Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 00:09

À mes débuts dans le monde des vins de table, en 1978, à l’Office éponyme qui venait de prendre la succession de l’IVCC (Institut des Vins de Consommation Courante) après les évènements de Montredon, alors que Jacques Chirac était le premier Ministre de Valéry Giscard d’Estaing, la très puissante CNCV : Confédération Nationale des Caves Coopératives présidée par l’audois Antoine Verdale de Trèbes tenait le haut du pavé (pour les détailssur Verdale et le pouvoir  lire ma chronique http://www.berthomeau.com/article-18131895.html)  et les caves particulières n’étaient même pas présente au Conseil de Direction. Même si la Confédération se disait nationale elle était tenue par les chefs du Midi qui s’affrontaient pour faire prévaloir leurs lignes : la première «pragmatique», économique disaient certains, emmenée par Verdale s’appuyant sur Raymond Chandou le Dordognot de Le Fleix, la seconde  défendant la coopération des origines, « un village, une cave » dont la figure de proue était l’Héraultais Marcellin Courret que vous avez découvert hier à l’émission Droit de Réponse de Michel Polac « Les Vignes du Seigneur » et, bien sûr, la ligne « dure » romantico-occitane, proche des CAV, avec le charismatique Jean Huillet, que vous avez aussi vu à l’émission de Polac, comme chef de file.
Chou-7092.JPGChou-7079.JPG

POUF_3617.jpg
Rassurez-vous je ne vais pas ce matin vous bassiner avec mes souvenirs mais vous faire découvrir un magnifique ouvrage au titre sobre : CAVES  coopératives du Languedoc Roussillon, qu’un de mes fidèles lecteurs m’a offert à Vinisud. Il est l’un de ceux qui a contribué à cette œuvre de mémoire d’un patrimoine architectural remarquable. « En s’intéressant aux architectes, au décor et aux bâtiments destinés à « fabriquer » du vin, cette étude défriche un terrain peu exploré et entend donner à ces édifices la place qu’ils méritent dans le patrimoine culturel régional ». Je dois avouer qu’après avoir parcouru, feuilleté, lu certains textes, admiré la richesse des crédits photographiques, mon regard sur le mouvement coopératif du Languedoc-Roussillon, parfois un peu trop critique, s’est humanisé et, je comprends mieux l’attachement viscéral de certains à leurs caves. C’était certes un autre temps mais, lorsqu’on relit certains textes fondateurs, on est frappé par leur modernité. Et si, le rebond des caves coopératives face aux grandes évolutions du marché se trouvait tout bêtement dans un retour aux sources ?
Chou-7070.JPG
QUELQUES EXTRAITS

Avec la construction des caves coopératives, « le paysage s’enrichit d’un nouveau monument emblématique : chaque village ou presque possède « sa » cave coopérative. L’implantation à l’écart des centres anciens, liée aux impératifs économiques et fonctionnels rend ses « cathédrales » d’autant plus visibles qu’elles se distinguent par leur proportion et leur silhouette atypique, soulignées par des cuves cylindriques extérieures en béton ou en inox » Lochard 2006

Les théoriciens du mouvement coopératif insistent sur la sobriété générale de la construction, l’économie de moyens et la maîtrise des coûts « Dans l’installation d’un cellier il faut tenir compte de trois conditions, afin que la vinification puisse bien s’y faire. Ces conditions sont la température, l’aération et la propreté. Pour y arriver, éviter le luxe qui exige une dépense d’argent sans utilité, n’employer que celui qui sera nécessaire pour avoir une bonne vinification avec la meilleure économie possible » Zacharewitz 1909.

La cave coopérative est « l’héritière des grands chais privés après en avoir été l’adversaire plus ou moins déclaré : elle doit son émergence à la volonté des petits propriétaires de lutter à armes égales avec les grands en s’imposant sur le marché mais aussi et surtout de rivaliser, dans l’élaboration de leurs vins, avec le matériel vinicole utilisé par les grands propriétaires. Gavignaud-Fontaine 2006

Charles Gide, un des promoteurs de la coopération viticole, donne une conférence en 1901 dans laquelle il défend avec ferveur les « associations de vinification », c’est-à-dire « des associations de viticulteurs qui s’entendent pour faire leur vin en commun ». Il insiste sur les conditions de « ... l’installation des celliers [qui] est aujourd’hui un luxe coûteux avec tous ses appareils mécanique [...] que les propriétaires très riches peuvent seuls se payer et dont les agriculteurs plus modestes chercheront à économiser les frais. »
Chou-7067.JPG

En 1937, on peut lire dans la Statistique agricole de la France publiée par le Ministère de l’Agriculture : « Avec le temps, l’organisme [la coopérative] paraîtra aussi naturel aux habitants d’un même village que la mairie ou l’Eglise » Gavignaud-Fontaine – prédiction qui peut se résumer dans la formule lapidaire « un village, une cave coopérative » Arnal 1930 Curieusement, il n’existe pas de « cave modèle » en Languedoc ce que E.Barbet déplore en 1936, au nom de l’intérêt général, en souhaitant »dès l’an prochain, créer dans chacune de nos grandes régions viticoles, avec la garantie de l’Etat, au moins une de ces caves modèles dont la technique et les résultats seraient bien contrôlés par les ingénieurs du Génie Rural et par les professeurs d’œnologie. »

Petite note Berthomeau : de l’influence de nos IGREF sur « la modernisation » des caves coopératives.

Je terminerai par une citation de Marcellin Courret pour qui il ne saurait être question de transformer la coopération en entreprises de type industriel ou commercial et capitalistique dont la gestion échapperait au sacro-saint principe « un homme, une voix ». Que disait-il notre Marcellin que « les caves coopératives ont réussi à retenir, autour des viticulteurs, toute une population rurale composée d’ouvriers agricoles, d’artisans, de commerçants, qui donnent à nos villages le visage si sympathique qu’on leur connaît. » Pour lui c’était mettre le ver dans le fruit, c’était « une machine de guerre inventée contre les caves coopératives et destinée à les démanteler. »
Chou-7071.JPG

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Reggio 03/03/2010 10:39



@Jean-Marc Touzard : je me souviens d’avoir trouvé, à la librairie de livres anciens du Somail, une petite monographie sur les ravages
esthétiques des bâtiments industriels de la coopération donnant à voir une image d’usine et de raffinerie aux abords de certains villages, avec photos à l’appui…assez parlant…Et le vin qui va
avec…Un problème d’image, encore une fois ! Je dois l’avoir encore…Si je la retrouve, je la tiens à disposition…Comme quoi, comme le dit, Mauss, sur le même sujet…Ce qui n’enlève rien, au
contraire, à ce magnifique livre d’architecture et d’histoire que je vais m’empresser d’acquérir.


Adiù


R



Clavel 03/03/2010 10:39


J'ai eu des discussions musclées avec Marcellin Courret qui me menaçait de me faire mettre au chômage à cause d'écrits publics mettant en cause son mode de gestion de la coopération viticole
languedocienne.En 1931 28 caves coopératives vinifiaient 4% de la récolte héraultaise( 496 000 hl), en 1980 150 caves coopératives vinifiaient 8 900 000 hL soit 67% de la récolte totale
de l'Hérault. C'était un gestion politique sans vision économique. J'écrivais en 1980 (livre parru chez Privat Toulouse) "A mesure que le coopération viticole devenait une force majeure dela
viticulture, elle perdait paradoxalement,la capacité d'innovation dont elle avait été le symbole.Impuissante à s'adapter aux défis de notre temps et victime de sa force, elle a préféré en jouer
auprés des pouvoirs publics, dont elle est devenue l'interlocuteur privilégié, recherchant dans le budget de l'Etat, les solutions aux problèmes qui pourtant ne sont que ceux du marché". Il y a,
malheurement, encore, des comportements de cette nature dans les coopératives subsistantes, mais celles qui résisteront, peu nombreuses, sont celles, dynamiques, dont les responsables ont le
courage de faire évoluer leurs adhérents et d'affronter le marché international!!!


tchoo 03/03/2010 10:36


La Coopérative (le batiment) n'est que le symbole matériel d'une entité faite d'hommes et de femmes.

Société d'hommes par définition, la coopérative ne vaut que par les hommes (ou femmes) qui la composent.Toutes les dérives que l'on pourrait leur reprocher sont à mettre au débit des hommes qui en
font partie (tous du plus petit vignerons au plus gros)
C'est donc à la fois une société capable de grandes choses et parfois aussi hélas enfermé dans ses propres querelles.
Mais l'on ne peut rejetter tout cela d'un revers de main en parlant de collectivisme.
Le monde du vin français ne serait pas arrivé jusque là sans ces structures qui ne sont pas l'exclusivité du Languedoc, m^me si elles y ont revêtue une importance primordiale pendant longtemps.

Quand au modèle architectural, il est souvent reproduit en moult exemplaire, notament sous l'influence des Ingénieurs du Génie Rural.



jean marc Touzard 03/03/2010 10:00


Merci pour votre article très sympa sur notre ouvrage, et les extraits video qui nous replongent dans un autre temps. Notre démarche est à l'origine un travail scientifique d'inventaire
architectural de l'ensemble des batiments des caves coopératives du Languedoc Roussillon, que nous avons voulu transformer en un ouvrage grand public grace au travail formidable d'un photographe
professionnel. Donc pas de position idéologique défendant à tout prix les coopératives, mais la reconnaissance d'un patrimoine architectural  important qui exprime un siècle d'histoire
viticole, et qu'il faut essayer de conserver y compris en changeant l'usage de ces batiments (déjà le cas : salle de sport à Grabels, gites ruraux à massac, maisons de la culture à Mauguio, mairie
à Allègre les Fumade, commerce à sommière, restauxs à plusieurs endroits, etc...). De beaux projets de mise en valeur de ces batiments sont aussi développés dans le cadre des nouveaux
investissements des coopératives, dans une optique technique ou oenotouristique (de Maraussan à Maury en passant par Chusclan ou Florensac). A titre personnel je pense que la forme coopérative a
encore plein d'avenir, à l'image des coopératives "nouvelles génération" qui se créent aux USA (qui ressemblent plus à des clubs de vignerons c'est vrais), mais qu'il ne s'agit que d'une coquille
juridique (et matérielle pour son batiment). C'est la qualité des hommes (et de leurs dirigeants), leurs projets, la convergence de leurs intérets et leurs dispositions à coopérer réellement qui
compte !


mauss 03/03/2010 09:13


Fascinant de constater à quel point un angle de lecture peut susciter des réactions presqu'opposées mais toujours, quelque part, justifiées.


  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents