Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 00:02

  

Selon une étude de la Fondation de France publié mercredi dernier, 4 millions de Français n’auraient pas plus de 3 conversations par an, soit en gros 1 conversation tous les 122 jours. Pas lerche ! Je ne suis pas un idolâtre de ce genre de statistiques car si elles sont frappantes elles dématérialisent tout, coupent le lien avec ce que  l’on peut ressentir soi-même. Dire bonjour, comment ça va aujourd'hui à son voisin comme je le fais avec l’aveugle du bas de mon immeuble qui, assit sur le seuil, soliloque en tirant sur sa bouiffe. Il sourit et parfois nous taillons une courte bavette. Facile, non.

 

La lutte contre la solitude est depuis novembre 2011. Le Label a été attribué au collectif d'associations « Pas de solitude dans une France fraternelle », qui est fédéré par la Société Saint-Vincent de Paul. Vous ne trouvez pas un peu fort de café qu’il faille en passer par là. Faut voir la gueule des gens dans le métro – c’est pour ça que je fais du vélo – c’est dramatique : murés, enfermés, tristes. Bref, simple petite pierre dans ce vaste jardin de solitude, je propose que ceux qui adhèrent à l’Amical du Bien Vivre, au jour le jour, brisent le cercle : un petit bonjour et pourquoi pas un verre au bistrot du coin. Je rêve sans doute mais quel beau geste face aux pisses-froids de l’ANPAA qui ont fait de l’addiction un fond de commerce lucratif.

 

Pour terminer un témoignage recueilli sur la Toile et « La Solitude » de Léo Ferré et « La solitude ça n’existe pas » de Gilbert Bécaud.

 

« Lydie a 63 ans, mère divorcée de 3 enfants de 30, 39 et 40 ans, elle vit seule à Colombes (92). C’est une agression qui l’a poussée vers une solitude trop longue de 8 années. « Le jeune est venu vers moi, il m’a tapée (…) Le facteur n’a pas bougé, il avait peur des représailles. Cette coupure s’est faite avec cette envie de ne plus vivre, de ne plus exister. J’avais peur des autres. On n’a pas envie de leur dire qu’on est seul. »

Lydia a réussi à sortir de ce cercle vicieux grâce à l’écriture. « Je me suis mise à écrire mes poésies pour pouvoir avoir accès aux autres, accès à moi-même et sortir de ce cercle infernal et pouvoir vivre. Quand ils étaient petits, je disais à mes enfants que les pleurs abîment les yeux. Et je ne voulais pas abîmer mes yeux. Pour s’en sortir, il faut avoir dans son âme l’art de vouloir reconstruire sa vie et peut être aussi de rencontrer l’amour… »

 

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans Billet
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 10/07/2011 23:14



Faut dire que, à vélo, sur les chemins de GR, en route vers Compostelle ... partout, tant de gens sont en train de « faire monter
leurs endorphines », « battre leur record personnel », « brûler des graisses » etc .... Ils ne roulent plus à la découverte des paysages, ils ne marchent plus en en quête
d’autres horizons, ils ne cherchent plus un moment de spiritualité (même laïque) en eux-même. Comment verraient-ils encore l’autre, let alone greet him ?


Tiens, deux petites digressions avant d’aller au lit : j’ai fait DEUX rencontres.


Une en chair et en os : Catherine Breton et sa fille, et quelques-uns de ses vins « fun » élaborés au départ de raisins
du Vouvraysis (on dit ainsi, comme Cambraisis ?). Le lendemain, on a bu un Bourgueil du mari : serious stuff ! Je leur ai dit bonjour (au vins et aux deux charmantes
jeunes femmes).


L’autre en phase liquide seulement : Effusions 2008 de Patrick Baudouin. Je lui ai dit bonjour et au revoir : plus une seule
goutte au fond de la bouteille en une-deux-trois ! Ah oui : l’excuse était un bar de ligne à la croûte de sel (La Rochelle oblige).



Michel Grisard 10/07/2011 22:34



Cette évolution est encore plus criante en montagne.


Il y a vingt ans, sur un sentier de montagne, il était inconcevable de croiser quelqu'un sans le saluer .  Puis nous avons commencé à trouver sur les GR, plus féquentés, des personnes ne
répondant plus à nos "bonjours". Aujourdh'ui, même dans des coins perdus, les gens baissent la tête, à la rencontre d'une autre personne. C'est trop triste.



Olivier Borneuf 10/07/2011 10:03



Bonjour Jacques,


J'espère que vous allez bien ? Je me souviens de la première fois où j'ai pris le métro parisien… j'ai passé la porte et j'ai dit haut et fort "bonjour !" Une dame d'un certain âge a répondu en
riant et nous avons discuté tout le trajet ! 


Chez moi (sud-ouest) il est assez surprenant d'observer les différences de comportement entre des bus de banlieue et des bus de centre ville. Au fur et à mesure que le cercle des
(re)connaissances s'aggrandit nous nous sentons obligés de saluer ! À l'heure de la globalisation c'est assez paradoxal non ! Finalement nous renforçons le communautarisme alors même que la
chance nous est enfin donnée de connaître l'autre : la diversité c'est l'unité non ? Alors brisons la glace, buvons un coup et vite !


Bon week end



EmbusCad 10/07/2011 01:37



Sans déconner, pour être seul aujourd'hui faut le faire exprès et n'est pas Léautaud qui veut... faut s'en donner les moyens



EmbusCad 10/07/2011 01:35



z'ont donc ni "face de bouc" pour rencontrer des gens cons, ni le blog de Berthomeau pour rencontrer des gens intelligents? (bon chez vous, Jacques, y a aussi au moins un "bof"...) Bonne nuit
- La vioque va essayer de dormir une heure ou deux



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents