Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 11:00

les-fecos-n-eurent-aucun-mal-a-entrainer-tout-le-monde 1863

 

Vincent Pousson me bat, plus précisément il produit encore bien plus que moi, il est l’un des plus brillant et prolifique stakhanoviste de la Toile. Son amour immodéré pour les Corbières est avéré et, avant-hier, il le proclamait à nouveau link. De plus le Vincent fait de belles photos, il a toujours le doigt sur le déclencheur. Il me fait penser à Gaston Deferre qui, en toute circonstance, avec un modeste appareil argentique, mettait en boîte tout ce qui bougeait.


Pour les petites louves et les petits loups qui n’ont rien retenu des cours de géo je leur signale que les Corbières « sont principalement situées dans le département de l'Aude mais aussi dans le département des Pyrénées-Orientales pour les Corbières catalanes. Le massif des Corbières est délimité par le fleuve Aude au nord et à l'ouest, par la mer Méditerranée à l'est et par le Fenouillèdes au sud. Au nord-est des Corbières se trouve la ville de Narbonne, au nord-ouest Carcassonne, au sud-ouest Axat et au sud-est Rivesaltes. »


Mais pourquoi donc m’interroger sur une éventuelle aversion de Vincent Pousson pour la charmante et paisible cité de Limoux connue pour sa Blanquette et ses Fecos (voir la vidéo les costumes sont superbes) ?


Je m’explique :


1-      Les Faits


seance-de-desenvoutement-un-peu-trop-bruyante-vendredi-soir

Photo Guillaume l'Indépendant

 

Dimanche, alors que je me prélassais tombait une étrange dépêche AFP Aude : la séance d'exorcisme terrorise un quartier résidentiel.


Il était 21h20 lorsque les voisins de l'église de l'assemblée évangélique La Délivrance (une mouvance protestante évangélique) à Limoux ont été alertés par des hurlements déchirants et ont appelé les gendarmes. Arrivés, comme il se doit très rapidement sur place, les gendarmes ont découvert que ces vociférations n'étaient pas le fait d'une victime qu'on égorge, mais d'une fidèle réunionnaise qui, à leur arrivée, remerciait le Seigneur de l'avoir délivrée du mal. Les gendarmes sont repartis sans autre forme de procès en sorcellerie : «On n'a pas interpellé le démon et le démon n'a tué personne», explique-t-on au groupement de gendarmerie.


Le pasteur de l'assemblée évangélique La Délivrance, Régis Berdeilh, qui venait de « libérer du mal » une paroissienne envoûtée. Il explique son Ministère : «J'ai commencé à chasser le malin d'une femme qui avait été aspergée de sang à la Réunion et qui était possédée». En 40 ans de ministère, il raconte avoir pris soin de huit cas comme cette Réunionnaise victime selon lui d'une «crise du démon» en plein prière.


Le pasteur Berdeilh, 69 ans, est allé s'excuser auprès des voisins ce dimanche midi. Mais il ne regrette rien : « les voisins ne comprennent pas car il faut le vivre pour y croire. C'était mon rôle de la libérer, les médecins l'auraient mis en hôpital psychiatrique.»


2-      Le rapport avec Vincent Pousson


Aucun bien sûr. Ma chronique vous permettra de lire la sienne et si vous êtes attentifs de reconnaître un visage connu. Pas vrai Nini !


Partager cet article
Repost0

commentaires

Luc Charlier 09/09/2013 13:04


Grevisse aurait écrit : « ... l’auraient MISE en hôpital psy ... » et Feuilly sans doute aussi. Et moi je crois que les praticiens auraient eu raison. La version
« évangélique » du « Libérez nos ca-ma-ra-des ... »  c’est sans doute « J’ai libéré mon hystérique ». Bon, il y a d’autres diagnostics mais celui-ci paraît
plausible. Sándor Ferenczi passait beaucoup de temps avec ce type de patient(es) et a obtenu de très beaux succès, qu’il a magnifiqument racontés. Est-ce que Berdeilh écrit ? Cézanne, lui,
il peint. Et moi, je vous salue.

Michel Smith 09/09/2013 11:31


Je me demande si, à sa manière, le sieur Pousson n'est pas aussi un exorciste protestant qui tenterait, souvent avec succès, de délivrer ses congénaires de la tentation de la malbouffe en plus de
les inciter à consommer un nombre incalculable de bouteilles, y compris celles de sa cave perso, entre Embres et Castelmaure 

Nadine Franjus-Adenis 09/09/2013 11:28


Rien à voir non plus avec la Blanquette de Limoux... à moins qu'elle ne participa à la séance d'exorcisme en question !

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents

  • Parlons peu mais parlons vin, et de quel vin : La Romanée-Conti où Aubert de Vilaine passe la main…
    Le reproche récurrent que me font certains, chroniquer rarement sur le vin, est justifié, en défense ma réponse est simple : j’ai le sentiment d’avoir fait le tour de la question et que perdurer ce serait tourner en rond. Bien sûr, je pourrais à la manière...
  • L’ÉCHALIER
    Henry Pierre Troussicot L’échalier, petite barrière fixe, dans une haie, entre deux champs, permettant d’aller de l’un à l’autre. Combien de gars de ferme ont fait sauter les échaliers aux filles en les empoignant par la taille, pour aller danser ou autres...
  • Un dimanche ordinaire au Bourg-Pailler…
    Le dimanche au Bourg-Pailler c’était les habits du dimanche pour aller à la grand-messe de 10 heures. Au Bourg-Pailler, la tante Valentine, était le maître des horloges, elle rappelait tout le monde à l’ordre avec une injonction ritournelle « ça monte...
  • Je m’insurge l’âne bâté n’est pas stupide…
    Rien ne vaut l’expérience, les grands auteurs cités plus bas, n’ont jamais mené de leur vie un âne bâté, moi si pendant 8 jours dans les Cévennes sur le sentier Stevenson, c’était une ânesse, et je peux affirmer qu’elle était bien plus intelligente, plus...
  • Des chocolats pour le directeur, et un ascenseur pour... Par Slawomir Mrozek
    Une couverture illustrée par un dessin de CHAVAL. « Des chocolats pour le directeur, comme son titre l'indique, est un petit cadeau à déguster : cet ensemble de courtes nouvelles, composées pour la plupart dans les années 1960, paraît à l'occasion des...