Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 16:00

 

Tout le monde sait que le Taulier est un emmerdeur patenté mais il faut avouer qu’il y en a des qui se donnent des verges pour se faire fouetter. Les Onze milles verges d’Apollinaire, dont je me permet de citer un court extrait pour éveiller les sens de mes jeunes lecteurs et lectrices, m’interdisent de citer des noms

 

« Arrivé devant la porte du vice consulat de Serbie, Mony pissa longuement contre la façade, puis il sonna. Un Albanais vêtu d'une fustanelle blanche vint lui ouvrir. Rapidement, le prince Vibescu monta au premier étage. Le vice-consul Brandi Fornoski était tout nu dans son salon. Couché sur un sofa moelleux, il bandait ferme ; près de lui se tenait Mira, une brune monténégrine qui lui chatouillait les couilles. Elle était nue également et, comme elle était penchée, sa position faisait ressortir un beau cul bien rebondi, brun et duveté, dont la fine peau était tendue à craquer. Entre les deux fesses s'allongeait la raie bien fendue et poilue de brun, on apercevait le trou prohibé rond comme une pastille. Au-dessous, les deux cuisses, nerveuses et longues, s'allongeaient, et comme sa position forçait Mira à les écarter, on pouvait voir le con, gras, épais, bien fendu et ombragé d'une épaisse crinière toute noire. Elle ne se dérangea pas lorsqu’entra Mony. Dans un autre coin, sur une chaise longue, deux jolies filles au gros cul se gougnottaient en poussant des petits "Ah" de volupté. Mony se débarrassa rapidement de ses vêtements, puis le vit en l'air, bien bandant, il se précipita sur les deux gougnottes en essayant de les séparer. Mais ses mains glissaient sur leurs corps moites et polis qui se lovaient comme des serpents. Alors voyant qu'elles écumaient de volupté, et furieux de ne pouvoir la partager, il se mit à claquer de sa main ouverte le gros cul blanc qui se tenait à sa portée. Comme cela semblait exciter considérablement la porteuse de ce gros cul, il se mit à taper de toutes ses forces, si bien que la douleur l'emportant sur la volupté, la jolie fille dont il avait rendu rose le joli cul blanc, se releva en colère en disant :

- Salop, prince des enculés, ne nous dérange pas, nous ne voulons pas de ton gros vit. Va donner ce sucre d'orge à Mira. Laisse nous nous aimer, N'est-ce pas Zulmé ?

- Oui ! Toné! répondit l'autre jeune fille.

Le prince brandit son énorme vit en criant:

- Comment, jeunes salaudes, encore et toujours à vous passer la main dans le derrière ! Puis saisissant l'une d'entre elles, il voulut l'embrasser sur la bouche. C'était Toné, une jolie brune dont le corps tout blanc avait aux bons endroits, de jolis grains de beauté qui en rehaussaient la blancheur ; son visage était blanc également, et un grain de beauté sur la joue gauche rendait très piquante la mine de cette gracieuse fille. Sa poitrine était ornée de deux superbes tétons durs comme du marbre, cernés de bleu, surmontés de fraises rose tendre et dont celui de droite était joliment taché d'un grain de beauté placé là comme une mouche, une mouche assassine. »

 

J’ai donc reçu ceci…

 

Le C... de … 2008, un second qui inspire le respect

 

Communiqué Insolite - Communiqué Plaisir - Communiqué Terroir - Communiqué  

Référence

 

MLL présente le second vin du Château…, le C... de…, un M… de grande noblesse, à boire religieusement

 

Le C... de… : Un M… fier de ses origines !

 

La famille du ... était apparentée au C... de R …, un homme d'église, sérieux, à la posture élégante, habillé d'une cape rouge : MLL en a fait l'illustre emblème de son second vin.

 

Quelques châteaux font la réputation de M... Le Château D… en fait partie.

 

M… est situé à l'ouest de M…, à l'intérieur des terres. Les vins de cette appellation allient la finesse des M… à la puissance et la complexité des S-J.

 

Découvrez au plus vite le C... de…!

 

Que faire face à ce déluge d’éloges auto-attribués ? Les répercuter tels quels, par paresse, avec le secret espoir de plaire au propriétaire, c’est prendre le risque de se percuter avec d’autres flemmards ou courtisans. C’est vraiment nous prendre au mieux pour des demeurés, au pire pour des stipendiés que de nous fournir cette riche nourriture prédigérée. J’avoue que j’ai du mal à comprendre de telles pratiques qui relève pour moi d’une psychologie du niveau de Voici. Informez-nous bordel, donnez-nous les moyens de juger par nous-même ! Faites-le nous déguster votre nectar paré de plumes de paon ! Le Taulier ne sent pas dans la peau d’un marchand de papier pré-imprimé ou d'un haut-parleur diffusant de belles paroles qu''on lui aurait fourgué par communiqué.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

Stéphane 22/02/2012 14:03


Etonnant de le sortir en M.... je l'aurai bien vu en H... M... ! Mais avec un tel communiqué il mérite le village bien plus que le générique!

nadine Franjus-Adenis 21/02/2012 17:02


Aïe, aïe, aîe, il va encore y avoir une attachée de presse au chomage. C'est certain que laisser aux journalistes du vin le soin de se faire leur propre avis serait une attitude correcte.
D'ailleurs, les bons attachés de presse, (bons parce qu'ils connaissent chacun des journalistes à qui ils s'adressent) envoient un échantillon avec le communiqué à "ceux qui savent déguster".
Pour les autres, ils envoient le communiqué seul pour s'assurer qu'ils auront les bons mots pour en parler. je résume vite, mais il y a de ça. 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents