Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 00:03


Jeudi 27 novembre je suis aller écouter Mikhaïl Gorbatchev au pavillon Gabriel. L'ancien 1er Secrétaire du PCUS qui avec sa perestroïka et la glasnost a ébranlé et fait s'effondrer l'empire des Soviets, anime une fondation Green Cross International www.greencrossinternational.net promouvant le développement durable. Passionnante conférence donnée pour le 15ième anniversaire du magazine Capital. Après avoir goûté les nourritures spirituelles, nous avons apprécié les terrestres : du caviar français en particulier, et bien bu : de la Vve Clicquot et une excellent Médoc, le 2d vin du Château la Lagune servi en magnum. Bref une bonne soirée qui m'a permis de retrouver un Michel Rocard frais comme un gardon. Alors je profite de l'occasion pour vous servir cette petite chronique.Morvan-2007-075.jpg  

 

Le chauffeur du Ministre - en bas à droite sur la photo du cabinet encadré par deux femmes voir chronique : Interro écrite du 17 août http://www.berthomeau.com/article-6895221.html à laquelle vous pouvez toujours répondre (ce fut un flop total mais comme je suis bon prince je vous donne les réponses ci-dessous) - était un homme empressé et savoureux. Il écrivait sur un petit carnet ce qui pourrait s'apparenter à des mémoires. De sa longue expérience ministérielle - un chauffeur, dans l'intimité de l'habitacle d'une voiture, voit et entend beaucoup de choses - il tirait une forme de philosophie très personnelle qu'il entendait transmettre à son nouveau Ministre. Nous étions en 1983 et l'expérience du pouvoir des socialos encore mince. Ayant exercé ses talents pendant de longues années sous l'ancienne majorité la personnalité de Michel Rocard, son aura auprès d'une large majorité des français, son côté Tintin mal fagoté, toujours en mouvement, le fascinait. La vie d'un Ministre de l'Agriculture n'est jamais de tout repos, et celle de Rocard : quotas laitiers et réforme de la viticulture pour permettre l'élargissement à l'Espagne et au Portugal entre autres, fut particulièrement agitée. En butte aux lazzis du grand François, le lorrain pas l'enfant de Jarnac, Michel Rocard ne se départissait jamais d'une courtoisie et d'une volonté de convaincre inoxydables. Bref, son chauffeur ne tarrissait pas d'éloges sur lui. Mais, il y avait un mais qui avait trait aux meetings électoraux.

En effet, Rocard, l'éternel minoritaire, raillé par le premier cercle du Président et ses alliés de circonstances - n'oublions pas le Rocardestaing du Cérès du Che - était une denrée très recherchée lorsqu'il s'agissait de tenir meeting électoral. Bonne tête d'affiche, il attirait du monde même si ses talents d'orateur, eut égard à son débit de mitraillette, n'enflammaient pas les foules. Ce qui plaisait aux gens venus l'entendre c'est qu'il faisait appel à leur intelligence et, même s'ils ne le suivaient pas toujours dans la complexité de sa pensée, ils sortaient en estimant qu'il les avait rendu plus intelligents. Après le virage de la rigueur notre Michel avait, bien évidemment, une cote d'enfer. Il volait donc au secours des candidats d'une gauche assez mal en point. Son cher chauffeur l'accompagnait lorsque les meetings se déroulaient dans un rayon où le trajet pouvait se faire en voiture.

L'anecdote se passe, je crois, mais je n'en suis pas sûr, dans une ville moyenne de Normandie. Une réunion électorale traditionnelle, avec des militants bougons et des électeurs déboussolés, ceux qu'on baptisait à cette époque "les déçus du socialisme". Rocard fait du Rocard, rappelant que ce qui était arrivé était prévisible, que l'on ne l'avait guère écouté, du pur jus de deuxième gauche - l'américaine toujours selon les caciques - un peu de vinaigre sur les grandes illusions de 1981. Le public encaisse avec stoïcisme la leçon d'économie. Applaudit lorsque, en vieux routier du militantisme qu'il est, Rocard en appelle aux mannes de Jaurès. Ce n'est pas chaud-chaud mais les organisateurs sont contents. Après la réunion ceux-ci offrent un verre au camarade Rocard avant le retour sur Paris. On discute. Notre cher chauffeur, discret, couve son Ministre. L'heure est venue de prendre congé. On chemine dans un couloir et Monsieur Normand - j'ai retrouvé son nom - congratule son Ministre mais lui fait une petite confidence : "au temps où j'étais le chauffeur de Toto *, pendant ses meetings je me tenais au fond de la salle et je distribuais quelques billets aux plus grandes gueules pour qu'ils aillent boire un verre aux frais de Toto. Je vous assure, monsieur le Ministre, qu'après ça, ils chauffaient la salle. La claque était assurée. Vous devriez essayer..." Le conseil, je vous l'assure, plongea Michel Rocard dans un abime de perplexité mais il n'en laissa rien paraître à ce cher monsieur Normand.

* Toto était le diminutif du SG du grand parti majoritaire de l'époque, un parti qui adore changer d'appellation...

Réponses aux 10 questions de l'Interro Ecrite du 6 août :

1- Hôtel de Villeroy

2- Michel Rocard

3- Ministre de l'Agriculture et de la Forêt (les DDAF et les DRAF ont gardé le sigle)

4- 1983-1985

5- des lieutenants  http://www.berthomeau.com/article-6861599.html

6- les deux officiers de police et le chauffeur du Ministre

7- ces deux personnes fument, l'une la pipe, l'autre une cigarette

8- oui

9- sur la photo aggrandie il est à ma droite (à ma gauche en regardant la photo)

10- le chef de cabinet Yves Colmou, l'inventeur des DDAF et des DRAF que je salue

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

Jean 01/11/2007 05:12

Toto, Tomasini, je suppose, un grand honnête homme, le parrain de Charles Pasqua. A propos du Chateau la Lagune, je me rappelle en avir acheté une bouteille, en 1982, au supermarché Casino de Talence, pour la modique somme de 22 F et quelques centimes. Je ne sais pas combien ce cru classé (3eme, non ?) est vendu aujourd'hui, mais quelque chose me dit que si mes revenus avaient suivi le même coefficient multiplicateur, mes fins de mois ne s'en porteraient pas plus mal.

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents