Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 00:09

tumblr_lxwfsvxLmZ1qhis40o3_1280.jpg

 

« À nous les petites Anglaises » le film de Michel Lang se solda par un impressionnant succès commercial, 5,7 millions de spectateurs, renforcé par celui de la bande originale, signée Mort Shuman. Il est mort le 24 avril à Deauville, des suites de la maladie d’Alzheimer. Il avait 74 ans.



18820333

 

Cleo Cocos, l’auteur de  Boire Chic en 12 leçons : l’art de l’ivresse chez Autrement, est née à Rio d’un père grec et d’une mère anglaise. Elle vit à Londres, ville de toutes les folies. Elle a été championne de skateboard, comédienne et productrice. « C’est la personne à inviter pour que votre fête soit réussie. » Elle est Docteur ès art de l’ivresse… »

 

Vous connaissez sans doute le dicton «il ne faut jamais boire avant-midi… » assorti de ce qu’aurait répondu Hemingway « il est toujours midi quelque part… »


Miss Coco nous prévient « Ce livre ne vous apprendra pas à prendre une cuite. Il vous apprendra à boire avec discernement. Il s’agit d’une master class d’ivresse joyeuse. Vous découvrirez mes secrets pour éviter la gueule de bois, mes recettes pour qu’un soleil liquide vous réchauffe de l’intérieur, et je vous initierai à cette science ultime : quels breuvages verser dans un verre pour connaître la félicité suprême ? »


En voilà un bien beau programme mes biens chères sœurs et mes biens chers frères, mais il y a un mais.


Miss Coco poursuit son adresse « Je vais vous enseigner l’art de boire comme il faut. D’atteindre ce délicieux état d’intoxication où vous et vos compagnons d’ivresse devenez enfin cette version idéale de vous-même. L’art de métamorphoser le moindre apéritif en une apothéose glorieuse et triomphale. »


Vous allez me dire que jusqu’ici, à part les prohibitionnistes et les hygiénistes ces propos vous réjouissent le cœur.


Ce qui suit va peut-être refroidir vos ardeurs : « les pages qui suivent renferment la quintessence de l’alcool, son esprit le plus pur… »

 

Le mot maudit est lâché : l’alcool !


Moi ça ne me gêne pas car j’aime appeler un chat un chat mais les grands prêtres du vin s’en offusquent. Comme si les gens du vin n'étaient jamais pompette, si c'était vrai ça se saurait !


Est-ce bien raisonnable d’ostraciser l’alcool lorsqu’on milite pour la modération, l’excès, contre l’addiction. Comme le note miss Coco « c’est vrai, boire n’a pas toujours bonne réputation. Mais je vous assure que le problème n’est lié ni à l’acte de boire, ni à l’alcool. Non : ce qui nuit à la boisson, ce sont tout simplement les gens qui s’y adonnent en dépit du bon sens… »


Mais je sens que les adeptes du vin se tortillent en pensant que cette anglaise ne carbure qu’à la vodka, à la téquila, au gin, au whisky et au rhum

 

Faux !


Elle consacre 2 chapitres à nos boissons nationales : à bulles et tranquilles…


-          Mon royaume pour du champagne


-          Le vin : grands plaisirs et petits tracas.


À cet instant précis vous m’attendez au virage : « il va tout nous dire ! » Désolé de vous décevoir mais dans le cadre de ma politique de modération : « moins j’en fais mieux je me porte » vous devrez patienter pour tout savoir des écrits de miss Coco.


Une seule confidence : ayant consommé dimanche au Pavillon des Canaux son texte jusqu’à la page 93 je vous avoue qu’il est passionnant, plein d’humour, précis, intéressant. Si vous êtes pressé vous pouvez en faire l’acquisition ICI pour 15,90€ link


l-art-de-l-ivresse_9782746737310.jpg

 

Pour vous faire patienter je vous offre le baromètre de John Emsley, chimiste et écrivain, qui indique les effets de l’alcool sur l’individu moyen (publié  dans The Consumer’s Good Chemicl Guide)


effets-de-l-alcool.jpg



A NOUS LES PETITES ANGLAISES (bande-annonce) par ludosan13

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Luc Charlier 06/06/2014 08:39


Ce sujet me tient à coeur. Précisons d’abord que John Emsley est sujet britannique. Sa « pinte » équivaut à 56,85 cl, càd marginalement plus d’un demi-litre. Il ne s’agit pas de la
pinte appelée communément « un demi » en France, qui ne fait en réalité qu’un quart de litre (25 cl). Et de un. Ensuite, la bière de consommation courante au UK est souvent de bas titre
alcoolique (autour de 3 à 3,5 vol %), sauf pour les « spéciales » comme les « bitter » ou la Guiness. Et de deux.


Mon calcul habituel est le suivant :


Un verre de 12 cl de vin à 14 vol % (que j’appelle de force « moyenne ») contient :


140 x 0.12 x 0.8 grammes d’alcool, soit 13,44. J’ai multiplié 140 (= vol % dans un  litre) par 0.12 (contenance du verre) et par la densité de l’alcool (arrondie à 0,80).


Un verre de « vraie » bière (belge, allemande, tchèque ... comme vous voudrez) titrant plutôt 5 vol % (ce qui est dans la moyenne) d’un demi-litre (pour simplifier et rester dans
l’ordre de grandeur de la imperial pint), ce qui fait deux « demis »,  contiendra :


50 x 0.50 x 0.8 = 20 gr d’alcool. Notre Britannique a donc à peu près bien calculé, surtout si on amène le volume à 58 cl pour la pint et non 50 comme dans mon
approximation, et si on diminue un peu le degré du vin consommé.


Que se passe-t-il si on joue sur les volumes et les degrés ?


Exemple N° 1 : verre de vin à 12 vol% ==> 11,5 gr d’alcool


Exemple N° 2 : verre de vin à 15 vol % ==> 14,5 gr d’alcool


Exemple N° 3 : 33 cl de bière à 8 vol % (trappiste classique) ==> 21 gr d’alcool


Vous voyez qu’il ne faut pas simplifier à l’excès. Un « bon verre » de trappiste contient deux fois plus d’alcool qu’un verre normal de vin courant.


Le porto et autres « apéritifs » maintenant, qui titrent autour des 20 vol % (entre 19,5 et 21,5 obligatoire pour le porto, 25 degrés pour le Campari, 18 degrés pour le Picon ....) mais
dont le verre contiendra souvent 8 cl  ==> env. 13 grammes d’alcool.


Les « alcools » sont souvent vendus par 5 cl. Ils titrent classiquement 42 vol % ==> 17 gr d’alcool. Notez que le « jaune » vous fait (2 cl à 51 vol %) : 8 gr
d’alcool.


Corollaire : « standardiser » n’est pas très réaliste.


 


Si vous appliquez ce système, on voit que boire une demi-bouteille (37,5 cl) à table d’un vin faiblard en alcool (12 vol%) vous apporte 36 gr d’alcool. Le même cas de figure à 14,5 vol % en
apporte 43 gr. La différence c’est ... un petit pastis ou encore la moitié d’un demi. Une fois encore, les hygiénistes qui vilipendent les vins « murs » se moquent de nous. Maintenant
si, par goût, vous n’appréciez pas les vins plus construits, c’est une autre histoire. Mais qu’on ne me chante pas qu’il faut vendanger plus tôt
pour des raisons de santé. 

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents