Lundi 23 juillet 2012 1 23 /07 /Juil /2012 16:00

343px-Logo_monsanto.svg.png

 

C’est la proposition choc faite par Nina Fedoroff dans une interview à L'Actualité.com organe de presse du Québec qui l’a rencontrée au congrès 2012 de l'Association américaine pour l'avancement des sciences, à Vancouver. Je vous la livre ICI link  sans commentaire pour que vous vous fassiez votre opinion librement. Elle est, au sens premier du terme, intéressante dans son argumentaire et sans aucun doute va-t-elle susciter controverse et commentaires.

nina_aout.jpg

« Pour elle les scientifiques ont eu raison d'inciter les gouvernements à la prudence, notamment en mettant en place des règlements sévères, issus des lois sur les pesticides. Et les consommateurs ont aussi eu raison d'être sur la défensive. Mais 20 ans après l'introduction des OGM, il est plus que temps de lever les restrictions, dit Nina Fedoroff, présidente de l'Association américaine pour l'avancement des sciences.


Scientifique d'origine russe de 69 ans - qui fut une mère adolescente décrocheuse avant de travailler aux côtés de Barbara McClintock, Prix Nobel de médecine en 1983 -, elle est un des chercheurs les plus réputés des États-Unis. Elle fut notamment conseillère des secrétaires d'État Condoleezza Rice sous le gouvernement Bush et Hillary Clinton sous Obama.


Nina Fedoroff se défend d'être une ambassadrice du géant Monsanto ou du libéralisme économique. « Au contraire ! Les règles actuelles favorisent la mainmise d'un petit nombre d'entreprises et encouragent le commerce international d'aliments, ce qui a des conséquences dévastatrices sur les émissions de gaz à effet de serre et sur l'économie des pays pauvres », dit-elle


« On perd notre temps avec des règlements inutilement contraignants, alors que le prix des denrées alimentaires augmente partout dans le monde. On a absolument besoin d'innovations agricoles pour nourrir les 9 ou 10 milliards d'habitants que comptera bientôt la planète ! » affirme cette professeure à l'Université d'État de Pennsylvanie, et depuis peu à l'Université du roi Abdallah, en Arabie saoudite, où elle étudie de nouveaux modes de culture en serre. »

 

2 morceaux choisis pour vous mettre en appétit :

 

Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer que les plantes modifiées géné­tiquement sont aussi sûres que les cultures traditionnelles ?


Quand les premiers OGM ont été créés en laboratoire, dans les années 1970, on ne comprenait pas encore bien comment les gènes s'inséraient dans l'ADN. Mais depuis, on a fait des progrès considérables. On sait que le génome n'est pas quelque chose de figé, que l'on bouleverse en introduisant un nouveau gène. Au contraire, il est truffé de mécanismes de régulation, qui aident chaque individu à s'adapter à son environnement.


Quand l'agriculture est apparue, il y a 10 000 ans, l'homme a provoqué des mutations beaucoup plus importantes dans l'ADN des plantes, en croisant les individus aux propriétés les plus souhaitables. Un plant de maïs cultivé a un génome très éloigné de celui de son ancêtre sauvage.


Avec la biologie moléculaire, plutôt que de sélectionner des gènes par croisement, on introduit dans l'ADN de la plante un gène précis, dont on sait qu'il correspond à une caractéristique souhaitable, en espérant qu'il va s'y intégrer. Il n'y a aucune raison de penser qu'une plante modifiée ainsi se comportera différemment de n'importe quelle autre plante cultivée, car les mêmes mécanismes de régulation du génome sont à l'œuvre.

 

Vous prônez une déréglementation des OGM. Pourquoi ?

 

Les OGM sont nés dans la tourmente : en 1975, le moratoire sur le génie génétique décrété par les scientifiques lors de la conférence d'Asilomar était justifié. On devait mieux comprendre avant d'aller de l'avant ! Quand est venu le temps d'encadrer les produits, dans les années 1980, par crainte de conséquences inattendues et sous la pression de l'opinion publique, on a mis en place des règlements sévères, issus des lois sur les pesticides et autres produits chimiques. Depuis, les processus d'autorisa­tion n'ont quasiment pas changé, alors que les connaissances ont radicalement progressé.


Aux États-Unis, trois instances gouvernementales encadrent les OGM. Même au Canada, où en théorie on doit juger une nouvelle variété sur ses propriétés et non sur le procédé qui lui a donné naissance, les OGM font de facto l'objet d'un traitement particulier, qui oblige les créateurs de semences à mener d'innombrables tests. Et c'est comme cela partout dans le monde, sauf là où les OGM sont interdits. Résultat, le processus d'approbation d'une nouvelle variété coûte des dizaines de millions de dollars, et seules de grandes sociétés comme Monsanto peuvent se le payer, pour quelques grandes cultures comme le canola, le soya ou le maïs.


On sait maintenant qu'aucun problème susceptible de surve­nir avec une nouvelle semence n'est propre aux OGM. On devrait supprimer certaines étapes d'approbation qui ne sont plus scientifiquement justifiées, pour diminuer les coûts.


De petites entreprises pourraient mettre au point des semences adaptées aux contraintes de leur région, plutôt que de dépendre des grandes sociétés. En 1992, à Hawaï, les cultures de papayers ont été attaquées par un virus : en deux ans, l'indus­trie s'est effondrée. Des chercheurs de l'Université d'Hawaï ont alors introduit dans le génome de la papaye une séquence d'ADN provenant du virus. Les essais en serre ont commencé en 1997. Toute l'indus­trie s'est mobilisée pour financer l'approbation et, en 1999, la papaye transgénique a été autorisée et la culture a repris. Les trois quarts des papayers d'Hawaï sont aujourd'hui transgéni­ques, et les fruits sont vendus notamment aux États-Unis et au Canada. Mais à cause des coûts, cette réussite reste une exception.


L'intensification de l'agri­culture, dans les prochaines décennies, va faire augmenter le nombre d'agents pathogènes susceptibles de ruiner des cul­tures. L'exemple de la papaye montre qu'on peut en quelque sorte vacciner des plantes par des techniques moléculaires, plutôt que de les traiter par hélicoptère avec des doses massives de pesticides, qui risquent d'entraî­ner des résistances, comme cela se passe avec les bactéries et les antibiotiques.

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : les afterwork du taulier
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil

Articles récents

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés