Vendredi 20 avril 2012 5 20 /04 /Avr /2012 16:00

Sur la Toile, et c’est pire depuis que Face de Bouc permet les épanchements en ligne, les blogueurs et les bloggeuses  exerçant leur « talent » en chroniquant sur des produits commerciaux sont accusé(e)s, cloué(e)s au pilori, vilipendé(e)s car ils ou elles seraient acheté(e)s par ceux qui vendent ces produits via des agences de com., des attachés de presse… Les moyens sont connus, répertoriés, pratiqués par une large majorité de journalistes professionnels, déjeuners dit de presse, voyages dit de presse, cadeaux divers et variés, colis de fin d’année… À l’étage juste au-dessus, plus juteux, il y a ce que l’on dénomme les ménages : animation rémunérée de colloques, de séminaires d’entreprises, articles grassement payés dans des revues professionnelles. En montant encore un peu dans l’achat des plumes, il y a des propositions gracieuses de maisons pour les vacances, de services rendus du genre embauche de membres de la famille, d’obtention de médailles honorifiques – très couru et peu couteux - invitation à des festivals où l’on côtoie des happy few… Le sommet de la hiérarchie étant, bien sûr, une bonne petite enveloppe en liquide qui ne laisse aucune trace, sauf lorsque le « donateur » en tient la comptabilité sur un petit carnet.

 

Alors, les blogueurs et les bloggueuses seraient-ils pires que leurs illustres prédécesseurs des médias traditionnels ? Je ne le pense pas et, je souligne que l’énumération ci-dessus ne consiste pas à entonner à propos des journalistes un quelconque « tous pourris ! » mais tout simplement à demander à certains chevaliers blancs de la Toile de mettre un bémol sur leur soudaine envie de nettoyer les écuries d’Augias du Net. Franchement, les blogueurs et les bloggueuses, même dans des secteurs bourrés de fric comme le luxe et la mode, ne sont que des petits couteaux car ce sont de petits calibres. Ne voyez pas dans ce qualificatif une quelconque condescendance de ma part puisque fait partie de la confrérie. Ce que je veux dire c’est que tous ceux qui achètent payent le prix en fonction de l’influence, du pouvoir de prescription, de ceux qui acceptent de se vendre. Se vendre ne signifie pas pour autant être un ou un(e) vendu(e), et que d’aller à un déjeuner ou à un voyage de presse c’est se lier par contrat à celui ou celle qui vous invitent. Pour les cadeaux : la bouteille à la sortie ce n’est rien, les wagons de caisses, que reçoivent plutôt les journalistes, à la Nouvelle année mériterait un peu plus de modération de leur part. Pour tout le reste, c’est le début de la fin de la crédibilité.


La crédibilité, la confiance que vous fait votre lecteur, sa fidélité, c’est le meilleur salaire que puisse espérer le  blogueur ou la blogueuse. Oui c’est bien joli tout ça mais il faut bien vivre. Il faut assurer les fins de mois. J’en conviens aisément mais dans la mesure où la gratuité, qui est la règle sur le Net, ne permet pas de tirer des revenus directs de ses écrits, le blogueur et la blogueuse, doit avoir recours à d’autres ressources pour vivre. Pour ma part, je ne crois pas, après 7 ans d’exposition sur la Toile, que le Blog puisse se transformer en petite entreprise individuelle médiatique. En revanche, je suis persuadé que de nouveaux formats sont viables, tel le ou la journaliste qui tient un blog : à la seule condition que le ou la blogueur-blogueuse soit un vrai journaliste et non pas le faux-nez de l’organe qui le rémunère. Nos amis journalistes américains dans de grands médias ont démontré qu’indépendance, liberté de ton, crédibilité étaient tout à fait possible. Autre possibilité, s’adosser à un autre métier sans rapport direct avec la sphère d’influence de son blog. On peut avoir une double vie en l’assumant.

 

Dans le sport de compétition, dans la langue de bois des joueurs et des entraineurs, on utilise le terme « pression ». Je le trouve bien adapté au statut de blogueur ou de blogueuse. Nous ne vivons pas dans un monde de Candy mais dans un monde de mercantis et il ne faut pas se voiler la face du plus petit vigneron à la plus grande maison de Champagne l’important c’est d’accéder aux consommateurs, d’être connus pour les inconnus ou d’entretenir sa notoriété pour les plus connus. Pour autant tous les moyens d’y parvenir ne sont pas bons. À chacun de se forger son éthique, de s’assumer, d’assumer ses proximités, de ne pas se la jouer pur et dur lorsque l’on se laisse aller à servir la soupe ou à passer les plats de ceux qui graissent les pattes. Enfin, même si le marché français ou même francophone, reste important, surtout pour les vignerons indépendants, l’avenir du vin français se situe ailleurs et les blogueurs et bloggueuses francophones chalutent, comme on le dit en langue de marketing, sur un marché mâture et je leur demande de réfléchir au phénomène Parker. En effet, pourquoi le pays qui se vit et se revendique comme le pays du vin n’a-t-il pas accouché d’un influenceur pratiquant notre langue ?


Ayant dans ma vie antérieure détenu une petite parcelle de ce que l’on appelle le POUVOIR j’ai vu, côtoyé de grands squales, des lobbyistes de tout poil, plein de gens qui vous veulent du bien, ça grouille, ça se pousse, c’est la Cour, la basse-cour… Si l’on veut survivre dans ce bal des hypocrites, des corrupteurs, il suffit de les tenir à l’écart, de vivre sa vie comme on l’entend pour pouvoir chaque matin se regarder dans la glace de sa salle de bains. C’est la vie, chacun la vit comme il peut ou comme il veut, et je n’entends donner de leçons à qui que ce soit. Simplement, jeunes blogueurs et bloggueuses ne faites ni preuve de fausse naïveté ou d’ambitions démesurées, vous comme moi ne sommes que de minuscules chiures de mouches sur la grande Toile. Ne soyons ni dupes, ni complaisants, apportons à nos lecteurs du contenu, de l’information, du plaisir et ne prêtons pas le flanc aux aigreurs soit de stipendiés honteux ou des passeurs de plats qui ne crachent pas sur les faveurs accordées par les grands pourvoyeurs de pub dans leur organe dit de presse.

  

  

  


Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : les afterwork du taulier
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Descriptif, cher Jacques, descriptif. Mais j’y vois aussi, en passant, comme des traces de ce petit vignoble sur les coteaux escarpés de la Truyère. Mais oui, tu sais bien, Entraygues (prononcez entrailles) et le ... Fiel.

 

« ... et sa main vengeresse est retombée vaincue ... »

Commentaire n°1 posté par Luc Charlier le 20/04/2012 à 17h05

nul fiel Luc mais une envolée facile et je rentre les vieux chevaux de retour à l'écurie, il ont sans doute bien mérité de la patrie du vin mais de grâce qu'ils mettent un bémol dans le concert des je lave plus blanc que blanc

Réponse de JACQUES BERTHOMEAU le 20/04/2012 à 20h32

Comme d'hab je n'ai pas tout compris, pas tout retenu non plus, alors après avoir lu 4 fois le dernier paragraphe je n'interviendrai qu'à la toute fin de ce propos. Les blogs qui ont un vrai contenu, je veux dire des blogs qui sont à la fois écrits proprètement, avec du fond et un brin d'humour se comptent sur les doigts de Mickey (ou Donald, selon vos goûts) : on trouve deci-delà des blogs bien écrits mais qui ne disent rien, d'autres qui sont drôles mais vides, bref il manque toujours le "pt'tit truc en plus qui suffit à faire un vrai blog". Alors on se fout de savoir si un blog est financé par de la pub, s'il est l'émanation d'un organe de presse (quoique toutes les émanations ne soient pas supportables), de toutes les façons on se rend vite compte - je parle en ma qualité de lectrice - des interractions aussi facilement qu'il est possible de dire si un vinaigre vient de Modène ou de Modane

Commentaire n°2 posté par Cadio le 20/04/2012 à 21h32
Commentaire n°3 posté par dos au mur le 20/04/2012 à 22h05

On s’est ému en haut lieu de mon intervention N° 1, la pensant perverse.

Vous voyez, j’ai voulu faire bref et touffu, je ne suis arrivé à pondre que du douteux et du confus. Donc, explication de txt : tout d’abord, j’essaie qu’il y ait le plus souvent possible un rapport direct avec le vin (d’où la référence à ce beau coin d’Aveyron).

Ensuite, par manque de temps mais aussi par a priori politique (ce n’est pas le sujet), je ne fréquente pas les réseaux sociaux.

Enfin : descriptif car je pense que ce papier éclaire bien le registre du sujet et la notion que « time will tell » me paraît importante. Fiel car il me semblait y avoir reconnu quelques allusions, clin d’oeil amical ou coup de pied de l’âne, à des personnes bien réelles et non-fictives, qui ne sont pas le fruit du hasard. Mais peut-ête me suis-je trompé ? Pas d’orifice nasal ni buccal concerné, pas d’équidé stupide, pas de travailleur du métal, pas de déglution au féminin, pas de compagne biblique ni de Nobleval à se mettre sous la dent ... Dommage.

 

Dormez en paix, bonne gens :

« Il est minuit, notre ami le Taulier

S’en va de porte en porte, de taverne en tavè-erne

Retrouver ses amis, tireli

Avec une lantè-erne .... »

Commentaire n°4 posté par Luc Charlier le 21/04/2012 à 08h39

Je retiens de ce texte ceci : "apportons à nos lecteurs du contenu".

Comme charité bien ordonnée commence par soi-même, je dirais à Jacques : "allez-y, c'est le moment".

Car ces textes, c'est un peu l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme....

Commentaire n°5 posté par François Audouze le 21/04/2012 à 09h34

CES textes ou SES textes ça change tout... en effet si les miens sont dépourvus de contenu que dire alors de la vacuité d'une grande partie de la concurrence... j'assume cette prétention... mais bon on a certains lecteurs qu'on mérite sans doute...

Réponse de JACQUES BERTHOMEAU le 21/04/2012 à 09h39

C'est "ces textes". Car j'apprécie la qualité de votre plume. Mais les sujets où l'on monte dans sa tour d'ivoire pour juger le bas peuple qui vous entoure, sont des sujets qui n'apportent pas grand chose.

Il y a eu l'histoire des montres offertes par Bernard Magrez qui a fait couler des containers entiers d'encre ouillée de fiel (tiens, le même mot que Luc Charlier). 

Quand je vois la revue matinale de quelques blogs, combien parlent tout simplement de vins et combien philosophent sur l'attitude supposée de Frédéric Engerer, sur la légitimité des méthodes du GJE, sur les chateaux qui s'en mettent plein les fouilles, sur l'avenir probable de Robert Parker, j'en passe et des meilleures ?

C'est à qui rajoutera sa pincée de sel. 

J'avoue que j'apprécie la façon dont vous lancez les pincées. Mais on est sur la Toile dans l'overdose du journaliste qui juge le journaliste qui a jugé un journaliste. 

J'essaie sur mon blog d'être factuel : je raconte ce que je bois, je n'étale pas mes états d'âme.

En tout cas, je suis content que vous estimiez que vous me méritez 

 

Commentaire n°6 posté par François Audouze le 21/04/2012 à 10h02

ma chronique fait suite à de violents échanges sur Face de Bouc (Facebook) à propos d'une chronique de Vincent Pousson sur un individu qu'il a rencontré et qui fait le métier de chasseur de salopes (sic) pour le compte d'une grande maison de Champagne;

Mes consoeurs dont ma bonne amie Ophélie dites Miss Glou Glou s'en est émue. Donc je rappelais à certain qu'il devrait mettre un bémol sur leur posture de chevalier blanc. Je ne porte aucun jugement mais je rappelle certains au minimum de décence...

Réponse de JACQUES BERTHOMEAU le 21/04/2012 à 10h09

Je vous comprends, mais c'est typiquement Laurence Ferrari qui reçoit qui ? Michel Drucker, qui reçoit qui ? Laurence Ferrari.... 

Continuez avec cette belle plume à nous faire rêver. 

 

Commentaire n°7 posté par François Audouze le 21/04/2012 à 10h47

Articles récents

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés