Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 00:09

photo--66-.JPG

 

Imaginez-vous la scène, sitôt après avoir attaché sa flèche d’argent à un vulgaire poteau de signalisation,  votre Taulier s’est attablé en une fin de matinée radieuse, fort intimidé car entouré que de beaux nez exercés, des gorges profondes aux papilles surentraînées, des preneurs de notes sur carnet distribué à cet effet. Dans ses petits souliers quoi, pétrifié, cerné, prêt à rendre son tablier mais, à la guerre comme à la guerre, prêt à affronter avec le sourire l’épreuve des Anjou blanc de garde, fait pour durer, putain 17 vins ! Que du chenin sur schistes qui dit le Patrick Baudouin qu’il connaît bien. Ne va pas lui dire que chez les bobos et les bobottes le schiste a depuis quelque temps mauvaise presse, il sent le gaz qui disent les écolos. Mais comme notre Patrick il est bio depuis une éternité je vais l’écouter même si notre Tonton David à nous, citoyen de sa Très Gracieuse Majesté, adepte de la moto plutôt que du vélo, dit qu’il n’est pas géologue et qu’il s’en fout un peu car le sujet lui semble relever plutôt d’un débat sur le sexe des anges… (Lire ICI link) Un ange passe et moi je fais semblant de prendre des notes pour ne pas prêter le flanc à l’accusation récurrente dont je suis l’objet : ma légèreté blâmable.


pouce-pied-036.JPG

Mais pour démonter notre Patrick il en faut plus que ça, même Raymond Devos n’y serait même pas arrivé. Plein de sève il plaide Patrick. Il veut convaincre Patrick, nous convaincre que son beau chenin sur schiste est un authentique passeur de terroir. Ce serait donc lui ce fameux lien que tous les détectives communautaires veulent voir mettre à jour pour que nos beaux discours mettent un peu de chair dans les cahiers dont on dit qu’ils sont des charges. Étrange appellation pour ce qui devrait être une ardente obligation pour tous les vignerons. Que voulez-vous c’est l’origine qui est contrôlée, le chenin de Patrick et de ses collègues il est né sur des schistes. Alors, va pour les schistes, la parole est à la défense « Planté sur un socle précambrien (formé il y a 500 millions d’années) et paléozoïque (l’ère primaire) de schistes ardoisiers aux allures de millefeuille avec aussi des roches magmatiques, des rhyolites, des spilites… le chenin transmets à ses raisins les sols dont il est issu, qui ne sont pas sans rappeler… le système des « climats »


Mais qui c’est ce chenin ?


Son histoire est intimement liée à celle de la Loire, sa présence est attestée dès l’an 845 à l’abbaye de Saint-Maur, sis entre Saumur et Angers. Donc ce n’est pas un jeune homme, douze siècles ça classe son cépage et puis David souviens-toi qu’en 1154, un certain Henri II Plantagenêt, devenu roi d’Angleterre, l’exigeait à sa Cour. Bon, ce garçon, se pare de plein de noms : franc blanc, plant d’Anjou, plant de Brèze, pineau de Loire mais c’est Rabelais dans Gargantua qui met tout le monde sur le vrai chemin : c’est le chenin en référence au mont éponyme où Thomas Bohier, seigneur de Chenonceau, l’implanta en 1445. Alors Jean-Luc la merluche défile avec ses balais à la Bastille pourquoi ne pas appeler à la rescousse un curé jureur révolutionnaire, Jean-Alexandre Cavoleau, écrivain et agronome reconnu, qui en 1827, estimait que le succès des chenins de Loire, bien qu’éclatant, n’était pas à la hauteur de la qualité des vins. « Les bons vins d’Anjou (produits de pineau blanc) ne sont pas estimés ce qu’ils valent. Il est peu de vins blancs en France qui leur soient préférables. » Amen, mais la messe n’est pas dite.


En effet, suite aux ravages du phylloxéra, le vignoble d’Anjou s’est ensuite essentiellement replanté en cépages rouges dont les vins clairets correspondaient à une nouvelle demande. Au milieu du XXe siècle, les rosés-d’anjou, les cabernets-d’anjou et les anjous rouges ont pris le pas sur les anjous blancs. Seuls les chenins blancs moelleux ou liquoreux de grandes réputations continuaient de camper sur le territoire : coteaux-du-layon ou de l’aubance, quarts-de-chaume, bonnezeaux… Nos chenins secs ne représentent plus que 5% de l’appellation Anjou. Une niche diraient les économistes, pour moi un terroir de reconquête pour sortir l’Anjou de sa banalité. Quand je vois, pour d’autres produits de bouche, les « efforts d’imagination » que déploient les créatifs, les marqueteurs, pour nous faire accroire que ces produits formatés ont des racines dans le terroir, je me dis que je ne vois pas au nom de quoi nos amis vignerons en nos vraies appellations ne mettraient pas en avant cette merveilleuse conjugaison entre la main de l’homme et là où celui-ci a implanté et développé, depuis des millénaires, des ceps qui ont la tête en l’air mais les pieds dans une terre choisie. Foin d’arguties, si ces vignobles ont traversé le temps ça ne doit rien au hasard.


Reste à nos éveilleurs de terroir, convaincus qu’ils sont de l’extraordinaire potentiel qu’ils détiennent, à faire sortir leurs vins de leur relatif anonymat. Leur labour est profond, leurs efforts acharnés, leurs soins attentifs, ils travaillent davantage les sols, réduisent les rendements au profit de la concentration, cherchent les maturités sans lourdeur, affinent les élevages. Pour faire plaisir à Tonton David, tous en chœur proclamons « « L’Anjou blanc is back ! » Moi je suis réceptif, j’aime les gens qui se retroussent les manches pour faire, bien faire. Que le chenin soit un cépage plastique par excellence parce qu’il laisse s’exprimer le terroir je suis prêt à le croire. Né dans ces terres rarement limoneuses qui ne retiennent pas l’eau, le chenin peut gérer ses besoins en eau en allongeant ses racines au travers de la pierre. Grâce aux schistes, me dit-on, son profil aromatique s’affermit avec les années : floral et fruité en sa prime jeunesse, il peut être assemblé à 20% de sauvignon ou de chardonnay dans sa déclinaison anjou de printemps.

 

pouce-pied-034.JPG

pouce-pied-035.JPG

Mais tout cela est bel et beau mais qu’ai-je fait de mes graffitis de dégustation ? Rassurez-vous pas des confettis mais pour autant je ne me sens pas d’attaque pour vous en infliger la lecture. Ce que je puis vous dire, c’est la grande majorité des prix sont doux, raisonnables mais avec des écarts importants ce qui sur les 15 vins présentés nous donne : 8 vins entre 5 et 10€, 3 à 12€, 2 à 16 et 18€, 1 à 21,4€ et 1 à 30€.


Hormis Le Cornillard 2010 de Patrick www.patrick-baudouin.com , le sec de Juchepie Le Clos 2010 d’Eddy Oesterlinck www.juchepie.com et le Coteaux des Treilles 2010 du domaine Pithon-Paillé www.pithon-paille.com  qui sont tout en haut de la fourchette que j’ai particulièrement apprécié, je cite :


-          La Chapelle 2011 du Château de Fesles


-          La Varenne Combre 2011 du domaine Les Grandes Vignes www.domainelesgrandesvignes;com


-          Les Ardoisières 2010 du château Princé www.chateaudeparnay.fr


-          Expression du Chenin 2009 du domaine des 2 moulins www.domaine2moulins.com


Mais ce qui est important, car ce ne sont là que mes goûts personnels, c’est que la palette des vins présentés me semble représentative d’un excellent niveau global de ces chenins d’Anjou. Sans doute le chemin collectif reste long, et je l’espère pas trop périlleux, mais sur la base de ce que j’ai  dégusté je suis persuadé que les amateurs trouveront leur bonheur et démentiront ce que déplorait, il y a de cela plus de 35 ans, Pierre-Marie Doutrelant dans son livre collector « les bons vins et les Autres » au Seuil 1976 « Mais où sont passés les anjous blancs d’antan ? Alors qu’hier on s’exclamait ; quel grand vin blanc et qui vieillit bien ! »

 


Raymond Devos la mer par susacacon

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Denis Boireau 07/05/2013 09:42


Dire que j'ai rate la degustation des Anjous blancs au Salon des Vins de Loire! Et j'etais meme pas invite au happening de Patrick Baudouin...


J'espere fortement qu'ils referront ca au prochain SDVL.


 


A part ca il faudrait qu'un brillant creatif nous trouve une solution au probleme des noms Anjou Blanc (l'AOC), et Anjou noir / Anjou blanc qu'on utilise pour differencier la region des schistes
(Layon, Aubance) de celle des calcaires (Saumurois).


 


Autre chose: on peut rever de crus de types Climats Bourguignons le long du Layon et de l'Aubance, mais l'exemple du Quart de Chaume avec son proces pour la cryo-extraction semble
montrer que ce sera difficile. Relancons le debat qui fut ouvert il n'y a pas si longtemps sur ces lignes a propos du classement de St-Emilion, car la problematique est la meme: qui decide de ces
crus? les vignerons? la puissance publique? un melange des deux? comment eviter qu'un ou quelques mecontents bloquent le processus? 


 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents