Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 00:09

« Adieu coquelicots » ou le dossier de l'agriculture, une émission du 3 mars 1970 à la télé nationale, encore en noir et blanc, dans un décor spartiate, cristallisait le malaise identitaire des gaullistes et des dirigeants paysans. Elle était signée et présentée par François-Henri de Virieu chroniqueur au journal Le Monde.


Voici 2 petits extraits du texte puisé dans mon roman du dimanche.


« Oser mettre en avant que l’avenir était ce GAEC de l’Isère avec son étable de 1000 vaches laitières, ses deux éleveurs, dont l’un d’eux était prof de maths constituait un crime de lèse-agriculture familiale. La France éternelle des champs se voyait ravaler par des technos, tel René Groussard, au rang d’un secteur comme les autres à moderniser à marche forcée. Ironiquement je soulignais, face au bel Albin médusé, et à un Préfet au bord de la défaillance, que le mémorandum Mansholt publié à la fin de 1968 et le Rapport Vedel affirmaient sans détour qu’une partie de la paysannerie était condamnée à terme et qu’elle devait se reconvertir. Pour Sicco Mansholt 80% des exploitations sont trop petites. La pilule est amère même pour les modernistes, tel Michel Debatisse car le diagnostic des «technocrates» mettait à nu les ambigüités de leur propre pensée.

 

En effet, martelais-je, comment pourraient-ils concilier leur stratégie économique de modernisation qui jetait sur le bord du chemin beaucoup de paysans et le mythe de l’unité paysanne chère à la FNSEA. Faisant étalage de mes lectures je citais une tribune de Maurice Papon  publiée dans le Monde le 8 avril 1969 « Mansholt et Malthus », ou il usait de sa rhétorique pour stigmatiser ce plan qui  pour lui « est une erreur à l’échelle de l’histoire » car il risque « d’amplifier le risque de massification urbaine sur lequel la société urbaine sera sans doute obligée de revenir pour survivre ». Un grand visionnaire le Maurice ! »


« … Moi le fils de paysan vendéen je ne pouvais rester indifférent à cette fameuse « Révolution Silencieuse » de Debatisse qui allait broyer beaucoup des miens. Du petit cartable qui m’accompagnait toujours je tirai une coupure des débats à l’Assemblée Nationale où Michel Cointat se livrait à un grand moment de démagogie qui devrait figurer dans une anthologie de la pensée agrarienne. ... « … À la suite d’affirmations technocratiques hâtives, les agriculteurs n’ont plus osé croire en l’ordre éternel des champs»

 

Je vous invite fortement à visionner les 10 premières minutes de l’émission sur une vidéo de l’INA.

 

link


Tout à la fin vous y découvrirez, les visages de Sicco Mansholt commissaire à l’Agriculture et de Jacques Duhamel, alors Ministre de l’agriculture. Puis autour d’une table, lors du congrès de la FNSEA de Lyon : Michel Debatisse, Bernard Lambert avec son éternelle clope et un Raymond Lacombe tout jeune. Enfin dans le début du reportage vous pourrez voir un cheval dans les vignes.  

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Aredius 23/01/2014 10:45


Le premier livre que j'ai eu à lire en Sciences Eco fut " Une France sans paysans" puis "La révolution silencieuse" de Debatisse et enfin... "Vive l'Impôt"


Merci pour ces articles

patrick axelroud 23/01/2014 03:12


Il est dangereux de revenir sur son passé au risqque de constater avec ce désarmant sentiment d'impuissance, qu'on a été quelques uns à avoir raison mais en vains.Cela vous fait endosser, malgré
soi, un costume d'oiseau de mauvais augure des plus inconfortables.Mais avec l'âge ( qui a quand même des avantages n'en déplaise à SINE " Journal pré-posthume " au Cherche midi page 68)
vient le temps de l'eternel retour (sauf celui, hélas trop rares , des hirondelles )Et c'est ainsi que si l'on peut regretter le retour des bidonvilles dont le dernier avait été éradiqué en 1973
on peut aussi se réjouir de la réapparition du cheval dans les vignes tel Solène dont nous parlait le Taulier il y a quelque mois.Et comme sur ce blog tout finit souvent par des chansons, pour
entretenir la nostalgie comme on remet une dernière bûche dans l'âtre en fin de soirée , évoquons le petit coquelicot de MOULOUDJI en echo au titre de la chronique du cher Taulier.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents