Vendredi 28 septembre 2012 5 28 /09 /Sep /2012 14:00

photolegrand.JPG

 

2012, le spectacle continue.


Tous les matins, dès potron minet, la même mise en scène : la maison Legrand d’Issy-les-Moulineaux lève le rideau pour accueillir ses clients. Et cela depuis 1912. Les cent ans d’une famille d’épiciers, quoi de plus banal ? Et pourtant ! Le « compte d’épicier » se fait… « conte d’épicier » :


Il était une fois…


Yves Legrand qui lui n’a pas cent ans et surtout ne fait pas son âge, possède une belle plume et je vous en offre un extrait tiré du bel ouvrage « la Maison Legrand, une fringante centenaire. »


« L’ensemble des négociants du site unique et privilégié de Bercy n’ont pas su évoluer et restaient accrochés à leurs « certitudes » de gens indispensables au commerce du vin. Entre 1975 et 1980, j’assistais aux réunions du syndicat des négociants dans leur magnifique siège de la place des Vosges où il n’était question que de discussions sur les prix des « mercuriales ». Autrement dit, comment acheter le moins cher possible.


Je ne comprenais pas leur attitude, les vins n’étant jamais dégustés. Le jour ou j’ai réclamé une dégustation, j’ai attiré des regards foudroyants. À ce moment-là, j’ai compris que nous ne partagions pas « les mêmes vignobles ». Leur disparition inéluctable s’est confirmée et a permis l’émergence de vignerons indépendants.


Dans les années 80, à mesure que la consommation de vin diminue, la mise en bouteille à la propriété se développe, sonnant le glas des marques à grand débit. Les anciens se souviennent du vin des Rochers « le velours de l’estomac », du Préfontaine, des Kiravi et autre Gévéor dont la qualité relevait d’une savante combinaison de degré alcoolique et de la couleur.


La consommation évolue du vin « boisson » au vin « plaisir » et, de la cinquantaine de références de vin qui arrivait en vrac, nous proposons aujourd’hui plusieurs centaines de vins français et du monde entier.


Le mode d’achat des amateurs de vin évolue au rythme des évolutions des moyens de communication. Les prix d’achat sont connus de tous et il y a une certaine satisfaction à acheter soi-même directement à la propriété.


De simples cavistes, nous sommes devenus les spécialistes des métiers du vin : achat, vente, expertise, stockage, logistique, conseil, animation et formation à la dégustation… pour désamorcer l’insolente disproportion entre les vins réels et les superstars obligés de devenir des « intouchables » par le prix et aussi parfois des « imbuvables » à cause d’une perfection technique dominante qui efface « l’âme » du vin et le transforme en produit de synthèse pour experts patentés. »


photolegrand2.JPG

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : les afterwork du taulier
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés