Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 07:00

Dimanche dernier, dans le Journal du Dimanche, le gros Gégé est monté sur ses grands chevaux, comme c’est un pondéreux et qu’il fait dans le merlan en colère rue du Cherche-Midi il a fallu atteler 4 beaux chasse-marées Boulonnais. De colère il a jeté à la gueule d’Ayrault son passeport, sa carte vitale, pour frapper l’opinion comme Gainsbourg brulant son Molière à la télé, mais tout c’est du cinéma, ça n’a aucun sens car d’ordinaire ton passeport ce sont les juges qui te le piquent pour t’empêcher de passer la frontière, mais là, tant qu’il sera Français faudra, si Gégé veut voyager hors Schengen, qu’il l’allonge à la PAF. Du côté de la Vitale devrait faire gaffe Gégé, ça pourrait lui être très utile à son âge et dans son état. Tout le monde y va de son couplet, les contre, les pour qui crient à la chasse aux riches, mais tout de même pour le défendre manquaient Carole Bouquet et son grand pote, un autre Gégé, le Bourgoin de Chailley, l’ex-roi de la dinde déchu. La première pour l’heure, que je sache, n’a encore rien dit mais le second avec qui Depardieu a fait des affaires dans le pétrole à Cuba, chez leur pote Castro, est sorti de son silence lundi dernier sur Europe 1 Soir, « En Belgique, pourquoi pas ? C'est un pays extrêmement francophile. Gérard Depardieu a passé sa vie à défendre l'image de la France. Comme acteur, l'ambassadeur de la France dans le monde, c'est Gérard Depardieu ». Tout ça me donnait l’occasion de me souvenir de l’aventure de Pebercan de Gérard Bourgoin, qui avait investi plus de 200 millions de francs en 1996 avec une poignée d'amis riches et célèbres, Michel Reybier, l’ancien proprio des Jambons d'Aoste et maintenant de Cos d’Estournel, notre Gégé, Roger Zannier le roi de la fringue pour mômes et quelques autres, n'avait finalement fait jaillir de l'or noir qu'en 1999. Revendu en 2003 à une petite compagnie pétrolière qui monte : Maurel & Prom de Jean-François Hénin le « Mozart de la finance » évincé d'Altus Finance par Jean Peyrelevade lorsqu’il prit les rênes du Crédit lyonnais. « Le pétrole, c'est un peu comme le cinéma, où il y a un film sur sept qui marche, expliquait Gérard Depardieu en décembre 1996. Avec cette affaire, on peut gagner beaucoup ou tout perdre. » Finalement, après avoir failli perdre leur mise, le premier cercle d'aventuriers investisseurs, qui ont dû réinvestir en cours de route dans l'affaire, devrait réaliser une plus-value. Le cas de Gérard Bourgoin est à part : incapable de rembourser un prêt octroyé par son ami Michel Reybier, il avait alors dû lui céder ses parts en 2001. Il conservait néanmoins encore des stock-options. Petit monde, les affaires, et maintenant Poutine tendait un passeport à notre Gégé.


Et pendant ce temps-là Fipé et Collion signaient l’armistice alors que le maire de Sannois dans le Val-d’Oise, le maintenant très célèbre  Yanick Paternotte, soutien du roquet de Meaux, et président de la fameuse CORNAR, la Commission nationale des recours de mon grand parti, était condamné le jeudi à quinze mois de prison avec sursis et deux ans d’inéligibilité par le tribunal correctionnel de Nanterre. La procureure, Alexandra Boudet, avait souligné « le comportement indigne de la part du notaire et encore plus indigne de la part d’un élu, d’autant plus que les faits concernaient son administrée, alors qu’ils devaient tous deux protéger la personne ». Yanick Paternotte a également été condamné à verser une amende de 10 000 €. Son épouse a pour sa part été relaxée. Quant au notaire qui a rédigé l’acte de donation, il a été condamné à un an de prison avec sursis et 10 000 € d’amende. Va faire appel le gars. Suis attablé au café Place du Palais Bourbon sous une chaufferette et je feuillette le Courrier International tout en jetant un œil distrait sur le ballet des anciennes excellences dont le rondouillard Douillet qui se fait interviewer dehors, par un petit mec, pour pouvoir tirer à l’aise sur son cigarillo. L'édito de Jean-Hébert Armengaud est jouissif, j’adore la chute «  Mgr Vingt-Trois, lui aussi, a une bonne carte budgétaire à jouer. Les églises se vident, le denier du culte est de plus en plus maigre. Pourquoi ne pas marier les gays à l’église ? Entre les gays cathos, leurs familles et leurs amis, ça fait du monde pour remplir les églises et la corbeille de la quête, non ? Et l’UMP ? Ne devrait-elle pas aussi se rallier très vite à la cause du mariage gay ? MM. Copé et Fillon se promettraient mutuellement « fidélité, secours et assistance ». Et hop ! La guerre interne serait vite réglée, pas besoin d’attendre septembre 2013… » J’aurais dû prendre un vin chaud mais, comme j’avais beaucoup carburé la veille, il me fallait éviter de forcer sur l’antigel.


Saturation, la politique à jet continue depuis trois semaines commençait vraiment à me fatiguer alors je me plongeais, en compagnie de ma chérie, dans l’univers impitoyable des top-modèles. Que des horreurs : « Il a fallu attendre vingt ans pour découvrir qu’à l’apogée de sa carrière Linda Evangelista – le top-modèle qui ne sortait pas de son lit pour moins de 10 000 dollars – vivait en réalité dans une grande solitude. Son seul plaisir était sa Game Boy. Pareillement, plusieurs années ont passé avant que Karen Mulder – « la blonde classe » – ne déclenche un scandale retentissant, peu avant d’être admise dans un service psychiatrique. Elle déclara qu'Albert de Monaco et d’autres dirigeants de l’agence Elite avaient essayé de la violer, que son père l’hypnotisait dans le même but et que son statut de mannequin faisait d'elle une monnaie d’échange sexuelle. Depuis, la Hollandaise a présenté des excuses et fait profil bas suite [toutefois une plainte pour viol a bien été déposée en novembre 2001]. Karen Mulder est alors internée, mais sa tentative de suicide, en 2002, a relancé le débat sur le style de vie des mannequins et les répercussions psychologiques de leur travail. » Christine Hart, mannequin pendant dix ans à Milan, Paris et New York, des années 1990 et au début des années 2000, côtoyé les plus grands pendant l’âge d’or des top-modèles, travaillé pour le photographe Helmut Newton, défilé pour Kadhafi raconte son histoire dans un livre autoédité « Lo que las modelos callan ». Il faut s’accrocher au bastingage pour ne pas gerber lorsqu’elle raconte l’effondrement d’une de ses collègues, en plein casting en Grèce, lorsqu’elle a découvert qu’elle avait à l’intérieur de son vagin, depuis vingt-quatre heures, « plusieurs préservatifs recouverts de sperme et d'un fluide. Ce qui est terrible, c’est qu’elle ne se souvenait pas des événements de la nuit précédente, si ce n’est qu’elle avait bu et fumé avec un photographe jusqu’à perdre toute notion de la réalité, écrit l’ancienne top-modèle. Il s’agit là d’épisodes isolés, mais ces quelques histoires sont déjà de trop car elles ne devraient pas impliquer des mineures. Commencer à 14 ou 15 ans est une aberration. A cet âge, les filles sont presque des enfants et il est facile d’être prise au piège par un mirage. » Elle a aussi vécu des épisodes complètement fous comme défiler dans un bunker en plein cœur du désert libyen : « J’ai eu la peur de ma vie ! En théorie, on allait à Tripoli pour défiler à l’ambassade espagnole afin de promouvoir la mode occidentale. Mais en réalité nous avons atterri au milieu du désert et nous nous sommes retrouvées enfermées dans un bunker, devant le colonel Kadhafi en personne. » Elle rive le bec à cette vieille enflure de Karl Lagerfeld qui estime que l’anorexie des top-modèles est une fable « Les mannequins souffrent plus de la dictature de la beauté aujourd'hui que dans les années 1980. D’une taille 38 imposée, on est passé au 34, en particulier sur les podiums, et les filles d’aujourd’hui ne transmettent aucune émotion. Elles n’arrivent pas à créer de lien avec le public. On ne sait plus si ces filles sont des robots ou des mannequins. La plupart n’ont que la peau sur les os et aucune d’elles ne sourit, ce qui n’arrange rien ».

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Roman
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents