Vendredi 11 mai 2012 5 11 /05 /Mai /2012 14:00

Ce matin le ciel de Paris charrie de lourds nuages noirs, le plafond est bas, des saucées d’une pluie lourde s’abattent sans préavis. Hier pourtant ce mois de mai affichait ce qu’un mois de mai sait faire de mieux : un soleil radieux qui me permit de me rendre en fin de journée, à vélo, jusqu’au DiVinamente Italiano d’Inès et de RaffaellaLucia et Matteo Ceracchi du domaine Piana Dei Castelli nous accueillaient pour une Enogastronomia Laziale sous la baguette du chef Matteo Oggioni. En ce quartier où trône encore le Palais Brongniart : la Bourse de Paris vidée de sa substance par l’économie numérique, en accrochant mon vieux destrier à un poteau je ne pouvais m’empêcher de penser que notre jeune monnaie commune : l’euro, symbole fort de destin commun entre certains pays de l’Union Européenne, de nouveau menacée par le chaos politique en Grèce, était entre les mains, et les clics des traders donnent encore plus de sens à cette expression, d’une cohorte anonyme soucieuse de préserver les fonds de pension et autres gestionnaires de fortune. Bien plus que la météo ce mois de mai accumulait des menaces.

 

photoTrama.jpg

Et puis, en quelques pas, je me suis retrouvé dans une enclave italienne à Paris où, par la magie du partage je ne savais plus si j’étais Italien ou Français, d’ailleurs peu m’importait, ce qui comptait c’est que nous étions la réalité d’une Europe qui ne veut pas ou qui ne peut pas avouer son nom. La Trama, l’un des vins que nous goûtâmes, oui la Trame qui se tisse, assemble, supporte, en était le meilleur symbole. Les frontières elles sont encore dans nos têtes, façonnées par notre Histoire, nos cultures, nos préjugés ou nos idées reçues, la barrière des langues, et elles semblent bien plus difficiles à effacer que celles autrefois gardées par les douaniers. Autour d’une belle table, avec de merveilleux vins, il est facile de refaire le monde, alors pourquoi ne pas en profiter pour y tisser des liens qui nous permettrons, avec nos différences, tout ce que nous sommes, de nous sentir chez nous jusque dans les plus petites parcelles de nos territoires, nos terroirs, à Velletri comme à Paris. La Savoie n’est française que depuis 1860 et c’est comme un trait d’union entre nos deux pays.


Sur cette belle soirée je chroniquerai dès que j’aurai, si je puis dire, mis les mots qu’il faut sur mes émotions. Mais, comme un bonheur n’arrive jamais seul, juste avant d’enfourcher  mon vélo j’ai reçu d’Alessandro Merlo un très beau cadeau que je vous transmets comme le gage de la seule Internationale qui vaille celle des amoureux du Bien Vivre ensemble. Merci Alessandro. Et puis, comme mon premier regard sur l’Italie, si lointaine de ma Vendée océanique, fut un regard sportif, je vous  livre par la même occasion un petit texte d’Alessandro Barrico tiré de son livre Next.


Jacques,

 

J’ai pensé à l'accord suivant pour bien commencer le printemps :

 

 - Domaine des Ardoisières Schiste 2009 - Savoie

   jacquère, roussanne et pinot gris. un vin très fin, profond et soyeux.

schiste--1-.jpg

Petit commentaire du taulier : la Savoie, et c’est un vin de l’ami Michel Grisard du domaine des Ardoisières link

 - Lotte/fèves/radis

 Lotte sautée à l'ail et au romarin avec bouillon de poisson et ses fèves à la vapeur, radis croquants

lotte--3-.jpg

« Quand j'étais petit (nous parlons de la fin des années 60) il y avait le jour où l'on allait acheter les chaussures de sport (...) En ce temps-là, quand il fallait acheter des chaussures de sport, le choix était pratiquement limité à : Superga beige et Superga bleues. Enfin : dans ma famille c'était comme ça. En réalité, d'autres possibilités, il y en avait, du moins en théorie. Les plus chicos et/ou riches achetaient les mythiques Adidas, trois bandes sur le côté, semelle profilée, renfort devant et derrière. Il y en avait de quatre sortes : je me souviens que j'étais dingue d'un modèle qui s'appelait Rom. Adidas Rom. Ou bien Room ? Je ne sais plus. En tout cas j'en étais dingue. Plus élitistes encore, les Puma : très peu en avaient, et elles étaient regardées avec un grand respect mais aussi avec une pointe de méfiance (elles étaient considérées comme les rivales des Adidas, ce qui ne témoignait pas en leur faveur). Et pour finir, les All Star, mais elles étaient vraiment rarissimes : ce qui nous plaisait c'est qu'il y en avait aussi des rouges, mais en gros elles étaient vues comme des chaussures de blaireau, elles étaient très difficiles à trouver, les seuls pratiquement qui en avaient c'étaient ceux qui jouaient au basket. En dessous de cet Olympe on trouvait les nulles. C'étaient des chaussures avec des noms spirituels genre Tall Star, Luma, Addas. Elles tentaient le coup. Sans aucune pudeur, elles affichaient les bandes mythiques sur le côté : sauf qu'il y en avait quatre, ou deux. Elles ne coûtaient pas cher, et elles se vendaient au marché (...) Il faut rappeler aussi que les chaussures de sport se mettaient quand on allait faire de la gymnastique, et pas à d'autres occasions (pourquoi les abîmer ?).

Je me rappelle que puisque tout le monde avait des Superga, et que dans la salle de gym on était tous là avec les mêmes chaussures comme si on était des Chinois, à part deux ou trois privilégiés avec des Adidas ou des Puma, mais il y en avait peu, les autres c'était tous les mêmes - bref, je me rappelle que certains d'entre nous, les plus originaux, un peu rebelles, ceux qui étaient les plus éveillés, n'arrivaient pas à accepter ça, qu'on soit tous pareils, et alors, pour essayer d'être différents, pour vaincre la monoculture de la chaussure, ils décidaient de se rebeller, et ce qu'ils faisaient, justement, c'était : dessiner quelque chose au stylo-bille sur leurs Superga. Ou peut-être une inscription. Ou des petits cœurs, des fleurs, des choses de ce genre. Dans ce monde-là, pour inventer tes propres chaussures, tout ce que tu pouvais faire c'était dessiner dessus au stylo bille.

Bon. Et maintenant un grand saut dans la machine du temps. Imaginez que vous avez un fils d'une douzaine d'années et que vous l'emmenez acheter des chaussures de sport. Janvier 2002. »

41H0LTEQwEL._SL500_AA300_.jpg

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : les afterwork du taulier
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Tous sont différents, pince le réservoir de chacun

Commentaire n°1 posté par sports divers le 11/05/2012 à 22h18

Jacques, je me rappelle du temps où j’étais moins petit (les années ’80) et où je grimpais et descendais les marches .... du Sacré Coeur à toute vitesse. A mes pieds, des grolles italiennes bien sûr, des Minelli sans doute. Je volais de clocher en clocher ... jusqu’aux tours de Notre-Dame. Tiens, cela me rappelle quelque chose, ce membre de phrase. Et toi ?

Commentaire n°2 posté par Luc Charlier le 11/05/2012 à 23h15

Jacques, celui qui bosse sur le Domaine, je pense encore, où  certes Michel Grisard est partie prenante, est Brice Omont, un jeune qui n'en veut...

Commentaire n°3 posté par PATRICK BAUDOUIN le 12/05/2012 à 00h38

Salut Patrick, salut à tous. Comme tout ça se passe pas loin de chez moi, je me permets d'intervenir ;-)) 

C'est effectivement Brice Omont qui s'occupe actuellement du vignoble, mais, replanter des vignes sur le coteau de Cevins, c'est une idée de Michel Grisard. Et c'est lui qui l'a fait, le choix des cépages replantés est de lui.

J'ai trouvé qqs photos ici :

http://la-terre-vue-du-vin.blogspot.fr/2009/10/savoie-la-renaissance-du-vignoble-de.html

Pour l'anecdote, les Dupéré Barrera ont failli s'installer au domaine avant d'aller poser leurs valises en Provence. Cela ne s'est pas fait parce qu'ils ne se sont pas entendus avec Michel Grisard : il ne leur laissait pas assez de marge de manoeuvre, m'ont-ils dit.

Alain

PS : Patrick, ton Cornillard 08 (entr'autres) a fait un super accord avec la victoire de FH / la défaite de NS ;-))) Je trouve qu'en quelques mois cette btl s'est étoffée, complexifiée, tout en gardant sa droiture.

Commentaire n°4 posté par Alain Drillat le 12/05/2012 à 11h30

Patrick,

Effectivement, j'ai créé le domaine en 1999.

Ce n'était pas pour "m'agrandir", mais vraiment pour une vraie création, et pour transmettre. J'ai reçu beaucoup de CV de candidature et j'ai eu énormément de visites. Il y a eu Olivier Lelièvre en 2000 qui n'est pas resté et qui est maintenant installé en Bugey, " Domaine de Soleyane", puis Brice est arrivé en septembre 2003, et j'ai complètement transmis le Domaine des Ardoisières, en février 2010. Pour la plantation du Domaine et les débuts, les "marges de manoeuvres" n'étaient pas grandes pour moi.

Et l'anecdote ne m'a pas marqué, car je ne me souviens pas des " Dupéré - Barrera" dans cette aventure qui a mobilisé de très gros efforts de ma part.

Cette réalisation est pour moi une grande fierté et je souhaite à Brice bonne chance pour tous les millésimes qu'il lui reste à vinifier.

Commentaire n°5 posté par Michel Grisard le 14/05/2012 à 19h57

Articles récents

Liste complète

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés