Dimanche 24 janvier 2010 7 24 /01 /Jan /2010 00:00

4b2c05f8-a73f-11de-be2e-be58b3a4b3cb.jpg
Le poids des mots : mon titre de ce matin, sans contestation possible, c’est du lourd, du très lourd même et, à défaut de briguer le Goncourt, je pourrais espérer le Pulitzer, mais ne boxant pas dans la catégorie des plumes patentées c’est de ma part pure vanité et, croyez-moi, j’en suis désespéré. Plus sérieusement l’avantage avec les frères Beigbeder c’est que ce soit Frédéric qui fait dans le littéraire ou Charles qui faisait dans le nucléaire, ce sont de très bons clients pour les médias.


En effet, qu’est-ce que je lis dans le Figaro : « Agriculteur, la nouvelle vie de Charles Beigbeder ». Vous imaginez le beau Charles sur un gros tracteur ou une gigantesque moissonneuse-batteuse ? Non, bien sûr notre beau gars c’est avant tout un gars qui fait du blé avec du blé, le sien puisqu’il a fourgué Poweo, et celui des autres. Pour sa « troisième vie » - les Beigbeder y z’ont plein de vies à leur disposition - Charles il a jeté son dévolu sur l’Ukraine qui, si vous étiez bon en géo, avant de bénéficier des bienfaits du « socialisme réel », était le grenier à blé de l’Europe avec ses 30 millions d’ha d’excellentes terres. Comme les kolkhozes ne se caractérisaient pas pour leur bonne gestion 6 millions sont en friches. Notre Charles, avec sa société agricole Agro Génération – c’est’ y pas mimi comme nom ça –, il a investi 30 millions de dollars pour louer à long terme ces terres. Donc notre nouveau gentleman-farmer exploite déjà 22000 ha de céréales sur 3 anciens kolkhozes de 6000 et 8000 ha. Et y compte pas en rester là « Le groupe veut doubler la mise. «Nous espérons disposer de 50 000 hectares dans les douze prochains mois, insiste Charles Vilgrain, directeur général d'Agro Génération » Après l'Ukraine, le groupe songe à moyen terme à investir en Roumanie et après en Afrique.


Des entreprenants nos pioupious, du genre pionniers de la nouvelle frontière au ras de l’ancien rideau de fer, mais des gars qui ne sont pas parti, chez le voisin « privilégié » de la Russie, la fleur au fusil : «Nous nous appuyons sur le groupe industriel céréalier français Champagne Céréales qui assure notamment le négoce, c'est un partenaire indispensable», poursuit Charles Vilgrain.

 

Pour ceux qui ne le sauraient pas Champagne Céréales est un groupe coopératif fondé par Jacques de Bohan que j’ai bien connu du temps du 78 rue de Varenne. En plus y sont pas les seuls gaulois : «Les entreprises françaises contrôlent ainsi directement 100 000 hectares, et participent, directement ou non, à l'exploitation d'un million d'hectares», estime Jean-Jacques Hervé, conseiller du ministre de la politique agraire d'Ukraine. Pour y aller, si je puis m’exprimer ainsi, faut beaucoup de blé : «Le ticket d'entrée est d'un million d'euros pour une exploitation de 2 000 hectares», indique Vincent Rocheteau, directeur général du groupe semencier Euralis en Ukraine (c’est aussi un groupe coopératif du Sud-Ouest). De plus ce n’est pas gagné d’avance car les rendements sont inférieurs à ceux de la Beauce mais comme le prix des engrais est moitié moindre qu'en France et le coût de main-d'œuvre, c'est un rapport de 1 à 10, nos « gentils investisseurs français » espèrent faire du beau blé, sonnant et trébuchant, très rapidement.


Comme Jacques Mounier, président du conseil de direction de Calyon Bank Ukraine (un gars du Crédit Agricole donc, Calyon est une filiale de CASA) déconseille l’aventure individuelle, alors les petits gars ne vous y risquez pas car je lis aussi dans une autre gazette que « l’Ukraine est dans un état désastreux. Le pays est tombé au 146e rang des pays les moins corrompus au même niveau que le Zimbabwe ! L’an dernier, son PNB a chuté de 15% et sa monnaie été dévaluée de 50%. » Le paradis pour les « astucieux investisseurs donc ! » Mais tout va peut-être rentrer dans l’ordre puisque le pro-russe Viktor Ianoukovitch, celui qui avait tripatouillé les urnes et déclenché la « révolte orange », est arrivé en tête des élections présidentielles devant la blonde comme les blés Ioulia Timochenko, la premier Ministre en titre.

 

Tout baigne donc et je comprends que tout ce beau monde hésite à mettre le moindre kopek dans un fonds d’investissement pour développer les petites entreprises de nos beaux terroirs viticoles du Sud car je suis sûr que les pauvres – façon de parler - craignent comme la peste et la SAFER et« les cagoulés du CRAV ».

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Il me semble que ce Vil Grain porte bien son nom...

Commentaire n°1 posté par Michel Smith le 24/01/2010 à 07h45

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés