Mardi 31 juillet 2012 2 31 /07 /Juil /2012 16:00

 

les-10-conseils-pour-reussir-le-cunnilungus-1139845.png

 

Rassurez-vous, même s’il y blogue, ce n’est pas le titre d’une chronique d’Antonin Iommi-Amunategui dans rue 89, même si  sa dernière chronique pourrait en faire douter « La Griffe », « La Scie rose », « Broute-minou » : treize vins à boire un vendredi 13 link mais l’œuvre d’une certaine  Carmen Soggiu Prof' de lettres.link . N’ayant jamais eu dans mes relations intimes de prof de lettres je ne puis porter de jugement sur leur compétence à propos de l’éventuelle évaluation des pratiquants du cunnilingus.Cependant Elle annonce la couleur : On est nombreuses à s’emmerder ferme...


On le sait bien, les femmes, ça parle et ça parle trop et de tout et tout le temps. Et en plus, ça parle de cul et ça compare et ça détaille. Et c’est là que j’interviens ! Cela fait maintenant plusieurs années (car j’en ai pas mal à mon actif) que lors de mes conversations anodines avec mes copines, on se retrouve quasi con-sensuellement (vraiment ce préfixe est plaisant) à déplorer le niveau de gamahuchage de nos partenaires, de passage ou réguliers.


Si si, n’allez pas me dire : « Mais ça dépend enfin ! C’est pas toutes ! bla-bla. » Je vous dis que c’est plus que commun et que c’est une majorité et c’est comme ça ! Certes, certaines foufounes ne sont pas toujours appétissantes j’en conviens. Mais. En général, les hommes ne savent pas lécher.


Forte de ce constat, je me suis dit : « Il faut agir dans l’intérêt de tous ! » Et j’ai revêtu ma cape de justicière parce que ça ne peut plus durer ! Pourquoi les femmes se plaignent-elles tant des piètres performances des hommes ?


En vis-à-vis de cette instruction  à charge, je cède à l’éminent musicologue du Nouvel Observateur Jacques Drillon qui dans Six érotiques plus un le cabinet des lettres chez Gallimard 16,90€.


Bien sûr ce n’est qu’un homme, un homme de lettres, peut-être enjolive-t-il la réalité mais, à propos, chère professeure de lettres, hormis le côté mécanique de la lèche, puis-je me permettre de glisser un tout petit peu d’amour dans les ébats, je vous assure ça aide beaucoup à l’harmonie et au plaisir. Et puis, si certaines d’entre vous s’emmerdent ferme avec leur partenaire, quelles en changent ou quelles les initient au lieu de se plaindre de leur nullité crasse…


« Elle est au clavecin, assise très en avant du tabouret, prête à tomber. Lui est à ses pieds, allongé sous l’instrument, appuyé sur les coudes. Il lève la tête, l’avance sous la jupe, fraye son chemin entre les cuisses, la pousse jusqu’à l’endroit le plus sombre, et la lèche du bout de la langue. Quelque temps plus tard, elle s’arrête de jouer, et sa respiration rapide remplace la pièce de Couperin, qui continue de sonner dans la mémoire, dans l’espace du studio. Son plaisir seul l’en effacera tout à fait.

 

Il se sépare d’elle, tous les deux sont pantelants, inondés de sueur. Il se cache les yeux d’un bras et murmure :

-         Dio moi, quel déduit !

 

Pour mes lecteurs :

 

Il est musicien, claveciniste, mais l’histoire ne dit pas l’âge qu’il  a. On le croirait tout jeune, à quelques traits, et très vieux, à quelques autres. Il n’est pas un débutant, voilà une chose sûre. Il a une maison et lingots d’or, choisit ses élèves ; mais certaine impatience trahit sa jeunesse ; il n’a plus de rêve, mis rêve d’en avoir encore ; plus rien ne le dégoûte, mais tout le révolte. Décidément non, on ne saura pas l’âge qu’il a. 


Il donne des leçons à une jeune fille, une jeune femme, on ne sait pas non plus son âge. Elle le tutoie, il ne lui rend pas. C’est un peu bizarre, mais il faut bien admettre un peu d’étrangeté dans les rapports humains. D’autant que, la leçon passée, parfois avant qu’elle ait lieu, ils glissent l’un vers l’autre, deux serpents qui s’enroulent et se nouent.


 

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : les afterwork du taulier
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Après la pipe "ciment du couple", le cunnilingus en manque de bonnes truelles ? (Là, je m'auto-cite d'un tweet, bon, mais j'étais si heureux de mon mauvais jeu de mots !)

Commentaire n°1 posté par Antonin le 31/07/2012 à 17h16

Bonjour Monsieur Berthomeau,

J'ai apprécié votre blog pour ses commentaires et autres voyages viti-vinicoles. Je vous ai suivi régulièrement et c'est aussi devenu régulier que je ne trouve point de rapport entre votre blog et le vin...

Devrais-je sans doute relire votre "ligne éditoriale" ou le thème que vous avez choisi ? En tout cas vous vous faites plaisir et c'est une bonne chose pour entretenir votre lectorat.

Sachez que si d'aventure vous reveniez plus au centre du sujet du vin, que vous trouveriez chez moi un lecteur sans doute plus attentif.

Bien à vous,

Christophe 34

Commentaire n°2 posté par Morice le 31/07/2012 à 18h40

Ma ligne éditoriale c'est que les gens du vin cessent de penser qu'il n'y a que le vin dans la vie et mes afterwork traitent de tous les sujets puisque j'écris sur Vin et Cie. Mon lectorat semble approuver puisque ce mois-ci je rassemble en plus juillet 40 000 et puis nul n'est obligé de me lire lorsque je m'éloigne trop  du sujet vin

Réponse de JACQUES BERTHOMEAU le 31/07/2012 à 18h46

Quand les guides carburent aux étoiles

http://www.youtube.com/watch?v=OYA16z2-xFg

Commentaire n°3 posté par mikuni le 31/07/2012 à 22h55

Articles récents

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés