Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2007 5 10 /08 /août /2007 00:02

La Balagne, au temps où je suivais le dossier de l'agriculture corse, je l'avais à plusieurs reprises survolée en hélicoptère mais je ne l'avais jamais parcouru au niveau du plancher des vaches - et dieu sait que la vache corse dument étiquetée à l'oreille fait partie intégrante des routes de l'île de Beauté - alors, cette année, au petit matin, cap sur Belgodère par la nationale Ajaccio-Bastia via Corte. La route qui grimpe jusqu'au col de Vizzavona serpente dans un paysage grandiose. Ici, dans ce pays, tout est d'une si étrange et si inquiétante beauté qu'on s'attend à voir surgir, au détour d'un virage, des bandits d'honneur. Petit déjeuner sur la place de Belgodère face à l'église St Thomas fondée en 1269 par Andrea Malaspina. Le soleil monte,  dur, à la sortie de Speloncato plongée dans la Balagne montagneuse, végétation rase, brun rouge, pas une âme qui vive à l'horizon. Arrêt déjeuner sous une tonnelle, le propriétaire italien nous propose un spuntinu, le casse-croute du berger avec une Pietra. Petite sieste à l'ombre puis, de nouveau la route jusqu'à Olmi Capella, où, surprise, à la sortie du village se dresse fièrement un bâtiment imposant "U Stabilimentu Battiglini" cadeau d'un philanthrope, Noël Battiglini, à sa pieve d'origine.


 

L'histoire est belle pour être contée. Battigliani qui avait quitté très jeune la Corse, avec l'intention de ne jamais y revenir, transite d'Italie vers l'Egypte où se creuse le canal de Suez. Il vend du sucre aux ouvriers musulmans grands consommateurs de thé. Après 52 ans de labeur il se trouve à la tête d'une confortable fortune. Il décède au Caire en septembre 1887. Un mois après, le maire d'Olmi-Capella est informé des dispositions testamentaires : Battiglini lègue 78000 francs-or pour la construction d'un groupe scolaire. " J'ai constaté qu'avec l'instruction on peut réussir alors je veux que les Ghjunsaninchi s'instruisent." aurait-il déclaré pour justifier son geste. Le bâtiment aurait du s'élever au centre du village mais au terme de tractations politiques obscures il est érigé au lieu-dit "Aghje a San Martinu" sur un terrain offert par le capitaine Antoniotti. Tout cela explique les pertes de temps puisque l'inauguration n'a lieu qu'en 1903. " U Collegiu Battaglini" offre à la population : 6 classes, 6 appartements de fonction, 3 cours de récréation, un laboratoire de sciences, une salle de spectacle et des locaux administratifs. Après la guerre 14-18, dirigé par le couple Giudicelli, le collége se fait une belle réputation et accueille jusqu'à 300 élèves en provenance des nombreux villages environnants. En 1960 ils ne sont plus que 80 ; en 1998 une classe unique regroupait seulement 8 élèves ; en 2004, 15 élèves sont répartis de la maternelle au CM2. Mais, comme l'histoire est un éternel recommencement, un autre enfant du pays, Robin Renucci, avec l'implantation de son école de théâtre de l'ARIA, redonne une seconde vie à "U Stabilimentu Battaglini". Mais ceci est une autre histoire...


 

La première journée se termine à Pigna où nous logeons dans une très belle demeure restaurée du XVII e, en plein du village, U Pallazu. Accueil chaleureux et tour de la maison avec le propriétaire. Tout y est d'un goût très sur, pas une fausse note sans tomber dans la caricature papier glacé type maisons et jardins, ça vit. La chambre, sous les toits, est à l'image de l'ensemble : on a envie de s'y installer pour écrire un roman. Ce n'est pas donné mais, par rapport au kit Sofitel ou Hyatt, le prix est largement justifié : 140 euros. Rien que la terrasse avec vue sur la mer, là où nous allons dîner ce soir, vaut une large part de ce prix. Pour les plus jeunes d'entre vous, qui voudraient verser dans le romantisme post-mariage, U Pallazu clicquez sur ce lien vous ne serez pas déçu www.hotel-palazzu.com propose deux suites à 200 euros. Comme j'ai été un peu long ce matin je vous réserve la suite pour demain sur une fille du pays : une vigneronne de Patrimonio qui fait du vin corse au féminin. Patience vous en aurez pour votre argent chers lecteurs.

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents