Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 16:00

201008254c74878902c6c-1.jpg

De mon temps, que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître le Salon de l’Agriculture était inauguré par la Ministre de l’Agriculture vu que le locataire du château prisait assez peu les flaveurs de la bouse de vache, des fromages qui puent et la bousculade. C’était l’homme des arbres de Latché qui préférait les arbres aux culs des limousines. Donc, le samedi matin nous étions mobilisés pour servir de garde rapprochée du Ministre de l’Agriculture qui allait arpenter les allées du salon selon une programmation scientifiquement étudiée par le cabinet. En attendant le Ministre nous battions la semelle dehors en compagnie du président du Salon, le sénateur de l’Oise Michel Souplet entouré du gotha des présidents des organisations agricoles. Tout cela était plutôt bon enfant même si les socialistes n’ont jamais vraiment fait un tabac du côté des agriculteurs et de leurs dirigeants officiels mais bon ce n’est pas parce qu’on n’aime pas qu’on ne demande pas une petite faveur par ci par là.  201008254c74878902c6c-0

De mon temps le salon de L’Agriculture appartenait au Ministère de l’Agriculture via une structure dénommé CENECA mais année après année les comptes étaient plombés par le coût exorbitant de l’organisation de la grande ferme. Nous avons du le vendre à un organisateur privé moyennant une rallonge d’équilibre pour la fameuse ferme qui attire tant les petits parigots. Bref, le Ministre de l’Agriculture était doublement chez lui porte de Versailles. Pour en revenir à notre fonction d’accompagnateur elle consistait bien sûr à faire cercle autour de notre cher Ministre afin qu’il puisse se mouvoir le plus aisément possible, à calmer les ardeurs des forces de l’ordre qui ont toujours tendance à confondre le dit ordre avec le circulez y’a rien à voir alors que le dit Ministre est justement là pour se faire voir, à canaliser la meute des journalistes, photographes, caméramans, qui bien évidemment veut coller au basques de l’inaugurant, à repérer la bonne dame ou le bon pépère qui veut serrer la main du Ministre ou lui donner son sentiment sur la politique et lui frayer un passage jusqu’à lui ; distiller des infos ou des tuyaux à ceux des journalistes capables de les comprendre ; à réceptionner avec les OP du Ministre les multiples cadeaux distribués au Ministre par les exposants… Tâches tout à fait à la portée de grands esprits comme nous mais peu gratifiantes car nous ne pouvions  ni nous empiffrer ni siffler un verre vu que nous étions toujours derrière forme moderne de la voiture-balai.

 

Légendes des photos : N°1 février 1985 les quotas laitiers viennent d'être instaurés : Mitterrand à son arrivée à Fontaine-lès-Vervins, avec le nouveau député-maire de Vervins, Jean-Pierre Balligand (à gauche) et Henri Nallet.

N°2 On aperçoit au quatrième plan dans son célèbre imper blanc le Ministre de l'agriculture de l'époque un certain Michel Rocard qui manifestement n'est pas la vedette du show présidentiel.

 

Donc j’ai suivi 3 Ministres : Rocard, Nallet et Mermaz… Le premier était la bête noire du grand lorrain dont tout le monde a oublié le nom mais il était le chouchou des sondages ce qui rendait sa promenade plaisante car le bon peuple des visiteurs ne rêvait que de serrer la main à celui qu’ils aimaient bien. De plus Rocard est un type qui dans ce genre d’occasion, en vieil habitué des congrès pourris du PSU, savait soutenir n’importe quelle conversation avec qui l’alpaguait pour refaire le monde. Il fallait lui tirer la manche. Le second, Henri comme l’appelaient les dirigeants agricoles, il faisait partie de la maison ayant été salarié de la FNSEA. L’archétype du Ministre technicien, attentif, ne confondant pas une Bazadaise avec une Charollaise ni ne s’inquiétant de la lactation d’un mouton  de Lacaune. Parcours précis, sans faute, reconnaissant le président du herd-book, le vice-président des producteurs de noix de Grenoble ou la secrétaire-générale des oies du Périgord. Donc pas de problèmes sauf parfois avec nos petits amis de la Confédération Paysanne toujours en mal de reconnaissance. Le dernier, dont plus personne se souvient du nom même son grand conseiller spécial gardien de la doctrine Jean-Pierre Philippe (le coq chanta 3 fois), il expédiait l’inauguration avec la rouerie d’un notable de la IVe république, souriant, désarmant, posant des questions d’élève de CM2, s’en tirant avec les oreilles et la queue même après la tornade de la première réforme de la PAC.

 

Salon de l'agriculture : 5 conseils aux candidats sur TF1 News

 

« Les principaux candidats à la présidentielle vont arpenter les allées du salon de l'agriculture. Bain de foule, dégustations : une occasion unique de gagner la sympathie de l'électorat. Deux fins connaisseurs du lieu leur donnent quelques conseils pour réussir cet exercice :

Jouer la carte de la proximité...Mais maîtriser ses nerfs…Manger les produits du terroir et caresser les bêtes… Et parfois, se faire tout petit…...Surtout quand on est écolo…

link

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents