Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 00:08

Ce matin je vous livre à l’état brut ce que nos chers journalistes, en mal de formules creuses, baptisent des faits de société.

Tout d’abord les fameux apéros géants des jeunes bretons qui font écrire à Ouest France : « Les invitations sur Facebook font des émules. Après Rennes, voici Brest, Lorient, etc. Ce qui provoque, aussi, des inquiétudes. » Voir aussi http://veilleur.blog.lemonde.fr/2010/04/05/les-aperos-geants-inquietent-les-pouvoirs-publics/  

 

 Plus de 5 000 internautes réunis à Rennes, le 25 mars, pour un apéro géant place du Champ-de-Mars : la fête s'est terminée vers 3 h du matin, les secours ont évacué 19 personnes en état de coma éthylique. Mais l'idée a fait florès.

Dans la foulée, une autre invitation a été lancée sur Facebook, pour ce vendredi soir, à Brest. Plus de 7 000 personnes ont répondu à l'invitation d'une lycéenne brestoise de 19 ans. Malgré les mises en garde de la préfecture du Finistère. L'arrêté préfectoral interdisant la consommation d'alcool, le jeudi soir, à Brest, a d'ailleurs été prolongé jusqu'au 1er juillet 2011. Mais, en l'occurrence, il ne s'applique pas à ce vendredi soir.

Dans le Morbihan, les mises en garde sont similaires. Ce qui a fait reculer les organisateurs de Vannes, qui ont tout simplement décidé d'annuler leur rendez-vous. À Lorient, une grosse pression a également été mise sur l'organisateur, lui rappelant qu'il pourrait être tenu pour responsable d'éventuels débordements. Plus de 5 000 personnes se sont déjà inscrites à cet un apéro géant, prévu le 17 avril.

À noter qu'à Saint-Pol-de-Léon, un autre apéro géant est également prévu, ce samedi. Ainsi qu'à Morlaix, le 22 mai. À moins que tout ne se dégonfle. À Lannion et Auray, le 3 avril dernier, l'événement annoncé n'a finalement pas eu lieu : l'apéro a fait un flop.

Enfin, plus insolite, tout aussi festif (et moins alcoolisé), un... riz au lait géant est, lui, prévu à Henvic (Finistère), les 12 et 13 avril.

Ensuite dans le même temps je lis sur le Post du 13 avril que « Les femmes diplômées boivent plus que les autres ? et que c’est la conclusion (surprenante selon la rédactrice du papier Hélène Decommer) d'une étude de la London School of Economics, l'une des plus prestigieuses institutions au monde pour les sciences économiques et sociales.  « La London School of Economics a étudié les comportements de milliers d'hommes et de femmes de 39 ans, tous nés au Royaume-Uni pendant la même semaine, en 1970. Chez les hommes, le lien entre diplôme et consommation d'alcool existe aussi, mais il est moins flagrant, selon les résultats de l'étude. Alors, pourquoi les femmes diplômées sont-elles plus vulnérables à l'addiction à l'alcool? Et avant tout, cette tendance se retrouve-t-elle aussi en France ? »

Selon le processus classique dans les médias modernes la rédactrice du Post se tourne vers un spécialiste Patrick Fouilland, président de la Fédération française d'addictologie, alcoologue et directeur du centre d'alcoologie du Havre qui lui donne des éléments de réponse qui se résument à une sentence « C'est le modèle de nos sociétés qui conduit à cela » « Le recours à l'alcool, c'est aussi une conséquence de la course à la performance »

Belle découverte monsieur l’alcoologue, il faut dire que vous et vos semblables qui regardiez jusqu’ici toujours le doigt (le flacon) lorsque le sage vous montrait la lune (l’alcoolisme) n’êtes jamais en reste d’à peu près, de formules creuses et surtout de petites phrases insidieuses comme celle-ci, en réponse à pourquoi l’alcool ? « Parce que c'est à la fois un produit festif et un psychotrope. L'alcool a un effet défatiguant, déstressant, désinhibant, etc. C'est un produit qu'il est facile de se procurer et c'est le psychotrope le plus socialement admis » Dieu que le générique alcool, qualifié de psychotrope, est commode pour mettre dans le même sac des réalités très différentes.

Donc, pour revenir à nos apéros sauvages qui, bien sûr, vont rejoindre le grand fourre-tout des faits de société, la bonne question à vous poser messieurs les prohibitionnistes masqués, hygiénistes tristes, aligneurs d’interdits en tous genres est celle-ci: « et si ces apéros monstres, qui inquiètent tant les pouvoirs publics, n’étaient que de gigantesques bras d’honneur à votre endroit ? S’ils n’étaient que l’expression d’une volonté de soulever votre chape de plomb ? » Que ce type de rassemblements spontanés, incontrôlés, monstres : 7000 personnes à Brest, plus de 13000 prévues le 13 mai à Nantes, donne lieu à des débordements, à des excès de boissons alcoolisées, ce n’est pas étonnant mais les réduire à de pures beuveries, à des rassemblements de jeunes pochtrons c’est encore regarder le doigt (l'excès) et non la lune (les raisons du phénomène).

La référence au modèle de société pour expliquer un constat du type de celui fait par l'étude anglaise sur les femmes diplomées, le recours facile aux faits de société pour expliquer aussi bien le caillassage des bus de banlieues chaudes et les débordements des apéros monstres, et les questions bateaux du genre « quel regard portez-vous sur la société actuelle ? » pour sous-entendre que par le passé tout allait bien dans le meilleur des mondes, participent au discours vaseux, sociologisant, psychologisant, qui en met plein la vue aux profanes mais qui permet aux impuissants d’entretenir la confusion sur les causes et les effets. Je m'étonne que la DGS n'est pas imaginé de mettre sur pied des cellules de soutien psychologique pour les organisateurs Fascebookés des apéros monstres !

Et toute cette confusion, ce recours à des soi-disant spécialistes, ça nous donne dans le dernier numéro d’Addictions une Tribune libre « L’alcool tue » signée Dr Michel Marty psychiatre, psychanalyste, président de l’ANPAA 64 qui n’est qu’une diatribe, qu’un discours enflé, enflammé, la démonstration d’une forme de rage impuissante. Que nos jeunes se tuent sur nos routes en état d’ivresse est révoltant, inadmissible, mais écrire que « le dieu alcool a choisi ses victimes » relève de cette incapacité, qu’ont tous les « ...logues » patentés, à comprendre que leur « guerre » contre l’alcoolisme il la mène mal, que leur stratégie est mauvaise, que leur armée est commandée par de piètres généraux, qu’ils ne sont pas sur les vrais théâtres d’opération, qu’ils ne s’attaquent pas aux causes, qu’ils cherchent des coupables, des complices là où il n’y a souvent que des hommes et des femmes qui ne sont pour rien dans le fait que l’alcoolisme perdure, attaque toutes les couches de la société, se renouvelle avec les changements du temps.  

  img138  

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents