Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 14:00

Rio_1555_Franca_Antartica.jpg

 

 

Le Taulier lit au lit un gros livre, collection blanche de Gallimard m’sieur dame, 427 pages, du lourd donc : je parle du poids du bouquin bien sûr pas du style qui est bien ciselé, de facture classique, très étudié mais qui laisse filtrer parfois de la sincérité. J’en suis à la page 199, au samedi 9 avril 2011, Rio de Janeiro, car il s’agit d’un journal qui commence le dimanche 14 novembre 2010 à Paris pour se terminer le vendredi 11 mai 2012 à Evreux.  Sans doute, lorsque j’aurai terminé ma lecture je me fendrai d’une lettre à celui qui fut mon boss, un intérimaire comme toujours.


Alors pourquoi soudain extraire le paragraphe qui suit, tiré de la page 198, pour le proposer à votre lecture? Tout simplement parce que sitôt l’avoir lu il s’est imposé à moi et, comme mon envie  était irrépressible, alors je ne l'ai pas réprimée.« La vraie vie n’est pas réductible à des mots prononcés ou écrits, par personne, jamais. La vraie vie a lieu quand nous sommes seuls, à penser, à ressentir, perdus dans les souvenirs, rêveusement conscients de nous-mêmes, des moments infinitésimaux » (Don DeLillo, Point Oméga) notre homme aux yeux couleur bleu Méditerranée en colère me semblait entrouvrir là l’armure de sa solitude hautaine…loin de la salle Sully...


nicolas-durand-de-villegagnon-ou-l-utopie-tropi-.jpg

« Encore deux entretiens à Brasilia. Puis l’avion pour Rio. Nous déjeunons dans un ancien phare aménagé en restaurant, devant cette île grosse comme un caillou où Nicolas où Nicolas Durand de Villegagnon accosta en 1555, pour fonder la France antarctique. Restes de France dans une baie miroitante, dernières traces de grandeur et de rêve, que je contemple tandis que ma voisine, une femme de cinquante ans aux seins gonflés, sur lesquels rebondissent des perles, dévore un homard en plongeant ses ongles vernis dans la carapace. Son compagnon a trente ans à peine, les cheveux gominés plaqués en arrière, le teint cuivré, un diamant piqué dans le nez ; il lui caresse distraitement la cuisse, en laissant son regard de plomb fondu errer sur la baie de Nicolas Durand de Villegagnon, dont il ignore le nom. Des barques agglutinées vacillent sous le soleil. Sur les pics de roche noire qui se dressent au loin, on distingue les entailles des favelas. Deux autres voisins discutent affaires, sanglés dans des costumes à larges raies. Il fait une chaleur si accablante dehors que nous nous retrouvons ruisselants de sueur après trois pas, regardant avec envie depuis la jetée les femmes luisantes, brunes, rieuses et élastiques de jeter dans la mer. »


Nicolas Durand de Villegagnon (1510, Provins - 9 janvier 1571) est un militaire et explorateur français, fondateur de l'éphémère colonie française au Brésil nommée « France Antarctique ».


Jean-Christophe Rufin s’est inspiré de l'expédition de Villegagnon au Brésil pour son roman Rouge Brésil, prix Goncourt 2001

Rufin.jpg

Le titre de ma chronique est une citation tirée de la bouche d’une voisine de table de l’auteur du livre à Ézy-sur-Eure le samedi 2 avril 2011. « sa chevelure rousse dévalant en cascade sur ses épaules nues. » Saurez-vous deviner le nom de l'auteur des lignes ci-dessus ? Forte récompense à qui trouvera !

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans les afterwork du taulier
commenter cet article

commentaires

peyronnet 13/02/2013 23:22


A propos de livres et de Jean-Paul Kauffmann (je vais moi aussi remonter la Marne en sa compagnie, au fil des pages, et je vois qu'il y aura du beau monde), je profite de la tribune du Taulier
pour conseiller à ceux qui ne l'auraient pas lu ce petit bijou qu'est "La chambre noire de Longwood" (disponible en Folio). JP Kauffmann y décrypte avec talent l'enfermement version Napoléon à
Sainte-Hélène, et c'est jubilatoire. Signalons aussi la très opportune réédition en 2011 de deux ouvrages anciens du même auteur : "Voyage à Bordeaux" et Voyage en Champagne" (éditions des
Equateurs), où pédagogie et littérature font bon ménage.

jean pierre Glorieux 13/02/2013 18:00


 Paraphrases:

Coïncidence :hier au rayon culture du super marché je l'ai pris soupesé reniflé et reposé ; un tour vers le coin musiques (Jordi Savall suite à la journée dédiée de France MusiqueS )
je tiens au S final.
Eureka!



Bon,! retour vers le rayon bouquins , j'ouvre au hasard le susdit opus :P..... !, il a du style ce politique !Pas besoin de co-rédacteur (le terme usuel n'est pas convenable )

Je prends tout en me disant que je pourrais patienter et franchir le seuil de ma libraire favorite Au Marque-Pages rue Desmolombes mais redescendre dans la cohue de midi au centre ville 
c'est trop d efforts ......

Attaqué dare dare ,un régal: bien vu pour un journal ;quelques traits  acérés qui doivent faire grincer ;je suppose qu'il y a eu une dédicace , enfin j 'espère s'il tient à monter sur le
podium pour proposer LA REFORME de l Appareil d' Etat au peuple déboussolé (nous autres )

Mal fichu j ai traîné au lit et suis page 202 : cet homme semble être un bon père et se donne le temps d'en passer  avec ses quatre enfants;rien que cela force mon admiration.

Ah , j allais oublier :c est un livre Politique tout comme l'était ce beau film "L'Exercice de l'Etat "
 
Rien à voir avec l'Ubu Roi d'Olivier Saby qui constate les dégats à l Ena
"Léna Léna" comme chantait le Bobby

Gallimard se trompe rarement et ce bouquin est promis à un réel succès de vente ,quant


à l auteur, nous verrons bien........s'il réussit son "challenge".

Christophe Libaud 13/02/2013 17:42


Citer Bruno Le Maire dans le texte, c'est exhilarant, non ?

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents