Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 00:09

 

Comment chacun le sais je suis un grand amateur de rapport qui cultive une forte allergie à ceux qui sont confiés à des « peoples » tel que ce fut le cas pour Hervé Chabalier avec le Ministre de la Santé de l’époque Philippe Douste-Blazy. Mes propos sur celui  demandé par Madame Valérie PÉCRESSE, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, à Jean-Pierre COFFE et Jean-Robert PITTE n’en auront je l’espère d’autant plus de crédibilité. C’est de la belle ouvrage. Ils ont bien travaillé même si leur connaissance du monde agricole, parfois un courte, les empêchent de préconiser des mesures encore plus opérationnelles. Mais ne boudons pas le plaisir de cette copie digne d’éloges.

Mais alors me direz-vous pourquoi ce titre racoleur ? Tout bêtement parce que nos deux compères ont eu l’audace d’écrire : « L’initiation à une consommation modérée de vin est un excellent moyen de lutter contre l’alcoolisme et un enrichissement de la culture gustative des étudiants. L’Association « Vin et Société » (12, rue Sainte-Anne. 75001 PARIS) a entrepris un excellent travail d’éducation auprès de nombreux milieux. Signalons son programme de prévention intitulé « À toi de choisir ! », destiné aux jeunes de 13 à 16 ans, à leurs parents et aux enseignants. Cette association mise sur la responsabilisation de l’individu. Le CNOUS aurait grand intérêt à réfléchir avec elle à des programmes destinés aux étudiants. Localement, ses relais pourraient être de jeunes viticulteurs qui pourraient initier lors d’animations ponctuelles à la dégustation de leurs vins. Signalons, par ailleurs, l’existence et les recommandations émises par le Conseil de la modération et de la prévention qui diffèrent sensiblement des discours prohibitionnistes émanant de certains organismes plus ou moins informés et honnêtes. L’enseignement supérieur forme peut-être des savants, mais des indigents du goût et du plaisir ! »

Ouille, ouille, corne gidouille, les faux-culs de Slate titrent : Du vin pour les étudiants à midi? Pécresse est contre et la Ministre de se croire obligée sur Europe 1 de dire non «Il faut adapter la restauration universitaire aux nouveaux modes de vie. Oui au goût, non au vin à midi pour les étudiants. Pas d'alcool à midi.» Bien évidemment Alain Rigaud, président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie, est bien évidemment totalement contre et ironise : « Vu le montant du ticket de resto-U (2,90 €), on ne risque pas de faire découvrir aux étudiants les grands crus, mais plutôt d’écouler auprès d’un nouveau public les stocks de vins d’entrée de gamme » Pour faire bon poids, les squelettiques syndicats étudiants se clivent sur le sujet : Jean-Baptiste Prévost, président du syndicat étudiant UNEF, classé à gauche, a regretté que l'on veuille lutter contre la consommation d'alcool excessive chez les étudiants tout en voulant réintroduire le vin dans les restos U. Rémi Martial, président du Mouvement des étudiants (anciennement UNI) classé à droite, a salué la volonté de vouloir «éduquer les étudiants au bon alcool et de promouvoir l’art de vivre à la française».

Sans ironiser à mon tour je me permets de faire remarquer à la gente journalistique et à tous ceux qui colportent des « fausses nouvelles » que la première mesure à préconiser pour eux c’est qu’ils apprennent à lire. Ça en devient chiant que de voir la meute se précipiter sur un os qui ne traîne pas dans la maigre écuelle de nos étudiants. Pas étonnant que l’opinion ne leur accorde plus sa confiance. Ils se dévaluent chaque jour. Pour certains je suis persuadé que c’est pire : ils agitent un chiffon rouge pour faire de l’audience et provoquer la réaction de la Ministre qui ne peut que de dire « halte au feu ! » Notre démocratie est bien malade avec de telles pratiques.
Personnellement je n’aurais pas abordé la question du vin comme l’ont fait les rapporteurs par un biais, sympathique j’en conviens, mais ouvrant la porte aux agités du sanitairement correct. Que je sache les restos U sont majoritairement fréquentés par des jeunes filles et des jeunes gens majeurs, qui ont le droit de vote, alors pourquoi les considérer comme en état de ne pas décider de ce qu’ils veulent ou de ce qu’ils ne veulent pas. En clair, de leur demander leur avis. De les laisser en capacité d’exercer leur libre choix. Bien sûr, beaucoup d’entre eux sont encore dans les jupes de leurs mères, mais en le traitant tel des mineurs nous les enfermons plus encore dans un cocon douillet. Je rappelle aux agitateurs de peurs et de risques que nous étions, ma génération, mobilisables à 18 ans pour aller à la guerre bien que toujours mineurs. Nous laissait-on le choix ? Non, alors de grâce laissez des citoyens qui disposent du droit de vote d'exercer librement leur choix.

Poser ce type de question c’est sans doute prendre le risque d’une réponse majoritairement négative à l’image de la césure entre les buveurs et les non-buveurs dans l’ensemble de la population. Oui mais j’avoue ma préférence pour ce type d’approche qui permet aux parties en présence de se faire une opinion claire sur l’état de la question.
Pour ma part, n’ayant jamais bu de vin au Resto U vu l’état qualitatif de ce qui était dans le carafon, et prenant en compte le fait que nos chères têtes blondes viennent au vin bien plus tard que nous le faisions pour des raisons liées à leur entrée tardive dans le monde du travail, mettre la réintroduction du vin dans les Restos U à l’ordre du jour n’a guère de sens. D’ailleurs Coffe-Pitte ne l’ont pas fait mais leur proposition exogène aux repas, intéressante en soi, devrait faire l’objet, là encore, d’un débat citoyen avec les intéressés : les étudiants. J’attends avec impatience les reportages de mes confrères officiels de la presse du vin sur ce sujet brûlant. Ben oui c'est moins bandant que de faire la virée des Grands Crus Classés...
 


Si vous souhaitez lire le rapport Pitte-Coffe : 
http://www.berthomeau.com/ext/http://gje.mabulle.com/

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

tchoo 12/03/2010 13:28


On va pouvoir créer l'AMICALE des BUVEURS de Vins de Messe !


Iris 12/03/2010 12:19


il y vont, les intéressés, à la rencontre du vin - il n'y a qu'à regarder les photos de cet article de mon site vin préféré, même, si on ne comprends pas le texte en Anglais, les photos parlent.

D'ailleurs, ces histoires de "vol" de vin de messe, j'en ai entendu plusieurs aussi de mon mari et ses amis Français - le catholicisme incite à la débauche - c'est bien connu:-).


Reggio 12/03/2010 10:44


Ah...Oui! le vin de la chapelle du collège...Je l'avais oublié, pourtant on en a ponctioné une partie "non négligeable" avec des sentiments délicieusement torturés...Quel pied !


JACQUES BERTHOMEAU 12/03/2010 12:15


Pour ceux qui ne l'ont pas lu ma chronique Vin de messe de 2007 http://www.berthomeau.com/article-6480640.html
vous en apprendrez de belle sur moi


tchoo 12/03/2010 09:33


J'ai connu du vin à la cantine
mais j'ai connu le vin, moi aussi à l'église, en tant qu'enfant de coeur, où entre la messe de 8h00 et celle du 11h00 le dimanche matin, nous faisions quelques ponctions dans la réserve du vin de
messe du curé (excellent Jurançon!)

Bref de vrai délinquant aviné

Ya prescription


Michel Smith 08/03/2010 18:06



Et moi j'ai connu le vin à l'église dès l'âge de 10 ans. Grâce à dieu, je suis complètement aviné !



  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents