Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 00:00

Nous dînions l'autre soir chez Camdeborde au carrefour de l'Odéon. Un peu de fraîcheur tombait sur ma ville et le garçon apportait un plaid pour couvrir les épaules d'Irina qui, partie de Moscou sous la neige trouvait le fond de l'air un peu frais. La cuisine en ce lieu, très courru, très sur le bitume parisien, est tout à la fois raffinée et roborative. Le troisième vin de Château Latour excellent et, comble de bonheur, on était aux petits soins pour nous. La conversation roulait.

 

" Depuis combien de temps étais-je à Paris ? "

 

Bonne question, c'est loin, plus de trente ans, 1975, et mon premier appartement était tout près de là, rue Mazarine, au-dessus de la librairie Gründ. Paris, c'est mon village à moi, et de dire que je ne pourrais vivre à Béziers - pardon pour les Bitterrois mais ce n'est qu'une image, je ne saurais aujourd'hui vivre ailleurs qu'ici.

 

J'aime Paris.

 

J'y ai mes repères.

 

Ma liberté.

 

La plus grande part de mon histoire, comme ce souvenir d'un retour à vélo, au petit matin, après une séance de nuit interminable où, tenez-vous bien, nous examinions le budget du Ministère du Plan, dont le titulaire furibard, Michel Rocard, m'avait passé une avoinée de première pour cet horaire extravagant " ils se foutent de ma gueule, Berthomeau..." Et, comme ce n'était pas tout à fait faux, j'endossais la responsabilité de ce contre-temps. Il n'empêche qu'à trois heures du matin, le petit bonhomme au costard frippé, argumentait devant un hémicycle quasi-désert, comme si le destin de la France était en jeu. Sacré Michel!

 

Ce matin j'ai décidé de vous offrir quelques clichés de mon village, tout d'abord, un lieu magique : la Cour de Rohan où nous passions tous les matins avec Anne-Cécile lorsque j'allais la conduire à l'école maternelle




Puis un autre lieu écrin, la place Furstenberg, où souvent des quatuors à cordes, à deux pas de la cohue de St Germain des Prés, nous enchantaient.

 

 

 

 Puis voilà mon chez moi, tout en haut de cet immeuble des années 50

  

 

Mes voisins de la rue Messier, résidence plus connue sous le nom de l'autre rue : la Santé.


 

Voilà pour ce matin quelques fragments du petit village, Paris, où je vis. Dans une autre chronique, je ne sais quand, je vous offrirai d'autres lieux où je baguenaude...

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents