Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 07:00

603949-heurts-entre-manifestants-et-policiers-a-kiev-le-11-.jpg

 

L’Ukraine nous revenait en pleine poire, Antoine nous envoyait son Falcon pour que nous le rejoignions à Kiev où les évènements se précipitaient dans la rue. Mes chefs, eux aussi, sortaient de leur léthargie. Pour les rassurer je leur pondais une note vite fait bien fait sur le gaz en copiant-collant tout ce que je pouvais ramasser sur le Net, du genre « Les manifestations de Kiev menacent de prendre un tour insurrectionnel. Pour nombreux que soient les manifestants, ils ne sont représentatifs que d’une partie de l’Ukraine. La carte des élections présidentielles de 2010, qui virent la victoire de Victor Ianukovitch, confirme une partition de l’Ukraine, non pas en 2 mais en 3. La question importante est de savoir de quel côté basculera l’Ukraine Centrale. Il n’en reste pas moins que le gouvernement ukrainien peut s’appuyer sur une majorité de la population qui n’appuie pas, quoi que l’on en dise, les manifestants. En effet, il faut savoir que l’intérêt économique de l’Ukraine se trouve bien plus du côté de l’Union Douanière Eurasiatique (avec la Russie, le Belarus et le Kazakhstan) que du côté de l’Europe. Le commerce extérieur de l’Ukraine avec la Russie n’a cessé d’augmenter et, ce qui est significatif, si les importations en provenance de Russie sont fortes, les exportations vers la Russie montent depuis 2005. » Cela signifie que l’Ukraine, comme les autres pays, doit chercher à développer son commerce en direction de la Russie. De ce point de vue, la signature de l’Union Douanière représenterait un progrès important pour les relations commerciales, et pourrait, à terme – et compte tenu des complémentarités qui existent entre les industries russes et ukrainiennes – permettre à l’Ukraine d’équilibrer son solde commercial. D’ailleurs, l’une des raisons du soutien de l’Ukraine de l’Est au Président et à son gouvernement réside justement dans l’importance de ce commerce pour les populations concernées. Avec bien sûr des crobars à l’appui.



G1-Commerce-de-lUKR-500x299.jpg

G2-Import-russes-500x307.jpg

G-3Solde-500x300.jpg

En clair, rien que pour faire oublier mon long silence, et aussi pour foutre un peu de piment dans nos services infusés par les thèses US, je prenais à contre-pied l’opinion officielle en soulignant hypocritement que si les manifestants de Kiev avaient de bonnes raisons de manifester, sans bien sûr préciser lesquelles, ils ne représentaient ni la majorité de la population ukrainienne ni les intérêts bien compris de cette même population. Ça sentait les remugles de la guerre froide à plein nez, bloc contre bloc, les séides de Moscou contre les eurocrates et les européistes de tout poil. J’ai toujours eu un faible pour l’aveuglement des ex-soutiens de l’ex URSS dans notre pays. Les nostalgiques des datchas au bord de la Mer Noire et des plaisirs exotiques du côté de Cuba. À mettre dans le même sac que les idolâtres de la Grande et Vertueuse Amérique qui fait que nous espionner avec notre consentement et notre collaboration efficace. Du côté de Beauvau, eu égard à mes solides attaches au cabinet du Ministre, je pense que mes chefs vénérés s’empressèrent d’ensiler ma note sans en faire la moindre copie. Preuve de l’efficacité de ma méthode de couverture je reçus un laconique SMS « Beau travail. Continuez !» Aucune allusion à Adeline qui ne goûtait qu’à moitié notre escapade à Kiev. Pour lui faire plaisir je lui dis gentiment « Tu peux rester ici si tu préfères…

-         Pour tu puisses courir à ton aise après les grandes poufs blondasses de Kiev sans doute !

-         Oui pour les prendre en levrette dans la neige place de l’Indépendance…

-         Tu en serais bien capable satyre !

-         Vieux satyre…

-         Paris l’exige d’ailleurs !

-         Qu’est-ce que tu me racontes, Paris s’en fout.

-         Que tu dis.

-         Tu te trompes mon grand. Je les ai embobinés avec un rapport journalier sur nos activités à Kiev auprès d’Antoine.

-         Rien que ça beauté…

-         Oui, nous avons beaucoup échangé avec Antoine…

-         Quand ?

-         Pendant que tu dormais comme un beau bébé.

-         Tu bluffes !

-         Sais-tu par exemple que Gabrielle est rentrée à Paris ?

-         Non !

-         Moi si…

-         Ok, tu es un bon petit soldat Adeline.

-         Non je tiens à toi.

-         Trop !

-         Les filles d’aujourd’hui sont ainsi. Tu es mon héros !

-         En rentrant à Paris je vais faire valoir mes droits à la retraite.

-         Et moi de la politique…

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents