniteur, je vais être avec vous d'une redoutable franchise. Ne sachant pas ce que me vaut, l'honneur ou le désavantage, de votre visite, avant que vous m'éclairiez, je vais vous balancer le fond de ma pensée. D'accord, je vous le concède ce n'est pas du Bossuet (incise du narrateur). »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 27/07/2014 10:08


Elle nouis la baille belle L&P.C'est pas la peine d'avoir été aux écoles et ne pas savoir que le vrai mépris, c'est l'indifférence.Téléphoner à quelqu'un pour lui signifier son mépris c'est
encore lui accorder de l'importance.C'est un sujet classique du bac philo : Amour ou haine sont ils des sentiments antagonistes ? La conclusion attendue : le contraire de l'un ou l'autre est
l'indifférence.

Roger Feuilly 27/07/2014 07:29


Il y a Coq Rico et aussi La Dégustation du même Westermann (dans la rue Lepic quasiment en face du premier cité) où officie une jeune et délurée sommelière prénommée Bulle... (dimanche dernier,
elle me proposa un friand brouilly de Descombes).

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents