Jeudi 5 juillet 2012 4 05 /07 /Juil /2012 16:00

Lucia3-3856.JPG

 

Le jeu en vaut bien la chandelle comme le dit l’adage populaire : à propos du Vin et de l’environnement, plus précisément des pratiques culturales et de la lutte contre les maladies de la vigne, mettre tout sur la table, les pratiques, les chiffres qui existent, sans exclusive, au lieu de s’en tenir à des constats parcellaires, tronqués, orientés ou parfois de mauvaise foi. Surtout ne pas instruire des procès à charge contre qui que ce soit mais partir du constat des pratiques réelles des uns et des autres pour tenter de sortir des purs affrontements stériles, de s’entendre, au sens de s’écouter, à défaut de s’entendre. L’objectif ne serait pas de déboucher sur un consensus, que je crois irréaliste, mais de sortir des idées reçues, des à priori et de jeter les fondations d’une démarche porteuse de ce que j’ose qualifier de progrès même si ce mot s’est malheureusement dévalué.


Notre secteur a, sur le long terme, s’il veut vraiment que sa notion fétiche de terroir, que le lien entre celui-ci et l’authenticité du vin qui en est issu, puisse trouver un réel contenu, à faire la démonstration qu’il est soucieux de son environnement, du devenir de la planète et des attentes de ses consommateurs. Le débat sur les valeurs, très en vogue en ce moment dans la gente politique, pour un produit qui revendique hautement ses racines, sa culture, sa force de convivialité, son rôle de lubrifiant social, est pour nous de la plus haute importance dans un monde où le mercanti est en train de les niveler. Si nous ne voulons pas que nos vins d’origine soient assimilés aux produits de masse, formatés, fabriqués à coup d’intrants industriels comme les boissons concurrentes (lire demain ma chronique sur la composition des colas et des sodas) nous devons prendre le plus grand soin des conditions de production des raisins et des modes d’élaboration des vins. L’enjeu n’est pas qu’éthique il est aussi économique. Le vivons heureux, vivons caché est une attitude sans avenir. Dire ce que l’on fait et faire ce que l’on dit, sortir de l’ambigüité dans laquelle nous nous complaisons au nom de la défense du plus grand nombre n’est plus de saison.


En posant ainsi le problème, loin de rallumer les antagonismes, j’essaie de faire prendre conscience aux extrémistes des deux bords, qu’ils n’ont rien à perdre, mais tout à gagner, en s’engageant sur la voie d’une confrontation sur terrain neutre afin que le seul gagnant soit l’avenir du vin dans nos sociétés. Je sais très bien que ce type de discours fait très prêchi-prêcha, très cause toujours tu ne nous intéresse pas, qu’il va se heurter à l’ironie, voir au mépris aussi bien des grands mamamouchis de notre secteur que de celui des grands prêtres d’en face, mais qui ne tente rien n’a rien. Depuis toujours je suis convaincu que le passage vers de nouvelles pratiques plus soucieuses de l’environnement ne pourra se réaliser que si le monde du vin d’origine en revient à ce qui a fait sa force, son dynamisme par le passé : la volonté des femmes et des hommes du terrain de prendre leur destin en mains pour valoriser leur travail. La force de la loi, les contraintes, les règlementations ne sont alors que la reconnaissance juridique d’un mouvement déjà lancé. Bien évidemment, je ne suis pas naïf, et je sais que ce mouvement sera soumis à l’inertie qu’induit le poids des contraintes économiques et commerciales, mais pour autant s’en tenir à un statuquo frileux serait une erreur stratégique grave.


Je lance l’idée. Je suis prêt à contribuer au montage d’une telle rencontre mais à la condition que se constitue un comité de préfiguration dont la pied de cuve pourrait être constitué par l’équipe de Geneviève Teil voir chronique sur le livre le Vin et l’environnement link Si tel est le cas je mettrai ce qui me reste encore d’entregent au service de l’organisation de cette rencontre citoyenne. Je ne jette pas une bouteille à la mer mais j’en appelle à celles et ceux qui veulent sortir de confrontations stériles pour le plus grand bénéfice de l’extension du domaine du vin : «  un peu de douceur, de convivialité, de plaisir partagé, dans ce monde de brutes... »


À vous lire, entendre, chers lecteurs… Engagez-vous qu’ils disaient, engagez-vous !

Par JACQUES BERTHOMEAU - Publié dans : Billet
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Bonjour, 

Je trouve cette idée formidable. A plus forte raison, quand certaines cavec coopératives s'inscrivent dans un travail collectif de développemetn durable et qu'il est nécessaire d'expliquer toutes les composantes du développemetn durable à un piublic qui le réduit au bio. 

Je suis partante. 

 

Amitiés

 

muriel

Commentaire n°1 posté par Muriel Nicolas le 05/07/2012 à 16h31

Chiche. Dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, les extrèmes sont à banir. Parlons de cet équilibre qu'oil faut triuver entre respect de la Nature, et nécéssité économique, mise en valeur du Patrimoine, ret sa transmission.....

Commentaire n°2 posté par Eric FABRE le 05/07/2012 à 16h37

Dans l'hiver, c'est OK pour moi.

Commentaire n°3 posté par Michel Grisard le 06/07/2012 à 20h53

Nous sommes intéressés de participer à cette initiative de réflexion pour eux raisons:

. Nous allons ouvrir un centre d'expérimentation en 2013 pour produire du raisin dont les vignes auront la faculté de sortir leurs défenses immunitaires contre les maladies sans intervention de l'homme.

. Nous sommes dans le processus de recherche d'un bilan carbone le plus près posssible d'un bilan carbone neutre pour notre exploitation.

Commentaire n°4 posté par Jean pierre Amoreau le 19/07/2012 à 09h46

Derniers Commentaires

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés