Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 00:40

Nous l'attendions depuis des décennies, tel le Messie, le voici enfin sorti des limbes, du Purgatoire du vin, enfin projeté de l'ombre à la lumière, enfin extirpé de l'opprobe conjuguée de tout ce qui ne goûte, que dis-je, ne hume, ne déguste, ne s'extasie, que sur des nectars enfantés qu'en de belles propriétés, le voilà enfin porté à nos regards émerveillés, enfin purifié de toute tache, après une si longue marche depuis son péché originel, son humble extraction, traversée du désert sanctificatrice de ce gueux, de ce sans-grade, sans quartier de noblesse, ni robe du clergé, rien qu'un vin d'en bas qu'en une cérémonie païenne, gasconne même, enfin adoubé, enscensé, béni, relui, briqué comme un sou neuf, fringant comme un sous-officier enfin porté, à l'ancienneté, au grade de capitaine... Les nouveaux zélateurs d'un poste parisien, tous en choeur, sont même prêts à lui accrocher une bordée de médailles pour toutes les batailles où, vainqueur, n'attirant que le dédain de certains, il se consolait en pensant qu'un jour viendrait. Et ce jour vint : le samedi 24 mars 2007 au matin sur France Inter, en la coopérative de Plaimont, sous la baguette de jipi Coffe, parlanzo micro, Perrico, soudain saisi par la grâce, dans nozoreilles zétonnées, déversait des barricots* de louanges, que dis-je des flots de compliments, un vrai tapis de pétales de rose, avant d'enfin décerner son brevet d'honorabilité à l'ex-mauvais garçon, au péquenot en sabots, à celui qui, putain kon, avec ses airs populaciers, ses étiquettes de coopé, n'avait pas droit de cité dans les papiers des échotiers, bien sûr je veux parler du :

               VIN DE COOPERATIVE

Fort bien, maintenant que la fête est terminée, qu'on a rangé les parapluies, rincé les verres et lavé les couverts dans le Gers, je serais très heureux, puisque je n'y étais pas, qu'on m'expliqua en quoi : ramasser du raisin, disons à la main, dans un bout de vigne, disons d'AOC, d'un petit coopérateur, le porter avec soin au conquet de la cave, puis le presser, le vinifier dans les règles de l'art, sous le regard et les soins attentifs d'hommes et de femmes compétents, dans des cuves bien tenues, du matériel propre, j'en passe car je finirais par montrer mon incompétence ; en quoi donc ce mode de vinification, qui n'est je le rappelle que le prolongement de l'exploitation viticole, serait un gage de non qualité, de non respect du produit ? Sauf, à préjuger que toutes les caves coopératives, sans exception, ne sont que des grandes trappes ouvertes où des viticulteurs inconséquents balanceraient leur tas de raisins anonymes, mûrs ou pas mûrs, pour que le jus collectif aille se déverser dans une grande cuve où le conseil d'administration touillerait pour faire tout et n'importe quoi. Le vin de coopérative n'est ni Seznec ou Mis et Tiénot, il n'a pas besoin de procès en révision, ni de réhabilitation. C'est faire injure à tous ceux et celles qui, contre vents et marées, face au mépris des soi-disants critiques éclairés, ont fait la Chablisienne, Plaimont, Buzet, Mont-Tauch, Celliers des Dauphins, Nicolas Feuillatte, Cave de Tain, Sieur d'Arques, Marrenon of Cellar, Baumes de Venise, Rasteau, Bebelenheim et beaucoup d'autres encore que je ne peux énumérer et qui voudront bien m'excuser.

Si j'étais un type courageux, mais je ne le suis pas, je devrais écrire : Stupidité Française, où le grand livre des idées reçues, des batailles inutiles, des coups de fusil à tirer dans les coins et sur les pieds, des bals des faux-culs, des ouvriers de la dernière heure. Tout ces débats à la con me saoûlent et, comme en ce domaine je préfère trouver l'ivresse dans le vin, qu'il soit de coopérative ou de vigneron, j'affirme que moi, Jacques Berthomeau, né à la Mothe-Achard, en Vendée, citoyen de France, européen convaincu, enfant du monde, j'en ai plein le cul de m'entendre dire par ceukifonlaloi ou par ceukifonlebienpencé : fait ci, fait ça ou fait pas ci, fait pas ça... Moi j'ai de la terre à mes souliers, les pieds sur mes pédales et la tête dans les étoiles, je n'ai rien à prouver, pour me sentir français je n'éprouve pas le besoin de me draper dans notre drapeau tricolore, ni de m'égosiller en chantant notre hymne national - que j'ai d'ailleurs appris chez les bons frères à l'école - merci de me lâcher les baskets. Je signale au passage, à tous ceux qui me font des risettes et des ronds de jambes pour avoir ma voix - un homme = une voix comme dans les coopé - que sur mon passeport il est écrit : Union Européenne et République Française, c'est clair. Vous allez me dire que tout ça n'a rien à voir avec le sujet. Si ! Enfourcher des montures fourbues qui mènent nulle part permet de fuir les vrais sujets, les petits comme les grands...

* barricot : petite barrique de 110 litres appellée aussi sixain parce quelle contenait la sixième partie du muid. Dans la Manche, petite barrique de moins de 50 litres. 


      

Partager cet article

Published by JACQUES BERTHOMEAU - dans berthomeau
commenter cet article

commentaires

alain laufenburger 27/03/2007 19:15

Bonjour Jacques, moi aussi je poste sur le même sujet, un peu plus court mais du même avis. A votre liste de très belles caves coop, ajoutez donc la Cave des Hauts de Gironde dans l\\\'AOC Blaye. Et regardez-les grandir. Quant aux débats, laissons-les à ceux qui ont du temps à perdre. A la votre.

Hervé Bizeul 27/03/2007 16:10

Cher Jacques, comme toi, j'ai savouré sans le croire chaque mot du bon périco legase. Surtout qu'il y a un an, sur la même antenne, il m'avait accusé de vouloir maintenir le vigneron français dans la dépendance... "chaque vigneron doit faire son vin lui-même et le vendre, voilà l'avenir" s'exclamait-il, encouragent les forçats de la terre, les exploités (sous entendu par moi...) à se libérer et à monter seul au front. Bon, apparrement, il a changé d'avis... Peut-être qu'il a mieux valu que je ne sois pas là, j'aurais je pense poussé un vrai coup de gueule. Enfin, tous les feux sont au vert dans la coopérative française, tout le monde le sait et leurs adhérents en premier... Dommage qu'on est pas rappelé les chiffres : plus de 1600 caves coops au début des années 90, moins de 800 aujourd'hui, moins de 400 prévues avant dix ans. Ca c'est un succès !

Lacombe Rémi 26/03/2007 09:16

Vous avez tout à fait raison, un vin, pour être bon, voir excellent, peut très bien provenir d’une structure coopérative, et même d’une très grosse cuve, arrêtons de mentir à ce sujet. En revanche, s’il provient du Bordelais et que c’est un « Château », pourquoi cette coopérative génère t’elle, elle-même sa propre ségrégation ?  Pourquoi écrit-elle : mis en bouteille au Château par (x 712) ? Pourquoi n’écrit elle pas m »mis en bouteille à la copropriété ?
Pourquoi me direz-vous, dans les Châteaux non coopérateurs, n’écrit on pas « mis en bouteille au Château par X712 ? Là aussi il faudrait assumer entre les mises à la copropriété, les mises en bouteilles au Château par autrui (dangereuses pour les stratégies commerciales et la sécurité alimentaire) et les mises en bouteilles PAR le Château (seules souhaitées et voulues par le consommateur, il y a de l’ordre à mettre. Rappelons que les vraies mises en bouteilles AU CHATEAU PAR LE CHATEAU caracolent –et de loin- en tête des meilleuires notes du suivi qualitatif en linéaire des Bordeaux…,

  • : Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • Le blog de JACQUES BERTHOMEAU
  • : Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
  • Contact

www.berthomeau.com

 

Vin & Co ...  en bonne compagnie et en toute Liberté pour l'extension du domaine du vin ... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

Articles Récents