Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 07:00

photo636.JPG

 

Mener tout le monde en bateau fait partie intégrante de notre métier de fouteur de merde. Lorsqu’au mois de juin de cette année ma belle amie Gabrielle m’annonçait que nous partions pour Kiev dans le Falcon EX d’Antoine, celui-ci étant le conseil d’Andreï Gavrilov le tout puissant oligarque ukrainien, je me suis tout de suite dit qu’il y avait anguille sous roche. Les pièces du puzzle, doucement, se remettaient en place, et au fur et à mesure je comprenais que tout ce qui était arrivé était cousu de fil blanc. J’adore me faire surprendre par le hasard des rencontres mais, dans le cas présent, la soudaine irruption d’Antoine dans ma petite vie pépère était le fruit d’un scénario bien huilé. Trop ! Tout ça puait à plein nez le billard à bandes et j’avais décidé de me méfier. Notre séjour prolongé à Venise avec Adeline, qui avait fort irrité Antoine, procédait d’une saine gestion du risque de se retrouver prisonnier d’un sac de nœuds bien plus que de la petite partie de jambes en l’air avec mon assistante. Les deux raisons se révélant à l’usage tout à fait compatibles et même fort productives. Ma mauvaise réputation confortait Antoine, il ne me soupçonnait pas de lui faire un enfant dans le dos. Et pourtant je jouais avec lui une partie de poker menteur pour m’assurer qu’il ne nous menait pas tout droit dans un coup fourré. Lorsqu’Antoine en pris conscience les dés étaient jetés et il ne put pas se dérober. Adeline et moi volions vers Kiev pour nous assurer de la bonne fin de l’opération K.


21 décembre 2013 - RIA Novosti 15:08

« L'ex-patron du groupe pétrolier Ioukos Mikhaïl Khodorkovski, arrivé vendredi à Berlin après avoir été gracié par le président russe, est libre de revenir en Russie, a déclaré samedi à l'AFP le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

« Il est libre de retourner en Russie. Absolument », a indiqué Dmitri Peskov.

Selon ce dernier, Mikhaïl Khodorkovski a écrit deux lettres à Vladimir Poutine: une lettre brève et officielle et une autre, plus longue et personnelle.

L'ex-magnat du pétrole a fait savoir vendredi qu'il avait présenté sa demande de grâce le 12 novembre dernier « en raison de circonstances familiales ».

L'ex-dirigeant du géant pétrolier Ioukos Mikhaïl Khodorkovski et son associé Platon Lebedev ont été arrêtés en 2003 et condamnés en 2005 à huit ans de colonie pénitentiaire pour escroquerie et fraude fiscale. Cette peine a été portée à 14 ans en décembre 2010 à l'issue d'un second procès pour vol de pétrole et blanchiment de 23,5 milliards de dollars. La peine a finalement été commuée en 11 ans de camp.

Tous deux devaient sortir de prison en 2014. »



La nouvelle était tombée sur le fil d’info « Gracié par Vladimir Poutine, l'ex-magnat russe du pétrole et opposant au Kremlin Mikhaïl Khodorkovski venait de quitter, le vendredi 20 décembre 2013, la colonie pénitentiaire IaG 14/10 établie à Krasnokamensk, en Sibérie, située à, respectivement, 30 et 105 km environ des frontières chinoise et mongole et à plus de 6 500 km de Moscou. D'après le ministère des affaires étrangères allemand, il est arrivé dans l'après-midi à l'aéroport de Berlin-Schönefeld, une destination évoquée plus tôt par les services pénitentiaires russes, qui avaient annoncé le départ de l'ancien oligarque « pour l'Allemagne, où sa mère atteinte d'un cancer est soignée ». Selon la chancellerie allemande, Hans-Dietrich Genscher, ancien chef de la diplomatie allemande a suivi le dossier « en coulisses de façon intensive » et « il s'est grandement impliqué pour travailler avec succès à des solutions, avec le soutien de la chancelière et du ministère des affaires étrangères. » N’attende pas de moi de vous expliquer quel fut notre rôle dans le dénouement de cette  affaire car ça relève du secret d’Etat. Dans ce genre d’affaire, les petites mains ont tout intérêt à se faire discrète et à laisser les lauriers aux officiels. Mais comme le souligne le quotidien Kommersant, Mikhaïl Khodorkovski aurait agi sous la pression des services secrets. Libérable en août 2014, celui-ci n'était pas concerné par la loi d'amnistie adoptée par le Parlement russe mercredi dernier. Cette loi devrait permettre la libération des Pussy Riot et des militants de Greenpeace. L’entourage de Vladimir Poutine indique que l'ex-oligarque aurait invoqué à l'appui de sa requête «des circonstances d'ordre humanitaire», à savoir la maladie de sa mère. Clair comme du jus de boudin, qui a fait quoi et comment, relève de la recherche d’une aiguille dans une botte de foin.


Pour les bons connaisseurs du dossier, tels que nous, le refus permanent de Mikhaïl Khodorkovski de demander la grâce présidentielle afin de ne pas se voir taxé, par le pouvoir du Kremlin, de reconnaître sa culpabilité reste un point dur que nul ne peut contester. A ce stade, selon un rituel classique, les services secrets de Poutine, ont balancé un rideau de fumée en affirmant, sous le couvert de l'anonymat, qu’ils ont eu un entretien avec Mikhaïl Khodorkovski après la révélation, au début de décembre, par la justice de nouvelles enquêtes ayant de bonnes chances d'aboutir à un troisième procès. Kommersant, le trop bien informé, précise que les hommes des Services Secrets auraient indiqué à Mikhaïl Khodorkovski que l'état de santé de sa mère sa mère Marina Filippovna, 79 ans se dégradait. Cette conversation, qui serait déroulée hors la présence d'un avocat, et toujours selon les gros nazes de Poutine, cette révélation aurait contraint Mikhaïl Khodorkovski à s'adresser au président pour demander sa grâce». Tout ça ne tient pas debout dans la mesure où l’avocat Khodorkovski, non présent comme par hasard, était tout à fait en mesure d’informer son client de l’état de santé de sa mère. De plus, la grâce met un terme à tout espoir de réhabilitation de l'ancien oligarque ainsi qu'aux poursuites intentées par ses avocats auprès de tribunaux européens et américains pour récupérer les actifs de Ioukos, son entreprise pétrolière dépecée et dont il a été dépossédé.  Et, entre nous, que viendrait faire  Hans-Dietrich Genscher et la chancellerie allemande dans cette affaire si tout ça ne tenait qu’à une bouffée de sentiments filiaux. A force de nous prendre pour des cons Poutine et sa clique se donnent des verges pour se faire fouetter. Comme je crois qu’il aime ça l’ancien petit colonel du KGB et surtout, comme le souligne la correspondante du journal Le Monde à Moscou  « Le Kremlin, la forteresse médiévale symbole du pouvoir russe, est redevenu le haut lieu d'un nouveau mode de gouvernement érigé en doctrine. Vladimir Poutine rêve de restaurer « l'empire éternel » russe et se projette en défenseur de la chrétienté. Il reprend le mythe de « Moscou, troisième Rome », qui remonte à la chute de l'empire byzantin. L'exceptionnalité russe – celle de n'être ni d'Asie ni d'Europe, mais un pont entre les deux, une « Asiope » – est exaltée. « L'eurasisme » se pose ainsi en alternative au modèle occidental dominant, tout en renouant avec la continuité historique russe. Après Moscou, capitale de l'orthodoxie, après la Russie impériale, après l'Union soviétique, place à l'Union eurasienne, le nouvel empire que Vladimir Poutine ambitionne de créer dès 2015. Cette pensée messianique est devenue la marque de fabrique de l'élite « en épaulettes » (en russe siloviki, un mot désignant aussi les services, la police et l'armée) qui dirige la Russie, sans considérer le recul global du pays ces dernières années. La nomination récente de Dmitri Kisseliov, promu grand maître de l'information officielle à la tête du méga-holding médiatique La Russie d'Aujourd'hui, s'annonce désastreuse en termes d'image. »

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents