Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 16:00

« @Taulier : Je suis très surpris de ne pas trouver ici de billet sur la mort de Whitney Houston. Non pas qu’elle soit mon idole, mais elle était jolie, avait quand même du talent et a dû pas mal faire bander Kevin Costner. »


Enfant : avancer en âge me disait-on, et en sagesse ajoutait-on, l’âge de raison, puis ce fut l’âge tendre avant l’âge ingrat de la puberté pour vivre le bel âge de ses 20 ans, la fleur de l’âge, atteindre la force de l’âge, s’entendre dire qu’on est d’un certain âge ou entre deux âges, soupirer qu’on a passé l’âge et que ce n’est plus de son âge parce qu’on se sent jeter dans le 3e âge, les seniors puis pour nous consoler affirmer qu’à chaque âge ses plaisirs…
J’avoue que j’étais fier adolescent de m’entendre dire que je faisais plus vieux que mon âge car c’était bon avec les filles et pour aller au cinéma voir des films interdits au moins de 18 ans… À mon âge, plus j’avance en âge moins j’avance en sagesse et plus je me fous de faire mon âge ou plus jeune que mon âge ou l’inverse, ce qui me cause souci, me fait peine c’est de voir partir des gens que j’aime quel que soit leur âge. Certes y’a pas d’âge pour mourir, mais je suis bien plus furieux de voir partir une Amy Winehouse qu’un ou une qui frise avec l’âge canonique.


Comme je tiens chronique tout naturellement j’ai versé dans la chronique nécrologique dès qu’un être connu, acteur-actrice, chanteur-chanteuse, surtout cher à mon cœur passe de vie à trépas. Maintenant que je suis doté d’un petit cancrelat, un IPhone fabriqué par des salariés chinois d’une société taïwanaise Foxconn Technology 1 million de personnes travaillent pour elle dont la moitié à Shenzhen en Chine) qui me balance des alertes dès qu’un célèbre trépasse je suis informé en quasi-direct live. En conséquence j’ai tendance à me ruer sur mon clavier dès que c’est quelqu’un que j’ai beaucoup aimé. Une façon de conjurer la faucheuse de lui faire un bras d’honneur, et en définitive de me rappeler de bons moments des beaux âges de ma vie.


Je ne sais pourquoi en ce moment, les week-ends sont meurtriers et, comme je me dis qu’il ne faut pas trop vous abreuver, vous saouler, avec un flux trop intense de mes chroniques, je retiens ma plume. Tel fut le cas dimanche pour Whitney Houston. Après réflexion je me suis contenté de poster ses albums via Deezeer sur Face de Bouc pour faire de la musique pour mes amis. Mais comme notre Léon se refuse à toute incursion sur les réseaux sociaux, il ne put en profiter. D’où son étonnement.


Ça m’a interpelé et, comme je ne perds jamais une occasion de chroniquer, je me suis dit « Taulier, n’y aurait-il pas une raison plus profonde, que le pur respect de tes abonnés, qui te pousserait à modérer ta plume de chroniqueur nécrologique ? » en dépit de mon âge cette interrogation n’est pas restée sans réponse.


La réponse la voici, elle n’a rien à voir avec celle que j’ai suggéré dans le titre : à savoir que je serais inquiet de savoir qui rédigera la mienne sur cette espace de liberté, en effet le jour où il n’y aurait plus de lumière, que le gaz sera coupé, l’écran vide et le silence tiendront lieu de faire-part. Ne me taxez pas d’idées noires, évoquer sa propre fin n’a rien de déprimant, c’est assumer le seul risque connu et certain de notre vie. Bref, pourquoi cette soudaine retenue de la part d’un chroniqueur chronique ? Tout simplement parce que le risque de la chronique nécrologique c’est de tomber dans l’hagiographie, à verser dans l’éloge funèbre, de se laisser aller à magnifier le disparu, à le transformer en statue, à l’affadir, à faire jolie. Même si ça va vous paraître prétentieux, suffisant, je ressens le besoin de réserver ma plume pour le petit cercle de ceux qui ont vraiment compté pour moi et Whitney Houston n’y entrait pas. Pour autant comme je suis devenu un petit commerçant j’offre à Luc Charlier la voix de la diva disparue.

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

daniel cherel 16/02/2012 19:51


Bravo pour  l'éloge funèbre du taulier, c"est beau comme du "Beaussuet" presque du Bossuet. Après l'éloge j'ai pensé à l'épitaphe à graver sur la pierre tombale au Père Lachaise Ci git
 Jacques dit le Taulier "L'Homme qui aimait les femmes" et ce bien entendu  entre les deux branches d'un compas.


Dans un autre registre, plus gai, je  citerai Alphone Allais  qui écrivait "les jambes permettent aux hommes de marcher et auxfemmes de faire leur chemin".   

Bourgogne Live 16/02/2012 18:32


Ça c'est fait !!  :-)


"Elle était chouette, sa gueule, et il n'avait jamais pris la « grosse tête » : avec Jacques, ce n'est pas seulement le visage amical et jovial d'une sorte de copain universel qui disparaît,
c'est l'un des blogueurs les plus populaires, l'un des chroniqueurs du vin français au rire le plus communicatif et le plus sympathique qui nous a quittés.


Celui qui incarnait la figure du bon vivant en pull marin, n'était pas seulement un grand satiriste, un maître modeste de la moquerie truculente. Il avait l'élégance de l'autodérision, ce rire
qui, d'un coup, nous sauve de l'ennui, nous libère de tout esprit de sérieux."


 


Avec l'aide de Frédo :-)

JACQUES BERTHOMEAU 16/02/2012 18:47



C'est trop gentil les 2 de la Bourgogne, grand merci, je stocke, reste plus maintenant à ce que des filles s'y collent pour le versant : "Les jambes des femmes sont des compas qui arpentent
le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie"



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents