Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 10:00

PHOe9f0d5cc-f2bf-11e2-a2df-d50ea2aea8e1-805x453.jpg

 

François le facteur de « Jour de Fête » le film de Jacques Tati sorti sur les écrans en 1949 est depuis fort longtemps rangé au rang des accessoires inutiles. Même que pendant un temps pour faire chic je ne sais qui avait cru bon de les rebaptiser préposés et même qu’un vague secrétaire d’Etat aux PTT sous Jacques Chirac 1er Ministre de Giscard, un certain Pierre Lelong, breton de son état, a même dit que le travail des centres de tri était idiot.


À la Mothe-Achard le facteur était une factrice qui trimballait le courrier dans une énorme besace de cuir, buvait beaucoup de café et passait beaucoup de temps à raconter ses peines de cœur au Bourg-Pailler.


Depuis que le souriant Paul Quilès, injustement surnommé Robespaul, a fait pété les PTT en deux, que le téléphone n’a plus de fil, que le courrier se promène sur la Toile, nos facteurs sont en danger.


Bien sûr, Olivier Besancenot, qu’aime bien poser pour la photo sur son vélo dans la bonne ville qu’avait pour maire Sarko va nous dire que tout ça c’est la faute aussi bien des socialos que des gars de Sarko.


«  Pour la première fois, l’activité courrier ne couvre plus les coûts du service universel postal. » Ce service universel postal fait partie des 4 missions de service public assignées à La Poste, au même titre que la distribution de la presse, l’accessibilité bancaire et la contribution à l’aménagement du territoire. Pour les usagers, cela se traduit notamment par une collecte et une distribution du courrier 6 jours sur 7, sur l’ensemble du territoire, et en J +  1 dans 90 % des cas.


Cette mission a un coût pour La Poste, notamment pour garantir l’accessibilité du service postal même dans les zones rurales les plus reculées. Sans cette mission de service public, La Poste, en se concentrant sur les zones les plus rentables, pourrait en théorie employer moins de facteurs et fermer des milliers de bureaux de poste. Des modèles ont été bâtis pour calculer ce coût : selon un administrateur, il aurait été évalué à 448 millions d’euros net cette année, et 471 millions l’année prochaine.


Pourtant, si la distribution de la presse ou l’accessibilité bancaire font l’objet de compensations financières de la part de l’Etat, ce n’est pas le cas – jusqu’à aujourd’hui – pour le service universel. Car l’activité courrier a longtemps assuré à La Poste de solides résultats, qui ne justifiait pas que l’Etat mette la main à la poche.


Mais le recul régulier du nombre de lettres expédiées a peu à peu sapé ce modèle. Et un cap vient d’être franchi. Selon la direction, l’excédent brut d’exploitation du courrier (hors filiales) est désormais inférieur à ce que coûte le service universel postal. Cette mission de service public devient donc en théorie comme les autres éligibles à une compensation. » link


Comme l’Etat est raide comme un lacet pas sûr que dans quelques temps, si vous habitez dans notre France profonde des terroirs, votre facteur dans sa petite auto jaune vienne déposer dans votre boîte aux lettres le courrier.


Alors, même si je n’ai jamais été philatélistes je vous propose en soutien à nos chers facteurs d’acheter un carnet de 12 timbres présentant les races de vaches françaises à très faibles effectifs, peu connues du grand public. Ce carnet vachement timbré sera présenté le 22 février 2014, à l'occasion du Salon de l'Agriculture, au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris. link 


timbres-vaches-small--1-.jpg

 

Les cépages oubliés, les races de vaches françaises à très faibles effectifs, les boucs locaux qui n’auront plus le droit d’engrosser les chèvres du coin, les semences anciennes interdites de séjour de votre potager link ça commence à bien faire va falloir quand même lever un chouïa le nez de nos verres camarades sinon nous allons vivre dans un écomusée pour chinois en goguette. 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

patrick axelroud 08/01/2014 12:06


Salubre et humoristique alerte de notre Taulier.


Pour se consoler et ne pas désespérer écouter et lire Bruno PARMENTIER ancien directeur de l'Ecole Superieure d'Agriculture d'Anger commepar
hasard invité des matins de France Culture ce matin même.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents