Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 00:01

Un-dimanche-ordinaire-003.jpg
" Banc d'essai : bâti sur lequel on monte les moteurs pour les éprouver ; concours organisé pour les débutants, où ils s'essayent ; ce par quoi on éprouve une personne, une chose " telles sont les définitions données par le Robert. Alors dire, comme dans le numéro d'été de Régal, que l'on vient d'éprouver 7 Côtes-de-Provence pour en tirer un palmarès de rosés me semble, plus qu'un abus de langage, une façon de présenter, sous un vernis technico-scientifique, une simple dégustation de 7 vins pré-sélectionnés sur des critères que seuls le ou les sélectionneurs connaissent. Il serait plus honnête, comme le font certains critiques littéraires ou de cinéma, d'indiquer aux lecteurs que dans l'océan de la production, avec la liberté et même le parti-pris du signataire de la critique, c'est un choix arbitraire fondé sur le goût ou la volonté de privilégier une certaine catégorie de viticulteurs. Moi ça ne me gène pas. Ce qui m'irrite c'est cette forme d'hypocrisie à la française qui éprouve le besoin de se drapper dans une pseudo-objectivité. Appelons un chat un chat : les heureux élus, même la malheureuse Bastide des Bertrands qui ne semble être là que pour se faire étriller " On aime... pas grand chose..." et récolter le bonnet d'âne avec 9/20, sont sûrement d'excellents producteurs, y compris la la cave coop des Vignerons de Grimaud avec son 12,5/20 - c'est maintenant d'un chic d'inclure la bonne coop dans une dégustation - et les lecteurs seront satisfaits de leur achat si tant est qu'il puisse facilement trouver le produit.

Certains vont dire que je radote mais, que voulez-vous, je ne me ferai jamais à ces pratiques opaques, liées à l'entregent, aux carnets d'adresses de quelques-uns, ça me dérange. L'honnêté intellectuelle, de la part de gens qui passent par ailleurs leur temps à évoquer de grands principes, la vérité du terroir, les pratiques respectueuses de l'environnement et du produit, devrait conduire à un code de bonne conduite. Moi, je me mets à la place des exclus de ces bancs d'essai, palmarès et autres zin-zins à faire vendre du papier glacé. Certes, beaucoup s'en tamponnent la coquillette, d'autres s'essaient aux ronds de jambe, d'autres encore développent un marketing du discours enluminé : famille, élève de, bio et retour à la terre qui ne ment pas, d'autres enfin regardent passer les flamboyants critiques dans leurs belles autos et sont vénèrent.

Bref, puisque ces braves gens de Régal affichent en couverture : Vins et Terroirs : Bien acheter à la propriété, et que lecture aidant, je ne lis rien de tel, un petit poil d'exhautivité, d'humilité aussi, devraient permettre au malheureux consommateur urbain, qui n'a ni le temps, ni l'envie, d'acheter à la propriété, de se dépétrer dans le maquis des rayons vins. Pour la cause du vin, pour ceux qui abordent sa consommation, pour ceux que l'on terrorise en les stigmatisant d'être des non-connaisseurs, ce serait, j'ose l'écrire, une bonne action. En adoptant cette posture, ces troubadours du vin, pleins de mots du vin, accadémiciens du bon goût, se font les alliés objectifs des hygiénistes, de tous ceux qui veulent ne laisser au vin qu'une place marginale ou en faire un produit de luxe pour collectionneur. Alors, de grâce, au travail, battez la campagne, ratissez le vignoble, secouez le convenu, donnez-nous de l'info. A toute fins utiles, si par un hasard étrange, mes écrits venaient à tomber sous le regard des rédacteurs de Régal, je signale que j'y suis abonné. En conséquence, permettez-moi d'écrire ce que bon me semble. 
Un-dimanche-ordinaire-004.jpg

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

philippe joly 30/08/2007 10:31

nous battons, nous battons...il est difficile de faire connaitre l'ensemble de nos vignobles aux béotiens.combien de mes connaissances me disent: je n'aime pas le vin.il en faut pour tous les goûts!!j'étais il y a deux semaines aux chaix de calvet à bordeaux.j'ai pu découvrir des crus destinés au marché anglo saxon (profitez de ce chaix, il ne va pas durer longtemps: les anglais, proprio, vendent aux promoteurs et détruise le chaix d'ici 18 mois)sucrés, presque acidulés, ceci sous couvert de sauternes...et dans une bouteille de forme bourguignonne et vissée!!!ou encore le mélange vin et limonade également goûté dans cette chère ville...il y a du chemin avant d'apprécier un pommard ou un château yquem...mais le goût se forme avec l'âge et les test...varions les goûts de nos concitoyens!! fesons leur découvrir le travail de passionnés!et pas seulement dans cuisine et vins de france...

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents